« Quinze mille dinars, environ 12 $. »

Voila combien coute une femme Yazida au marché de Mossoul.

« Omar, un ami musulman, c’est  fait passer pour un Islamiste :
il a acheté trois femmes pour les aider à s’échapper.
Maintenant il est ici à Erbil, protégé par les services secrets, « explique Hussam Salem, activiste de la Ligue de solidarité et de fraternité.

1979737_748641078527150_847011741627092252_n

« Génocide »

c’est par ce mot trop lourd sur les lèvres de ce garçon  grave de  27 ans.

« Ce n’est pas la première fois dans l’histoire du peuple Yazidi que cela se produit  »

dit-il calmement et avec dignité.

Avec sa « Ligue », il regroupe photos et témoignages. Et ceci dans le but que tous les survivants puissent  devenir une cause à la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Difficile d’avoir maintenant une estimation du nombre de victimes :
Evacuation des familles de Duhok , d’autres mises en question avec le transport aérien, d’autres qui ont franchi la frontière.

Tout d’abord « trouve », une histoire de la reconstruction. La première histoire du génocide est un refrain tragique: « Ardan, les montagnes de Sinjar, 415 hommes ont été tués et des enfants : abattus ou massacrés. Toutes les femmes sont à Tell Afar », la ville aux mains de l’Isis.
Tous enlevés, comme les trois filles de Mossoul.

Férocité, qui peut être la rivalité intercommunautaire : hommes d’Isis arrivée à Tell Afar, moitié sunnite et chiite de moitié, les chiites ont fui dans les montagnes. « Nous avons accueilli les yazidis, un geste de solidarité entre les populations persécutées ».

Ouvert un corridor, chiites ont fui vers le sud et certains groupes sunnites, pour se venger d’avoir accueilli les chiites, ont attaqué le village d’Yezidis. Étaient ils à amener ces femmes à Tell Afar, « explique Hussam. Etnicoreligiose gang tueur querelles, tandis que la majorité de la population a ouvert les portes de la maison:

« réfugiés en Bashika nous avons accueilli ceux qui fuient de Mossoul. Aucune discrimination ethnique ou religieuse ».
Aussi s’échapper des montagnes de Sinjar est transformé en un piège diabolique.

« Les enfants et abandon des personnes âgées et de faim. Un ami du mine-he dit montrant la photo d’une petite fille à 16 ans – il a laissé sa fille sur le bord de la route. Personnes handicapées, incapable de marcher. Heureusement, a survécu à deux jours de jeûne. Maintenant est sauvé dans un camp de réfugiés de Duhok ».

La liste est longue, une liste que Hassan met à jour tous les soirs pendant la journée, ainsi que de la collecte des documents, distribuer de la nourriture et couvertures avec « un pont pour », l’ONG italienne présente en Irak depuis plus de 20 ans. Justice, pour la Ligue des Yézidis, à ce moment signifie « protection internationale : l’appel sur l’Organisation des Nations Unies et le Vatican. »

Sécurité et sûreté, où les forces en présence sur le terrain ces dernières semaines, ont échoué. « Demandez-lui également auprès du Saint-siège. Avant que le pape lui a demandé de protéger les chrétiens, cherche maintenant à protéger les minorités. Mots pour nous très important ». Quelques encablures de l’Office de « un pont pour », dans le parc en face de la Shimuni de l’église de Mar catholique syriaque, attend l’arrivée d’un chargement de matelas du HCR. Hussam salue cher et aller pour mettre à jour ses archives : temps fera justice.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :