Faut-il le dire ? Oui, je pense qu’il le faut, car les voix de l’apaisement sont nombreuses.

obama

Certains en ce pays imaginent qu’il existe un clan « pragmatique » au sein du régime iranien. D’autres vont jusqu’à dire que l’Iran des mollahs ferait un « partenaire » fécond pour l’Europe et le monde occidental. Tout montre que la plupart des dirigeants européens, sinon tous, sont très désireux de s’entendre avec ceux qui règnent sur Téhéran.

Il importe de rappeler en ce contexte que jamais les exécutions et les jugements expéditifs n’ont été si nombreux que depuis que le « modéré » Rouhani est arrivé à la présidence, et que le guide suprême, qui a le réel pouvoir de décision, Ali Khamenei n’a cessé de proférer des propos apocalyptiques et génocidaires.

Il importe de souligner qu’il n’est pas le seul à tenir ce genre de propos, et quiconque consulte régulièrement les nouvelles en provenance de Téhéran n’aura aucun mal à s’en convaincre.

Il importe de voir, surtout, que l’Iran se donne tous les moyens de mener, le cas échéant, une guerre offensive et cherche à se doter de missiles ballistiques intercontinentaux à même d’atteindre l’Europe et les Etats Unis. Les moyens d’une guerre offensive peuvent être des moyens de dissuasion et de sanctuarisation, certes, mais pourquoi se doter d’une si longue portée de dissuasion et de sanctuarisation si l’on n’a aucune intention qui ne soit pacifique ?

Supposer par ailleurs que l’Iran cherche à se doter de moyens nucléaires pour des fins strictement civiles ne résiste pas à l’examen le plus sommaire des données disponibles. Et si l’Iran n’a pas encore l’arme atomique, tout indique que c’est parce qu’il a rencontré des obstacles, tels que certains virus informatiques et des explosions officiellement inexpliquées, sur le chemin qui y conduit.

Ne pas voir que l’Iran est d’ores et déjà sur le chemin d’une hégémonie régionale implique de ne pas voir ce qui se passe en Irak, en Syrie, au Liban, au Yemen, mais aussi désormais en Afghanistan.

Ne pas voir que l’accord que prépare l’administration Obama présentement équivaudrait à entériner l’accès de l’Iran à l’arme atomique à brève échéance implique d’être aveugle et d’avoir un cerveau déconnecté.

Ne pas déchiffrer la stratégie poursuivie dès aujourd’hui par l’administration Obama face à l’Etat Islamique implique un degré forcené d’aveuglement volontaire.

L’offensive menée contre les forces de l’Etat Islamique à Tikrit est menée officiellement par des forces irakiennes chiites, officieusement par ces forces auuxquelles se sont adjointes des milices chiites et des forces militaires iraniennes issues des Gardiens de la Révolution, déjà actifs dans la défense de Damas. L’offensive est dirigée par un général iranien, et pas n’importe lequel : le général Suleimani, chef de la force al Qods, spécialisée dans l’assistance au terrorisme djihadiste international. Al Qods est le nom arabe de Jérusalem, et le nom de la force al Qods ne doit rien au hasard.

Le régime iranien reste un régime fanatique, islamique et révolutionnaire. Il veut, au mieux, neutraliser toute tentative européenne ou américaine de s’opposer à ses projets. Il dispose, pour aller en ce sens, de la complicité active de l’administration Obama. Il entend plus que jamais se doter de l’arme atomique.

Il dispose quasiment déjà d’une hégémonie régionale, qui va de l’Afghanistan à Beyrouth. Il cherche à prendre Israël, la Jordanie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et les émirats du Golfe en étau, et il avance dans cette direction : ses tentatives d’installer ses forces sur le Golan syrien, sa reprise de contact avec le Hamas, ses jeux d’influence sur les chiites au Bahrein et dans les régions productries de pétrole en Arabie Saoudite en témoignent.

Après avoir contribué à laisser prendre forme l’Etat Islamique, aux fins de déstabiliser le monde sunnite après les revers subis par les Frères Musulmans, l’administration Obama utilise l’existence de l’Etat Islamique pour en faire un « allié » du monde occidental.

L’Iran tel qu’il est ne sera jamais un allié du monde occidental. L’Iran travaille avec la Russie et la Chine à asservir le monde occidental et à devenir la puissance islamique suprême. Comme l’a dit très justement Binyamin Netanyahou, « l’ennemi de mon ennemi est aussi mon ennemi ».

L’Iran veut plus que jamais détruire Israël. Le seul accord envisageable avec l’Iran impliquerait un renoncement total de la part du régime à ses programmes de missiles ballistiques intercontinentaux et à son programme atomique, une cessation totale de la part du régime à ses menaces génocidaires et à son soutien au terrorisme djihadiste internationaux. C’est inenvisageable dans le cadre du régime en place. Faute d’accord, des sanctions très strictes et asphyxiantes pour le régime seraient indispensables et seraient un minimum sans lequel Israël sera en danger de mort, et le monde occidental en danger d’asservissement.

L’Iran des mollahs est d’autant plus dangereux que sa population viellit et que le déclin le guette. Il ne peut assurer ses projets que maintenant : dans vingt ans, il sera trop tard.

Je sais quel jeu joue l’administration Obama : c’est un jeu délétère et effroyable. Je sais quel jeu jouent les diplomates européens : c’est un jeu lamentable et lâche.

Je ne sais quel jeu jouent ceux qui vouent des « pragmatiques » là où il n’y en a pas, ou ceux qui voient avec le sourire une « réintégration complète » de l’Iran des mollahs dans un concert des nations.

Abusent-ils de substances dont on abuse aussi à Téhéran ? Je n’ai pas la réponse.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :