La compagnie Air Algérie a annoncé avoir perdu jeudi le contact avec un avion 50 minutes après son décollage de Ouagadougou, au Burkina Faso. 116 personnes se trouvaient à bord.

6024840.image

« Les services de navigation aérienne ont perdu le contact avec un avion d’Air Algérie assurant jeudi la liaison Ouagadougou-Alger, 50 minutes après son décollage », a annoncé la compagnie publique algérienne, citée par l’agence APS.

La compagnie espagnole Swiftair a de son côté annoncé dans un communiqué avoir perdu le contact d’un MD-83, affrété par Air Algérie. Swiftair a précisé que 110 passagers et 6 membres d’équipage se trouvaient à bord de l’appareil.

Contact perdu sur le Mali

Plus tôt, une source au sein d’Air Algérie avait indiqué à l’AFP que l’appareil en question était un DC9, affrété par Air Algérie auprès d’une compagnie espagnole dont elle n’avait pas divulgué le nom.

Le contact a été perdu avec l’équipage dans l’espace aérien malien, a assuré la même source. Malgré une intervention militaire internationale encore en cours, la situation est toujours instable dans le nord du Mali, occupé pendant plusieurs mois en 2012 par des groupes armés djihadistes.

air-algerie_1

 

Vol MH17: survoler ou non les zones de conflit

Après la chute du Boeing de la Malaysia Airlines, beaucoup se sont demandés pourquoi cet avion de ligne survolait une zone considérée comme dangereuse. D’autant que quelques jours auparavant, plusieurs appareils militaires avait été abattus en plein vol.

Or il faut savoir que la compagnie malaisienne n‘était pas la seule à survoler l’Ukraine. Et pourtant, des recommandations avaient été formulées, comme l’explique Brian Flynn, un des responsables d’Eurocontrol, l’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne.

“Des restrictions de vol au dessus de l’est de l’Ukraine sont entrées en vigueur dès le 14 juillet, dit-il, et cela concerne la zone qui va du sol jusqu‘à 32 000 pieds, soit 9700 mètres d’altitude. Quelques heures plus tard, les autorités russes ont adoptées des restrictions similaires. Il n’y a donc pas d’incompatibilité entre ces deux décisions”.

BtTOe5vCcAAnRkg

Malgré les avertissements, certaines compagnies ont continué à survoler l’Ukraine. Car faire un détour rallonge le temps de vol et donc augmente la quantité de carburant à utiliser. Et puis le Boeing 777 de la Malaysia Airlines volait à plus de 10 000 mètres d’altitude, au-dessus de l’espace de restriction de vol…

Dans les faits, il appartient aux compagnies aériennes de définir leur plan de vol. Pour ce faire, elles s’appuient sur les informations transmises par les organismes nationaux ou internationaux.
Ainsi, l’agence américaine spécialisée (Federal Aviation Administration) interdit le survol de plusieurs pays comme la Libye, l’Irak ou encore la Corée du Nord. Pour d’autres pays comme l’Afghanistan, le Mali, la République démocratique du Congo ou encore le Yémen, elle ne fait que déconseiller le survol.

Tout dépend en fait de la situation sur le terrain, savoir si les troubles dans la zone se limitent à des combats au sol ou s’il y a des affrontements dans les airs.

Capturetweet

Dans certains cas, les pays, par le biais du Conseil de sécurité de l’ONU, peuvent instaurer une zone d’exclusion aérienne, notamment pour protéger les populations civiles. Cela a été le cas lors de la première guerre du Golfe en 1991, puis en Bosnie-Herzégovine entre 1993 et 1995, ou encore en 2011 en Libye.

Dans le cas de l’Ukraine, le Conseil de sécurité des Nations Unies n’a jusque-là, pas été saisi d’une demande relative à une zone d’exclusion aérienne. Cela dit, depuis la tragédie du vol MH17, plus aucun avion civil ne survole l’est de l’Ukraine…

DERNIERE NOUVELLE :

EN DIRECT. Air Algérie : l’avion disparu s’est crashé, une cinquantaine de Français à bord

La direction de l’aviation civile algérienne a annoncé que l’avion d’Air Algérie qui avait disparu cette nuit après avoir décollé du Burkina Faso s’est bien écrasé au Mali. 116 personnes étaient à bord, dont au moins 50 Français.

index

L’avion d’Air Algérie Ouagadougou-Alger porté disparu depuis la nuit dernière s’est bien écrasé, a confirmé l’aviation civile algérienne.

L’appareil est un MD-83, affrété auprès de la compagnie espagnole Swiftair. 

Le vol AH5017, qui avait décollé en pleine nuit, transportait 110 passagers  (plus six membres d’équipage). Il devait atterrir à Alger à l’aube. Le contact a été rompu dans la nuit (vers 3h55, heure de Paris). L’avion survolait alors le Mali, à proximité de la frontière algérienne.

Part-PAR-Par7929225-1-1-0

A la mi-journée, le représentant d’Air Algérie au Burkina Faso a indiqué que cinquante Français figuraient parmi les passagers.

Un numéro de téléphone a été mis en place par le Quai d’Orsay  : 01 43 17 56 46

Le gouvernement de Bamako et les groupes armés maliens doivent entamer mercredi après-midi à Alger des négociations difficiles pour trouver un accord de paix dans ce pays du Sahel toujours instable malgré une intervention armée internationale toujours en cours.

Avant l’ouverture des pourparlers, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop qui dirige la délégation officielle a assuré que le gouvernement était disposé à aller « aussi loin que possible » en vue de parvenir à un accord « aussi vite que possible » pour une « entente entre Maliens ».

« Le gouvernement est prêt à aller aussi loin que possible dans le cadre des lignes rouges qui ont été tracées », a-t-il affirmé dans une déclaration à l’AFP, expliquant que ces lignes rouges étaient « le respect de l’unité territoriale, de l’unité du peuple du Mali et la forme républicaine de l’Etat malien ».

 

Après des revendications indépendantistes, aujourd’hui officiellement abandonnées, certains des groupes rebelles réclament désormais une forme d’autonomie ou un statut particulier pour le nord qu’ils appellent Azawad.

Les négociateurs vont tenter de « trouver un consensus pour le partage du pouvoir » entre « d’un côté, les mouvements qui veulent une autonomie du nord du Mali » et de l’autre un « gouvernement ouvert à toute idée en dehors de l’indépendance », a expliqué mardi une source diplomatique algérienne jugeant « étroite » la marge de manœuvre de son pays qui conduit les négociations.

Selon cette source, les groupes armés sont « en position de force » après « la grande défaite » de l’armée malienne.

illustration aeroport Lyon Saint Exupery

En mai, des hommes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touareg), du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA, au sein duquel sont recyclés d’ex-jihadistes) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) ont combattu pendant plusieurs jours à Kidal, fief des Touareg dans le nord-est du Mali, l’armée malienne qui a perdu au moins 50 soldats.

Mais dans un geste de bonne volonté avant les négociations, les parties ont procédé mardi soir à Bamako à un échange de 86 prisonniers, 45 militaires et policiers d’un côté et 41 Touareg de l’autre.

– Contexte favorable –

Les négociations d’Alger sont les premières à rassembler l’ensemble des parties prenantes au conflit depuis celles qui avaient abouti à un accord intérimaire le 18 juin 2013 à Ouagadougou, au Burkina Faso, ayant ouvert la voie à la tenue d’élections présidentielle et législatives.

Mais depuis l’élection du président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2013, les pourparlers piétinent et les groupes armés continuent à mener régulièrement des actions meurtrières dans le nord du Mali.

Un policier malien assiste au départ du convoi français de Bamako, le 15 janvier 2013 [Issouf Sanogo  / AFP/Archives]

Le MNLA, le HCUA, deux branches du MAA et des milices d’autodéfense proches du pouvoir de Bamako sont représentés à Alger.

Sont exclus des négociations les groupes liés à Al-Qaïda qui, à un moment alliés du MNLA, ont occupé pendant plus de neuf mois le nord du Mali avant d’en être partiellement chassés par une intervention armée internationale lancée le 11 janvier 2013 par la France, toujours en cours via la mission de l’ONU au Mali, la Minusma.

Les pourparlers devaient débuter le jour de la visite à Bamako du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour y signer un accord de défense avec le Mali après l’annonce par Paris de la fin de son opération Serval.

Elle sera remplacée par « Barkhane », opération plus large et permanente de lutte contre le terrorisme au Sahel, qui mobilisera 3.000 militaires français.

« Le contexte actuel pour le lancement de la phase initiale du dialogue intermalien est plus favorable qu’il ne l’a jamais été », a indiqué le représentant spécial de l’UE pour le Sahel, Michel Reveyrand, après avoir été reçu mardi par le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

« Je suis optimiste que ces pourparlers débouchent, d’ici quelques semaines, à une paix durable au Mali », a estimé de son côté le haut représentant de la mission de l’Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel, Pierre Buyoya.

Air Algérie a annoncé jeudi avoir perdu le contact avec le vol AH5017, effectuant la liaison entre Ouagadougou (Burkina Faso) et Alger (Algérie), lorsqu’il était au nord du Mali cette nuit. L’appareil transportait au moins 116 passagers dont 51 Français.

air-algerie_1

Le vol AH5017 a décollé de Ouagadougou (Burkina Faso) pour se rendre à Alger, où il n’est jamais arrivé. 50 minutes après son décollage, Air Algérie a déclaré avoir perdu le contact avec l’appareil qui transportait 116 personnes. « L’avion a disparu à Gao, à 500 km de la frontière algérienne », a indiqué le Premier ministre Abdelmalek Sellal, cité par une radio algérienne.

L’appareil un McDonnell 83 avait été affrété à la compagnie espagnole de leasing Swiftair. « Des opérations de recherche ont été engagées et se poursuivent à l’heure actuelle dans la zone concernée », a indiqué Air Algérie en milieu d’après-midi.

Des cellules de crise ont été mises en place à Roissy-Charles-de-Gaulle ainsi qu’à Marseille-Marignane, où des passagers devaient se rendre après leur escale à Alger.

Un porte-parole d’Air Algérie a annoncé que le vol AH5017 s’est écrasé. Juste avant de perdre le contact, l’avion aurait changé de cap afin d’éviter les conditions météorologiques, a précisé une source de la compagnie algérienne.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :