Financée et encouragée par l’Arabie saoudite, la lecture littérale du Coran et son cortège d’absurdités scientifiques progressent. Ce mouvement appelé « concordisme » sévit en France et en Belgique. Enquête.

yyLe cheikh yéménite Abdel-Majid Zendani, qui prétend avoir découvert un remède contre le VIH à base d’extrait d’une plante recommandée par le prophète, Sanaa, 7 février 2013.

« Les anges ainsi que l’Esprit montent vers Lui en un jour dont la durée est de cinquante mille ans. » Ce verset du Coran (70:4) révèle, à qui sait le lire, la vitesse de la lumière (300 000 km/s). C’est du moins ce qu’a tenté de démontrer à coups de calculs minutieux Kamel Ben Salem, professeur d’analyse des données dans le départe-ment des sciences informatiques de l’université de Tunis. Le Coran contiendrait également une description cryptée du tableau périodique des éléments établis par le chimiste russe Mendeleïev en 1869, ainsi que des informations précises sur l’âge de l’univers, le développement du fœtus et la tectonique des plaques, mise en évidence en 1912 par l’Allemand Alfred Weneger.Comment un livre écrit au viie siècle pourrait-il faire état de découvertes postérieures de plusieurs siècles ?

Résultat de recherche d'images pour "la tectonique des plaques"

La réponse est simple. Le Coran n’a pas été écrit. Il est incréé. Il est la parole de Dieu livrée à un prophète illettré, Mahomet. Il existe de toute éternité et contient la totalité du savoir, passé et à venir. Cette idée décoiffante est aujourd’hui acceptée par un certain nombre de musulmans, égale au carré de la jobardise, multi-pliée par le produit de la ferveur et du fanatisme.« Il n’existe pas une seule découverte scientifique qui n’ait de trace dans le Coran », soutenait en juillet 2017 le géologue égyptien, Zaghloul Ennajar dans une conférence tenue à la faculté des sciences et techniques de Fès, au Maroc. Il n’a pas convaincu tous les étudiants présents, raconte le magazine marocain Tel quel, dans son numéro du 18 juillet 2017. Peu importe. Le miracle scientifique dont le Coran serait porteur dispose de bien d’autres relais. En 1984, la Ligue mondiale islamique a créé une commission internationale des signes scientifiques dans le Coran et la sunna. Elle est dirigée par le cheikh saoudien Abdallah al-Mouslih, qui prêche régulièrement en Europe – sa dernière intervention en France a eu lieu à Mulhouse, en novembre 2017. Elle soutient de nombreuses manifestations partout où on trouve des musulmans. Son objectif fondateur est d’établir la « liaison de la science avec les réalités de la foi », même quand la foi s’égare. En 2006, à la huitième conférence de la commission, le cheikh yéménite Zendani a annoncé la découverte d’un remède contre le VIH à base d’extrait d’une plante recommandée par le prophète. Aujourd’hui encore, le remède en question est évoqué avec dévotion dans des centaines de messages sur les forums musulmans francophones. Moins médiatisée que sa variante chrétienne américaine, mais tout aussi obscurantiste, le créationnisme musulman prospère. Ses vidéos affolent les compteurs. « Miracle du Coran : voici les vraies preuves d’Allah » :

Image associée

1,46 million de vues, pour découvrir que le ciel déborde de nuages en forme de lettres arabes, signature du dieu créateur. « Un certain nombre de personnes, dont des collègues, luttent contre le créationnisme, à juste titre, souligne l’historien des sciences Alexandre Moatti1, mais par oubli ou complaisance, le créationnisme islamique venant du Proche-Orient n’est pas dénoncé comme un projet politique, bien qu’il en soit un lui aussi. » Reste à savoir qui croit à tout cela : « Des littéralistes », répond Michaël Privot, Belge converti, parlant l’arabe et le turc, ancien frère musulman, aujourd’hui directeur de l’European Network Agaisnt Racism (ENAR), à Bruxelles. « Beaucoup sont diplômés, y compris en sciences dures. Ils sont en pleine dissonance cognitive entre leurs connaissances et leur conviction que le Coran ne peut pas mentir. Il faut créer un lien, même au prix de contorsions impossibles.

Résultat de recherche d'images pour "Miracle du Coran : voici les vraies preuves d’Allah"

C’est une forme de concordisme, comme la religion chrétienne en a connu. » À cette nuance près que le concordisme chrétien est globalement derrière nous, alors que le concordisme musulman est en expansion. En Arabie saoudite, raconte Michaël Privot, « des chaires en astronomie et en astrophysique ont disparu, parce que leurs travaux risquaient de ne pas être compatibles avec le Coran ». Le « bon savant », ce serait plutôt Maurice Bucaille (1920-1998), un Français médecin personnel du roi Faycal, qui défendait la compatibilité totale du Coran avec la science (par opposition à la Bible, truffée d’erreurs). Compatible ? Un verset du Coran (79:30) dispose que dieu a « étalé », ou « étendu » la Terre. Le cheikh Abdul-Aziz ibn Baaz, autorité religieuse d’Arabie saoudite, en a tiré les conséquences en 1993 : « La Terre est plate. Quiconque clame qu’elle est sphérique est un athée méritant un châtiment. » Embarrassés, d’autres musulmans évoquent un problème de traduction. Le mot en arabe pour « aplati » ressemblant à un autre mot qui désigne l’œuf d’autruche, le Coran décrirait en fait la terre avec précision : une sphère aplatie.

Résultat de recherche d'images pour "Miracle du Coran : voici les vraies preuves d’Allah"
De 2011 à 2017, en Tunisie, une étudiante en géologie de la faculté de Sfax a préparé une thèse sur « le modèle plate-géocentrique de la Terre, arguments et impact sur les études climato / paléoclimatiques ». En deux mots, sur la Terre plate. Elle a fait scandale. C’était peut-être le but recherché. « Soutenir que la Terre est plate ou rejettera la théorie de l’ évolution, même sans la comprendre, c’est dire “ je suis musulman et je vous défie” », avance Michaël Privot.

Résultat de recherche d'images pour "Miracle du Coran : voici les vraies preuves d’Allah"

En France, dans l’enquête menée par les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland2 auprès de 7 000 lycéens âgés de 14 à 16 ans, 34 % des musulmans pensaient que la religion explique mieux la création du monde que la science, contre 11 % des autres élèves…Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a créé fin 2017 dans chaque académie une « unité laïcité », chargée d’assister les enseignants confrontés au dogmatisme. Tout le monde n’applaudit pas. « Le fait, pour un élève, de questionner un cours de sciences qui remet en cause ses convictions religieuses ne mérite pas d’ être accusé de porter atteinte à la laïcité, pouvait-on lire dans Libération, le 11 décembre 2 017. C’est le signe que ce citoyen en pleine formation intellectuelle est attentif au cours qu’il suit. » (!!!)

Image associée

Une largeur de vue que ne partage pas tout à fait la physicienne tunisienne Faouzia Charfi. « Le projet islamiste est un projet global qui ne vise pas seulement à changer la constitution, mais toute la société : les femmes, l’ éducation et la pensée scientifique », déclarait-elle dès 2013, avant d’enfoncer le clou en 2017 : « La science a disparu du monde musulman au cours des siècles », pour cause d’obscurantisme et d’intolérance. Son livre courageux, La Science voilée, paru chez Odile Jacob en 2013, a suscité six commentaires sur Amazon, tous élogieux. Celui de Maurice Bucaille, La Bible, le Coran et la science, tissu de calembredaines vendu en poche, en a dix fois plus. On dirait que l’islam des Lumières n’avance pas à la vitesse de la lumière.

1. Auteur en 2017 d’Islam et science, antagonismes contemporains.
2. La Tentation radicale : enquête sur les lycéens, 2018

 

Et si le Coran était un plagiat de la Bible?

PREUVES QUE LE CORAN N’EST PAS DE DIEU : LES ERREURS THÉOLOGIQUES DU CORAN.

En décidant en 848, quelques années après avoir fini de le rédiger, que le Coran était incréé, les musulmans ont fait le choix de proclamer le Coran sans erreur. Ils pensent donc qu’il ne contient que la vérité :
« Ne méditeront-ils donc pas le Coran ? S’il avait été d’un autre que Dieu, ils y auraient trouvé maintes contradictions.  » (Sourate 4, 82).

Or, le Coran contient de multiples erreurs, et maintes contradictions, démontant ainsi par lui-même qu’il n’est pas de Dieu.
Voyons maintenant les erreurs théologiques du Coran.

I/ LA VIE ÉTERNELLE N’EST ÉVOQUÉE DANS LA BIBLE QUE 1000 ANS APRÈS ABRAHAM.

