Israël promet d’intensifier ses bombardements sur la bande Gaza.

Au total, 166 Palestiniens sont morts depuis le début des opérations il y a six jours.

Pour Netanyahou, le Hamas est seul responsable des victimes civiles

ISRAEL-PALESTINIAN-GAZA-CONFLICT

«Nous utilisons tous les moyens nécessaires pour défendre notre peuple, comme le feraient les Etats-Unis ou tout autre gouvernement face à une telle situation»,

A expliqué le premier ministre israélien. Selon ce dernier, le Hamas est «le seul à blâmer pour toutes les victimes civiles de Gaza car il place des roquettes et des postes de commandes dans des maisons, des hôpitaux, près des crèches et des mosquées». «Nous sommes désolés pour toutes les morts accidentelles de civils mais c’est le Hamas qui en porte l’entière responsabilité», répète-t-il.

1009266_562597157153348_1665093972_o

● Abbas demande la protection de l’ONU

Mahmoud Abbas a remis une lettre adressée au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Dans cette missive, il demande à «placer officiellement l’Etat de Palestine sous le régime de protection internationale de l’ONU».

1483376_624252890987774_182433582_n

• La tactique de l’armée israélienne face au Hamas

Selon un haut responsable de l’armée de l’air israélienne interrogé à Tel Aviv par notre envoyé spécial, Renaud Girard, les Israéliens doivent faire attention à être aussi «chirurgicaux» que possible dans leurs frappes visant la bande de Gaza depuis mardi dernier. Celles-ci ont pourtant fait plus de 160 victimes selon un dernier décompte. Toujours selon notre interlocuteur, Tsahal ne peut pas empêcher le mouvement islamiste palestinien de tirer ses missiles vers Israël, ceux-ci étant trop nombreux et trop disséminés à travers le territoire, son objectif consiste plutôt à «briser la volonté du Hamas» de les envoyer.

1800209_609547369124993_692006579_n

• Première incursion terrestre d’un commando israélien

Un commando d’élite de la marine israélienne a mené dimanche à l’aube la première incursion terrestre dans la bande de Gaza depuis le lancement de l’offensive israélienne dans cette région il y a près d’une semaine. «Une opération des forces spéciales de la marine a eu lieu sur une plage de Gaza afin de frapper un site de lancement de roquettes à longue portée. La mission a été menée à bien», a précisé le porte-parole de l’armée. «Les membres du commando ont été attaqués et ont répliqué. Quatre soldats ont été légèrement blessés», a-t-il ajouté. La branche armée du Hamas a confirmé qu’un commando israélien avait tenté d’accoster sur une plage et échangé des coups de feu avec des combattants palestiniens.

10499623_669818716431191_7536627650573087520_o

L’armée israélienne a par ailleurs appelé dimanche les habitants de plusieurs localités du nord de la bande de Gaza à évacuer «immédiatement» leur maison en prévision de bombardements massifs dans ce secteur à partir de 12 heures locales (11 heures en France). C’est la première fois que l’armée fixe un ultimatum à la population de Gaza depuis le début des hostilités.

10495386_682726531807076_5828783813698081469_o

● Plus de 160 victimes palestiniennes en six jours

Alors que la journée de samedi a été la plus sanglante depuis le début de l’opération israélienne avec 56 morts, trois Palestiniens, dont un adolescent, ont été tués dimanche lors de nouvelles frappes israéliennes à Gaza. Au total, 166 Palestiniens sont morts depuis le début des bombardements il y a six jours et 1085 blessés. Aucune victime israélienne n’est en revanche à déplorer.

1911031_620081398071590_828809200_o
armes iraniennes capturée sur un cargot a destination du Hamas !

L’aviation israélienne a lancé durant la nuit de samedi à dimanche une vingtaine de frappes portant à plus de 200 le nombre de raids en 24 heures et à 1329 le nombre d’attaques depuis le début de l’opération, selon le porte-parole de l’armée. «Au cours des dernières 24 heures, 53 roquettes ont été tirées vers le territoire israélien portant à 800 le nombre de roquettes lancées à partir de la bande de Gaza, dont 127 ont été interceptées» par des batteries d’«Iron Dome», un système permettant de détruire des roquettes en vol, a-t-il poursuivi. Il n’y a eu aucun blessé. Dimanche, deux roquettes tirées depuis la bande de Gaza et visant la capitale économique israélienne Tel-Aviv ont été détruites avec à ce système.

1965471_633777026702027_2842953529086006693_o

● L’ONU réclame un cessez-le-feu

L’escalade de la violence entre Israël et le Hamas a conduit le Conseil de sécurité de l’ONU à demander un cessez-le-feu dans la région. Les 15 pays membres du Conseil ont appelé à «la désescalade (des tensions à Gaza), au rétablissement du calme et à la restauration du cessez-le-feu de 2012» et au «respect des lois humanitaires internationales, notamment sur la protection des civils».

F140708RRFF05-e1404834970392-635x357 F140710AHGPO01-e1405032137134-635x357

● Londres, Washington, Paris et Berlin discutent d’un cessez-le-feu dimanche

La situation à Gaza devait être évoquée dimanche à Vienne en marge de la réunion sur le nucléaire iranien. François Hollande a lancé dimanche soir un appel à un cessez-le-feu rapide. «Nous condamnons les tirs de roquettes qui se sont produits de la part du Hamas sur la population civile israélienne mais nous demandons aussi à Israël de faire preuve de mesure dans sa riposte et en particulier de respecter le droit international et de faire en sorte que les victimes civiles soient épargnées», avait expliqué plus tôt le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Laurent Fabius

La ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini, dont le pays préside actuellement l’Union européenne, va par ailleurs rencontrer la semaine prochaine le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le président palestinien Mahmoud Abbas.

1974061_633777123368684_2927707656791180220_o

Netanyahu : Le Hamas porte l’entière responsabilité des victimes civiles à Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche que le Hamas portait l’unique et entière responsabilité pour les victimes civiles à Gaza, évoquant le droit d’Israël à se défendre face aux tirs de roquettes du mouvement islamiste palestinien.

1506015_610269445719452_1103295264_n

En dépit des appels internationaux à un cessez-le-feu, M. Netanyahu a indiqué sur la chaîne américaine CBS qu’Israël ne renoncerait pas à ses bombardements tant qu’il n’aurait pas assuré « une sécurité durable » pour son peuple.

10320900_644801538932909_3275124577910141312_o

« Nous utilisons tous les moyens nécessaires pour défendre notre peuple, comme le feraient les Etats-Unis ou tout autre gouvernement face à une telle situation », a-t-il souligné, en réponse à la question d’une éventuelle offensive terrestre israélienne à Gaza.

735952_542283832518014_1913225211_o

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé samedi Israël et le Hamas à cesser le feu et à « respecter les lois humanitaires internationales notamment sur la protection des civils ». Mais M. Netanyahu a assuré que le Hamas était le seul à blâmer pour toutes les victimes civiles de Gaza car il place des roquettes et des postes de commandes « dans des maisons, des hôpitaux, près des crèches et des mosquées ».

1743689_609545549125175_657186056_n

« Donc bien entendu, ils sont responsables de toutes les morts civiles survenues accidentellement », a-t-il martelé. « Nous sommes désolés pour toutes les morts accidentelles de civils mais c’est le Hamas qui en porte l’entière responsabilité », a-t-il insisté.

Capturedef

Israël a promis dimanche d’intensifier ses bombardements sur la bande de Gaza et demandé aux habitants du nord de l’enclave de quitter leur domicile et s’éloigner, au sixième jour d’une offensive visant à neutraliser le Hamas et ses tirs de roquettes.

imagesc

Dimanche, les frappes ont fait trois morts, notamment un adolescent de 14 ans et une femme de 44 ans, selon les secours palestiniens, dont le bilan s’établit désormais à 166 morts et plus d’un millier de blessés depuis mardi.

Un cheikh sunnite fondamentaliste et trois autres complices derrière les tirs de roquettes sur Israël

Les autorités israéliennes écartent apparemment la responsabilité du Hezbollah.
Deux acolytes palestiniens sont activement recherchés.
Les deux roquettes (une troisième avait auparavant explosé au sol au moment du lancement) tirées hier matin, vers six heures, à partir du village al-Mari à Hasbaya (Liban-Sud) sur le nord d’Israël ont provoqué une riposte immédiate, mais limitée, de l’État hébreu, qui a envoyé une bordée de 25 obus sur Hasbaya en moins d’une heure. Les conséquences de l’incident ont été contenues grâce à une vaste mobilisation sécuritaire et militaire libanaise autour du village d’al-Mari, conduisant à l’arrestation d’un Libanais qui a avoué avoir participé à l’opération. Il s’agit de Hussein Ezzat Atoué, un cheikh fondamentaliste sunnite originaire du village de Hibariyé, appartenant à un groupe intégriste, qui aurait été rémunéré pour cette mission. Il a reconnu sa responsabilité dans la tentative de tir de la roquette défectueuse à partir de la région de Aïn Arab (Marjeyoun), tentative avortée à cause d’une panne technique. La roquette a explosé au sol, et la déflagration a été entendue à deux heures du matin dans les villages avoisinants. L’homme a été arrêté alors qu’il se trouvait dans un hôpital de la Békaa, souffrant de plusieurs brûlures graves au corps. Les services de renseignements des FSI avaient appréhendé plus tôt dans la matinée le Libanais Samir Hussein Bou Keiss, originaire également de al-Mari. Bou Keiss, connu comme trafiquant d’armes, a reconnu seulement avoir transporté les roquettes à la frontière, mais sans fournir d’éléments supplémentaires sur sa possible implication dans un groupe fondamentaliste. Son véhicule, de type Rapid, couleur rouge, a été saisi et des traces de sang, supposées appartenir à Atoui, ont été relevées à l’intérieur de la voiture.  D’autres éléments de preuve, notamment des appareils de communication, des cartes indiquant l’emplacement des rampes de lancement, ainsi que des équipements servant à exécuter l’opération, ont été trouvés dans le véhicule. Cette piste a facilité l’arrestation de Atoué, l’auteur des tirs. Ce dernier a révélé en outre avoir été assisté par deux Palestiniens, membres du même groupe fondamentaliste. Les forces de l’ordre les recherchent activement.
4452794_3_7585_un-tank-israelien-a-proximite-de-la-bande-de_39baaadfc9fa6017be2e67ca76ff11ed

 

(Lire aussi: La simultanéité de Gaza et Kfarchouba : inquiétude et colère au Liban)

En milieu de matinée, les services de renseignements de l’armée avaient déjà trouvé, dans le champ d’oliviers entourant le village d’al-Mari, les rampes de lancement des roquettes ainsi que deux roquettes d’un calibre de 107 mm prêtes à l’emploi. « Un pyrotechnicien militaire a désamorcé les projectiles », a ajouté le texte.
Parallèlement au vaste déploiement sécuritaire au Liban, des drones israéliens ont survolé les villages frontaliers libanais. La radio publique israélienne a précisé que deux roquettes de type Katioucha avaient atteint un secteur situé au nord de la ville de Kyriat Shmona. Une des roquettes a atterri sur une route où aucune voiture ne circulait à l’heure de l’attaque, a ajouté la radio.
À Beyrouth, l’armée libanaise a déclaré que trois roquettes avaient été tirées sur Israël « par un groupe inconnu » depuis la région de Marjeyoun-Hasbaya, dans le sud du Liban, sans toutefois préciser si les projectiles avaient atteint le territoire israélien.

Riposte israélienne

La riposte israélienne ne s’est pas fait attendre. Son artillerie a répliqué par une bordée d’obus, au moins 25, sur les hauteurs de Kfarchouba, Halta et Majidiyeh.
« Nous allons mener une enquête pour savoir s’il s’agissait d’un acte symbolique ou de quelque chose de plus substantiel », a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne lors d’un point de presse.
Selon des responsables militaires israéliens, les tirs du Liban ne semblent pas être dus au Hezbollah qui contrôle le sud du pays, mais qui « n’a aucun intérêt à se lancer dans un affrontement avec Israël ».
« Il s’agit sans doute d’une petite organisation palestinienne souhaitant exprimer sa solidarité avec le Hamas attaqué par l’armée israélienne dans la bande de Gaza », a ajouté la radio.

Capturec

(Lire aussi : Hamas-Israël : cinq questions pour comprendre la confrontation)

La radio israélienne a également indiqué qu’Israël avait déposé une plainte auprès de la Force intérimaire de l’Onu au Liban (Finul). Cette dernière a condamné l’incident dans un communiqué, assurant avoir renforcé les patrouilles de Casques bleus déployés dans le sud du Liban en coopération avec l’armée libanaise.
« C’est un incident sérieux violant la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’Onu et clairement destiné à ébranler la stabilité de la région », a regretté le chef de la Finul, le général Paolo Serra, faisant référence à la résolution qui a mis fin à la guerre entre Israël et le Hezbollah à l’été 2006. Le village d’al-Mari se situe à l’extrémité de la ligne bleue.

Capture

« Personne n’a été blessé, les obus ont touché des champs, pas des maisons. La situation à la frontière est maintenant calme, et un homme a été arrêté par les forces de sécurité pour être interrogé », a affirmé une source sécuritaire libanaise.

 

 

 

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :