Il suffit de lire l’article édité par le Ministère des Finances. 

200px-Ministère_de_l'Economie_et_des_Finances_(France)

Israël, pays jeune, dynamique  et économiquement très stable…

économie-France-Israël

Israël offre de réels débouchés, encore insuffisamment  exploités, pour les opérateurs français, notamment dans  les domaines des infrastructures, (routes, voies ferrées, transport public urbain et interurbain, aéroports), de l’énergie (exploitation des nouveaux gisements de gaz naturel : infrastructures off-shore, liquéfaction, distribution, stockage), de l’innovation (TIC, Bio & Green Tech, énergies renouvelables et efficacité énergétique), du tourisme, de l’hôtellerie, du luxe et de la grande distribution.  Les efforts de coopération bilatérale se sont néanmoins accélérés depuis peu avec les visites successives de ministres français de la sphère économique. Plusieurs accords de coopération bilatérale ont notamment été signés ou renforcés dans ce cadre (tourisme, énergies renouvelables, innovation).

takeme

Des missions du Service économique et d’Ubifrance ont par ailleurs été organisées en France, en coopération avec les chambres de commerce locales. Ces efforts se sont traduits aussi par l’organisation de nouvelles manifestations ou rencontres. Le plus emblématique de ces événements est la 1ère journée de l’Innovation franco-israélienne à Paris en décembre 2011, qui a réuni près de 400 entreprises françaises et israéliennes et la deuxième édition de cet événement a eu lieu le 19 novembre 2013, en Israël, en présence du Président de la République. Le Service économique a par ailleurs organisé une 2ème Semaine de la gastronomie française en Israël en février 2014 ainsi que divers séminaires inédits en Israël (gaz, smart citées, énergies renouvelables, etc.).

jewjitzu

Politique commerciale :

L’économie israélienne est une économie ouverte, bien insérée dans les structures de gouvernance multilatérales.  Israël est membre de l’OMC depuis 1995 et signataire à ce titre de nombreux arrangements multilatéraux. La moyenne des droits de douane pratiqués par Israël pour les produits non-agricoles s’élevait en 2012 à 4,2% (calculés en norme PNF, Nation la Plus Favorisée), soit un taux relativement bas. Celui-ci ne rend pas pleinement compte du niveau de libéralisation élevé des échanges d’Israël dans la mesure où la majorité de ceux-ci s’effectuent de manière préférentielle en application d’accords de libre-échange.

robot

C’est notamment le cas des échanges commerciaux entre Israël et la France, qui font l’objet des conditions fixées par l’Accord d’Association entre l’UE et Israël signé en 1995 et entré en vigueur en 2000. Celui-ci met en place une exemption de droits de douanes et de quotas pour la plupart des produits industriels et réduit les barrières tarifaires pour les produits agricoles. Il a été complété par un protocole additionnel portant sur les produits agricoles et de la pêche, entré en vigueur en 2010. En vertu de celui-ci la plupart des produits agricoles transformés transitent en franchise de droits, même si certains restent toujours fortement protégés.

images (1)

Outre l’Union Européenne, Israël possède des accords préférentiels avec d’autres partenaires commerciaux majeurs : les Etats-Unis (1985), le Canada (1996), le Mexique (2000), l’A.E.L.E (1993), la Turquie (1997), et le MERCOSUR (2007). Un accord préférentiel existe également avec la Jordanie et l’Egypte tandis qu’une union douanière lie Israël à l’Autorité palestinienne.

images (2)

Ces dernières années l’accès au marché de marchandises étrangères a également été facilité par un ensemble de mesures unilatérales du gouvernement israélien visant à réduire le coût de la vie, prises en réponse aux vastes mouvements de revendication sociale de l’été 2011.

Ces mesures se traduisent notamment par une refonte de la structure des droits de douane du pays : des  suppressions de droits ont eu lieu sur plusieurs centaines de lignes tarifaires.

jew

Les échanges de services restent relativement moins libéralisés que les échanges de biens. Dans le cadre des négociations de l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) de l’OMC, Israël a pris des engagements spécifiques pour 58 sous-secteurs. Une évolution notable dans ce domaine est intervenue en juin 2012, avec la signature par Israël et l’UE de l’accord Open Skies qui prévoit l’ouverture progressive du marché du transport aérien. Publié le 25/04/2014.

images

Situation économique et financière

L’économie israélienne repose sur des fondamentaux solides. Ses bons résultats s’expliquent notamment par une gestion prudente de la politique conjoncturelle du pays. Elle est également le résultat d’une spécialisation efficace: véritable «économie de l’innovation » Israël est devenu une puissance technologique, leader dans le domaine des TIC, de l’informatique, des nanotechnologies, de la santé ou encore des technologies « propres ».

images (3)

En 2014, la croissance économique s’est établie à 2,8%, soit un niveau à la fois supérieur à la croissance de sa population et à celle de la plupart des pays de l’OCDE. Le taux de chômage, proche du plein-emploi, a été ramené de 6,2% de la population active en 2013 à 5,7% en 2014. Les réserves de la Banque centrale ont continué de progresser et s’établissaient à plus de de 85 milliards de dollars fin décembre 2014, soit plus d’un an d’importations de biens et services. Les équilibres financiers du pays sont par ailleurs satisfaisants…

jesuisjuif

Qui pourrait mieux dire ?

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :