Un trio d’anciens sénateurs s’est regroupé pour lancer une campagne TV exhortant le Congrès à voter une loi qui permettrait aux Députés du peuple d’examiner tout accord que signeraient des négociateurs internationaux avec l’Iran, afin de l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire.

bomba-atomique-nucléaire-iranien

Les anciens Sénateurs Saxby Chambliss (R-Ga.), Evan Bayh (D-Ind.), et Norm Coleman (R-Minn.) ont créé une nouvelle régulation de la section 501(c)(4) [projet de loi], appelée l‘Initiative Américaine sur la Sécurité, qui a débuté la semaine dernière, et qui diffuse une annonce montrant un Van blanc, ostensiblement chargé d’une bombe nucléaire, qui circule à travers New York.

Le conducteur du Van écoute la radio, où l’on entend une phrase d’un discours du Sénateur Lindsey Graham (R-S.C.), qui dit : « Nous avons déjà une Corée du Nord en cours de route, un jour pas si lointain, on va se réveiller avec une bombe atomique iranienne, en bas de chez nous ».

Alors que le Van continue de rouler dans New-York, la radio diffuse un extrait du discours du Premier Ministre israélien Binyamin Netanyahu devant le Congrès, il y a quelques semaines, où il dit : « Imaginez simplement les conséquences horribles qui surviendraient si ces extrémistes islamistes qui dirigent l’Iran parvenaient à mettre la main sur des armes atomiques ».

On entend une voix en off, alertant le public pour qu’il fasse savoir : « à Washington : pas d’accord nucléaire avec l’Iran sans l’approbation du congrès, avant qu’il ne soit trop tard! ».

L’écran affiche les numéros de téléphone de la Maison Blanche et du Capitole, avant que le Van – à présent garé sur une place de parking à étages – n’explose.

Les progressistes ont fustigé cette bande – annonce, la déclarant n’être qu’un morceau de propagande belliciste. Selon IJ Review, des chaînes de télévision de premier plan ont refusé de diffuser cette annonce, au cours de leurs émissions du dimanche matin, à l’exception notable de Fox News.

Mais cette bande-annonce, qui a coûté 500.000 dollars, n’est que le dernier épisode de la lutte du Congrès des Représentants du peuple américain pour faire entendre sa voix, dans tout accord nucléaire atteint par l’Administration Obama. Si, en effet, Barack Obama n’avait pas une majorité du peuple américain, actuellement, opposée à son flirt solitaire avec l’Iran atomique, qu’aurait-il à craindre d’en passer par l’avis du Congrès?

La semaine dernière, le Chef de la Majorité du Sénat, Mitch McConnel (R-Ky) a reporté la décision d’un vote, ce mardi, sur un texte de loi qui retarderait l’instauration de tout accord pour une période de 60 jours, offrant ainsi au Congrès la possiblité de l’examiner et de voter sur son contenu, à la suite de l’intervention de certains Démocrates qui ont fait savoir qu’ils lui refuseraient leur soutien, avant la date-butoir du 24 mars (échéance officielle de l’accord, toujours en suspend).

C’est la date-butoir que les négociateurs internationaux avaient annoncé pour l’obtention d’un accord-cadre (L’Administration a calculé que cette date-butoir devrait être le 31 mars).

Le texte de loi, introduit par les Sénateurs Bob Corker (R-Tenn.) et Bob Menendez (D-N.J.) devrait aussi tenter d’empêcher l’accord d’être considéré comme effectif si le Congrès décide de voter et de le désapprouver.

La presse arabe de déchaine contre l’administration Obama responsable du chaos au Moyen-Orient.

La presse arabe critique sévèrement l’administration Obama pour s’allier avec l’Iran, tournant le dos aux amis arabes. Et ils ne sont pas tendres.

Dans le contexte des négociations nucléaires actuelles entre les Etats-Unis et l’Iran et la guerre contre l’État islamique (ISIS), ces dernières semaines des dizaines d’articles dans la presse arabe, et en particulier dans la presse saoudienne, ont sévèrement critiqué la politique de l’administration Obama dans la région – en particulier sa politique avec l’Iran, définie comme «destructrice», «dangereux» « idiote »et «irréfléchie. »

Exprimant la crainte de la perspective d’un accord nucléaire américano-iranien qui renforcerait l’Iran au détriment des pays sunnites, qui sont de longue date sont des alliés américains, certains auteurs ont déclaré que le président Obama cherche un accord nucléaire avec l’Iran pour sa propre gloire personnelle , et que le coût d’un tel accord n’a pas d’importance pour lui.

Ils ont écrit qu’Obama ne tient pas compte des actions de l’Iran, et donne à des organisations qui lui sont affiliées les mains libres pour agir en Syrie, en Irak, au Yémen et au Bahreïn, et ce faisant, permet à l’Iran de poursuivre son expansion dans la région.

Certains des auteurs ont fait valoir que la politique américaine en Irak et en Syrie avait donné la liberté à l’Iran d’intervenir dans ces pays et a de ce fait renforcer l’état Islamique anti-chiite. l’alliance américano-iranienne humiliant les Arabes sunnites a créé des conditions optimales pour ce groupe d’émerger.

Un auteur a même appelé les pays arabes et la Turquie à affronter l’administration Obama, pour contrecarrer sa politique dans la région, et s’opposer à toute entente et accord signé avec l’Iran, une administration Obama qui ne fait absolument pas empêcher le régime iranien de posséder des armes nucléaires. D’autres estiment que les pays de la région pourraient trouver quelqu’un d’autre sur lequel s’appuyer plutôt que les États-Unis

Bipartisan group: Congress should vote on Iran deal

In separate interviews with Right Turn, Coleman and Bayh stressed that the effort must be bipartisan. Coleman makes the case that a congressional vote should not be a “heavy lift.” He says that any deal with Iran should give the chance “for the people’s representatives — just as we have done for 25 other nuclear arms deals” the opportunity to review and vote on it. He stresses, “There is a benefit to getting Congress to approve and get a long-term, binding contract with Iran. If you don’t, you run the risk of being challenged or changed by the next president.” Put differently, the president is peddling snake oil to the Iranians if he is saying he can give them permanent or even 10-year relief from sanctions without a congressional vote.

Today, that bipartisan effort got back on track when Senate Majority Leader Mitch McConnell (R-Ky.) heeded Democrats’ complaints that the bill was being jammed through on the floor. In an e-mail, McConnell’s communications director said, “While the original schedule would have allowed for a committee markup and vote on the Iran Nuclear Agreement Review Act of 2015 before final floor consideration, it is clear that Senate Democrats will filibuster their own bill—a bill they rushed to introduce before the White House cut a deal with Iran.” He added, “So, instead, the Senate will turn next to the anti-human-trafficking legislation while Democrats decide whether or not they believe they and Congress as a whole should be able to review and vote on any deal the President cuts with the leaders of Iran. The Senate will take up the trafficking bill on Tuesday morning.”

With that glitch behind them, Coleman remains confident there will be broad agreement, in part because the public overwhelmingly is opposed to Iran getting a bomb and would even favor force to prevent that. “Public opinion is extraordinarily important on Capitol Hill,” he emphasized. “That is who they are working for — the American people. The American public clearly understands the danger of Iran getting a nuclear bomb.”

Bayh echoed Coleman’s certitude that of course Congress should weigh in: “If the deal doesn’t enjoy the approval of Congress and the American people, this will only undermine the objective of the accord.” From the point of view of Congress, Corker-Menendez should be an easy vote, he says: “I don’t know how a member of Congress can say, ‘I really don’t want to have a say.’” He acknowledges that there were hard feelings about the Israeli prime minister’s speech and again on the timing of the vote, but, he insists, “Democrats were exercised about process, not the substance.” He says the White House might want to keep Congress out of it. “Will it be messy? Could Congress insist on some changes that [the negotiators] would need to go back to the Iranians? Sure. But that’s democracy.”

Bayh has always voiced the view that the more pressure put on the Iranians in the form of sanctions and the credible threat of military action, the better the deal will be. And therein lies a problem for the administration. The deal, if there is one, will fall far short of the president’s stated policy of preventing a nuclear breakout; but he will be telling Congress this is the best he can do. Members might well conclude that if he had not effectively blocked sanctions by pressuring Democrats, the deal would be a whole lot better. Bayh won’t criticize the president and simply says, “Well, that hasn’t been debated. We need to have that debate.”

If Robert Menendez (D-N.J.) and fellow Democrats hold firm and join with virtually all Republicans, they will get that chance. That the administration is so dead set on preventing the American people from hearing about the deal and listening to criticisms and on working without Congress tells us volumes about the content of what the negotiators will be coming back with. President Obama can dream up all sorts of executive power and try to smear opponents, but a veto-proof majority and American public opinion can effectively prevent a lasting, bad deal from being jammed through. In his last 22 months, he might lift sanctions — and start a nuclear arms race – but he cannot seal his deal acting unilaterally. A new president and Congress will look at this with fresh eyes in concert with our allies.

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :