Les « radicalisés » : une armée de fous ?