Le Coran affirme que les écrits d’Abraham et de Moïse apprenaient déjà au Peuple élu qu’il y avait une vie éternelle, un au-delà après notre vie terrestre :
« Vous préférez la vie présente, plutôt, alors que l’au-delà est meilleurs et plus durable. Oui, ceci est certes dans les Feuilles anciennes, les Feuilles d’Abraham et de Moïse » (Sourate 87, 18-19).

Mahomet va confirmer qu’il existe une vie éternelle, face aux païens de la Mecque qui n’y croient pas :
« Eux aussi pensaient, – comme vous aviez pensé, – que Dieu ne ressusciterait jamais personne » (Sourate 72, 7).

Or, l’histoire de la Bible est formelle. On sait qu’Abraham a vécu au XVIIIe siècle avant JC, Moïse a vécu au XIIIe siècle avant JC. Or ce n’est qu’à partir du VIe siècle avant JC, qu’a émergée l’idée d’une vie éternelle.
C’est le livre de Daniel qui en a parlé le premier  : « Un grand nombre de ceux qui dorment au pays de la poussière s’éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre, pour l’horreur éternelle. Les doctes resplendiront comme la splendeur du firmament, et ceux qui ont enseigné la justice à un grand nombre, comme les étoiles, pour l’éternité. » (Daniel 12, 2-3).

PREUVES QUE LE CORAN N'EST PAS DE DIEU : LES ERREURS THÉOLOGIQUES DU CORAN.Vision du paradis, avec ses élus et ses anges musiciens (par Fra Angelico Florence, XVe siècle).

À l’époque de Jésus, bien des juifs ne croyaient toujours pas en la vie éternelle. Seuls les pharisiens y croyaient. Jésus a confirmé l’existence d’un Au-delà. Les sadducéens, les prêtres officiels qui servaient au Temple de Jérusalem, n’y croyaient toujours pas de son temps.

Le Peuple Élu avait compris la promesse de Dieu faite à Abraham de voir subsister sa descendance, comme une certitude que le Peuple Élu continuerait à exister sur terre  (Genèse 17, 18-22).
Cette idée que Dieu se fait le garant de la survie terrestre d’Israël est toujours vivante en spiritualité judéo-chrétienne. Daniel a prophétisé sur la survie terrestre du peuple élu, et Jésus a confirmé cet engagement. Jusqu’à Daniel, c’est cette seule promesse de survie terrestre qui accomplissait la Promesse faite par Dieu à Abraham : il ne s’agissait pas de vie éternelle au ciel !

Abraham et Moïse n’ont rien écrit, rien qui ait subsisté, et leur enseignement n’a jamais porté sur la vie éternelle au ciel, malgré ce qu’affirme le Coran.

II/ SELON LE CORAN, LES JUIFS AURAIENT DONNÉ UN FILS A DIEU !

En fin de période médinoise, à la toute fin de la vie de Mahomet, vers 629, un verset du Coran est récité qui affirme que les juifs comme les chrétiens ont donné un fils à Dieu :
« Et les Juifs disent : «’uzayr est fils de Dieu », les nazaréens disent : « Le Christ est fils de Dieu… » (Sourate 9, 30).

C’est à l’évidence une méconnaissance absolue du contenu de la foi juive. Les juifs sont scandalisés, au même titre que les musulmans, par la conviction chrétienne que Jésus est Fils de Dieu. Présenter la foi judaïque, en la mettant sur le même plan que la foi chrétienne qui donne Un Fils à Dieu, démontre l’absolue méconnaissance de l’auteur du Coran envers le judaïsme.

Cependant, le Coran est un livre de poésie. Il est donc possible que ce soit la symétrie du verset et la recherche esthétique qui ait conditionné cette affirmation théologiquement erronée. Le Coran privilégie les allitérations et le rythme de la langue. Il est souvent très peu précis sur le fond. Il peut être erroné (on l’a vue), mais il est aussi confus, mal écrit, rempli de fautes de grammaire et de style, selon les études de spécialistes de l’arabe antique non musulmans. On peut donc penser que la nécessité poétique a conditionné la rédaction de ce verset fantaisiste.

III / SELON LE CORAN, LA TRINITÉ SERAIT CONSTITUÉE DE DIEU, DE JÉSUS ET DE MARIE.

Mahomet n’a jamais vraiment su ni compris ce en quoi croyaient les chrétiens.
La définition du christianisme est claire. Il ne s’agit pas là de théologie, mais simplement d’une question de vocabulaire. Est chrétien quelqu’un qui croit en un Dieu Unique Trinité.
Un chrétien croit que Trois Personnes divines vivent en Dieu : le Père, le Fils (incarné en Jésus) et l’Esprit-Saint. Chacune étant Dieu et ensemble étant Dieu.

PREUVES QUE LE CORAN N'EST PAS DE DIEU : LES ERREURS THÉOLOGIQUES DU CORAN.

La Trinité est ici représentée comme Trois hommes de même âge, éternellement jeunes,
par le moine moscovite Andreï Roublev au début XVe siècle.
Or Mahomet méconnaît totalement la foi des chrétiens, au point que son opinion à leur sujet varie sans raison :
– Mahomet dit au début de sa prédication que les chrétiens sont sauvés : « Les Nazaréens… et quiconque a cru en Dieu et au Jour dernier, et fait bonne œuvre, pour ceux-là, leur récompense est auprès de leur Seigneur. » (Sourate 2, 62).

– Puis il dit que ceux qui croient en un Dieu-Trinité sont damnés, puisque qualifiés d’infidèles : « Ils sont infidèles ceux qui disent qu’Allah est le troisième de Trois (thālith thalātha). » (Sourate 5, 73).

– Mais, jusqu’à la toute fin de sa vie, Mahomet n’a pas su de Qui était composée la Trinité. Il pense que la Trinité des chrétiens est composée de Dieu, de Jésus et de Marie :
« Et quand Dieu dira : « O Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : « Prenez moi ainsi que ma mère pour deux divinités en dehors de Dieu ? » (Sourate 5, 116).

IV / L’ ÉVANGILE AURAIT ORDONNÉ DE TUER AU NOM DE DIEU POUR GAGNER LE PARADIS.

À la fin de sa vie, Mahomet a pris le contrôle de la Mecque et de Medine. Les tribus se sont soumises à lui. Il triomphe. Tous les versets tolérants qu’il avait inventés à l’époque de sa nécessaire humilité, sont désormais abrogés.
« Si Nous abrogeons un quelconque verset ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un équivalent » ( Sourate 2, verset 106).
Ils sont remplacés par des versets agressifs, violents et intolérants.

Le combat pour répandre sa conception du monothéisme est prescrit. Ses fidèles reçoivent l’ordre de se battre physiquement, de tuer et de se faire tuer pour répandre sa conception de la foi. Dernier reste de modestie… ou désir de se revendiquer des seules religions qu’au fond de lui il sait authentiques, c’est en prétendant que les Ancien et Nouveau Testaments ont prescris le combat, qu’il l’ordonne aux siens : « Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens, en échange du Paradis. s’ils combattent dans le sentier d´Allah : s’ils tuent et se font tuer. C’est une promesse authentique qu´Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l´Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu´Allah à son engagement ? » (Sourate 9, 111).

PREUVES QUE LE CORAN N'EST PAS DE DIEU : LES ERREURS THÉOLOGIQUES DU CORAN.Mohamed (représenté par une flamme par respect) et Ali, (son gendre et cousin), attaquent les Banu Qurayza, une des tribus juives de
Médine qu’ils ont exterminée (enluminure ottomane du XIXe siècle). Ce n’est que depuis quelques années, que les musulmans nous
racontent que Mahomet était un grand pacifiste. Or, il n’en est rien : Mahomet a tué pour imposer sa religion).
Où sont les versets des Évangiles, qui prescrivent le combat ?
Nulle part !
Jésus a ordonné de pardonner à ses ennemis et de rendre le bien pour le mal :
« En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. 
Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,  afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux
» (Matthieu 5, 45-46).

Le Coran ment… ou simplement ignore-t-il le contenu du message de Jésus-Christ ?

Si le Coran était réellement une nouvelle révélation de Dieu, qui aurait été rendue nécessaire en raison de la falsification de la Bible dont se seraient rendus coupables juifs et chrétiens… on aurait pu s’attendre à ce que Dieu sache ce qu’Il voulait corriger. Or l’auteur du Coran ignore le contenu théologique de la Bible.

L’auteur du Coran méconnaît le contenu de la foi qu’Il prétend corriger ! Comment alors supposer que Dieu ait inspiré, dicté et voulu le Coran ?

V / QUANT À ALLAH, LE DIEU INVENTÉ PAR MAHOMET, IL FAIT PREUVE D’UN INCROYABLE PAGANISME !

a ) Allah est censé ressusciter les morts par des moyens originaux :
– Si on coupe des oiseaux en morceaux, ils se regrouperont pour ressusciter. Ainsi l’aurait expérimenté Abraham. Le Bible n’avait jamais parlé de ce fait fantastique.
« Et quand Ibrahim dit : « Seigneur ! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts, Allah dit : Ne crois-tu pas encore ? Si ! dit Ibrahim ; mais que mon cœur soit rassuré. Prends donc, dit Allah, quatre oiseaux, apprivoise-les (et coupe-les) puis, sur des monts séparés, mets-en un fragment, ensuite appelle-les : Ils viendront à toi en toute hâte. Et sache qu’Allah est Puissant et Sage  » (Sourate 2, 260).

On voit toute la rudesse de la société bédouine, où, après avoir apprivoisé des oiseaux inoffensifs, on les coupe en morceau pour mener une expérience improbable.

– Allah aurait donné à Moïse la possibilité de ressusciter les personnes assassinées en les frappant avec un morceau de vache :
« Et quand vous avez tué un homme et que vous cherchiez à étouffer l’affaire !… Mais Dieu sort ce que vous cachez. Nous dîmes donc : « Frappez le mort avec un morceau de vache. » C’est ainsi que Dieu ressuscite les morts et vous montre Ses signes. Peut-être comprendrez-vous ! » (Sourate 2, 72-73).

Si des musulmans pieux ont tenté l’expérience, ils ne nous ont pas fait part du résultat …

b) Allah est un Dieu au service de Mahomet !
– Allah salut Mahomet avec respect… un respect dont même ses contemporains ne lui ont pas témoigné !
« Quand ils viennent à toi, ils te saluent d’une façon dont Dieu ne t’a pas salué. » (Sourate 58-8 (fin)).

– Allah aide Mahomet à faire régner l’ordre dans son lieu de culte : « Ho, les croyants ! Quand on vous dit : « Faites de la place, dans les assemblées », alors faites de la place : Dieu vous fera de la place. Et quand on vous dit : « levez-vous » alors levez-vous. » (Sourate 58, 11).

– Allah ordonne aux habitants de Médine de faire asseoir Mahomet quand on discute avec lui« Le fait est que quand ils ont l’occasion de faire du commerce ou de s’amuser, ils s’y dispersent et te laissent debout ! » (Sourate 63, 11).
Allah ordonne de ne pas crier trop fort autour de la maison de Mahomet« Il y en a qui te crient de derrière les cloisons, en vérité ! La plupart d’entre eux ne comprennent pas. Et qu’ils patientent jusqu’à ce que tu sortes à eux, certes ce serait mieux pour eux. Dieu cependant est miséricordieux. » (Sourate 49, 4-5).

cMais, plus étrange encore ! Allah n’est pas le seul dieu, puisqu’un verset nous le montre en train de prier.

« Allah et Ses Anges prient sur le Prophète ; Oh vous qui croyez, priez sur lui et adressez [lui] vos salutations. » (Sourate 3, 56).
ou cet autre verset : « Allah et ses anges prient pour vous »  (Sourate 33, 43).
On se demande bien à quel dieu est adressé la prière d’Allah ! Il faut forcement qu’il y ait plusieurs dieux pour que Allah puisse prier, au coté des anges, et dans le même mouvement qu’eux.

d) La théologie du Coran est fluctuante.
Un verset affirme que Allah « suscite inimitié et haine entre les hommes » (Sourate 5, verset 14),
C’est confirmé plus loin :
« Nous avons suscité parmi eux l’inimitié et la haine, et il en sera ainsi jusqu’au Jour du Jugement dernier. » ( Sourate 5, verset 64).
Or, un autre verset, de la même sourate, dit que c’est Satan qui suscite inimitié et haine envers les hommes : « Le Diable ne veut que jeter parmi vous, à travers le vin et le jeu de hasard, l’inimité et la haine, et vous détourner d’invoquer Allah et de la Salât. Allez-vous donc y mettre fin ? » (Sourate 5, 91).
Allah le créateur du bien, mais surtout du mal, ne serait-il pas finalement Satan ?
Quant aux erreurs théologiques du Coran, elles sont une nouvelle preuve que le Coran n’est pas de Dieu… et c’est le Coran lui-même qui le confirme : « Ne méditeront-ils donc pas le Coran ? S’il avait été d’un autre que Dieu, ils y auraient trouvé maintes contradictions. » (Sourate 4, 82).


Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :