Ramallah (Territoires palestiniens) – Les forces de sécurité israéliennes ont tiré sur les auteurs palestiniens des attaques au couteau « pour les tuer et non les neutraliser », a accusé lundi Chaawan Jabarine, directeur du centre Al-Haq de défense des droits de l’Homme.

Des soldats israéliens mettent en joue des manifestants palestiniens lors d'affrontements dans la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 12 octobre 2015

M. Jabarine est également membre de la commission palestinienne chargée de rassembler des éléments pour alimenter les dossiers contre Israël auprès de la Cour pénale internationale. Il a dit à l’AFP que les circonstances de la mort des auteurs d’attaques au couteau seraient soumises à l’examen de la justice internationale.

« La police israélienne tire sur des gens qu’elle juge suspects ou des personnes portant effectivement des couteaux, avec pour objectif de les tuer et non pas de les neutraliser », a-t-il dit.

 

« Selon le droit international, la force létale ne peut être utilisée qu’à partir du moment où une ou plusieurs vies sont réellement en danger », a ajouté M. Jabarine.

« Nous avons étudié les cas au cours desquels les soldats israéliens ont tué des Palestiniens, et dans tous ces cas nous avons observé que les tirs visaient à tuer et non à empêcher l’assaillant de s’échapper, alors même que l’assaillant n’avait qu’un couteau et était encerclé par de nombreux membres des forces de sécurité munis d’armes à feu », selon lui.

 Capture

Une scène a particulièrement fait polémique, notamment parce qu’elle a été filmée et que les images se sont propagées dans les médias et sur les réseaux sociaux: celle de Esraa Abed, blessée par balles vendredi après avoir tenté de poignarder un garde de sécurité à l’entrée de la gare routière d’Afula, dans le nord d’Israël.

Sur la vidéo, on voit la jeune femme, un couteau à la main, comme figée et entourée de soldats et de policiers. Un ou plusieurs d’entre eux tirent, apparemment vers les jambes, et elle s’écroule. La police a décrit son état comme sérieux.

Capturejj

Al-Haq a relevé que, dans d’autres cas, les tirs étaient dirigés vers le haut du corps des assaillants -et non les jambes- et qu’à maintes reprises plusieurs balles avaient été tirées, « même une fois que le Palestinien est à terre », a poursuivi M. Jabarine.

YouTube supprime des vidéos haineuses.

Israël a annoncé aujourd’hui avoir obtenu de YouTube la suppression de vidéos palestiniennes «incitant aux meurtres» selon lui dans le contexte d’escalade des violences depuis deux semaines. Les vidéos de Palestiniens poignardant des Israéliens, appelant à le faire ou lançant des pierres sur des soldats israéliens se sont propagées sur la toile depuis le début de l’escalade des violences le 1er octobre.

Résultats de recherche d'images pour « Les forces de sécurité israéliennes ont tiré »

«Plusieurs vidéos, notamment du Hamas, qui incitaient à la violence, à la haine et au meurtre d’Israéliens et de juifs ont été retirées après que nous en avons fait la demande auprès de YouTube», site d’hébergement de vidéos sur internet, a dit le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes Emmamuel Nahshon.


Israël a fait parvenir une lettre en ce sens à la filiale israélienne de Google, qui détient YouTube, a-t-il dit.
«Ces vidéos décrivent des attaques terroristes, font l’apologie de leurs auteurs et présentent les juifs et les Israéliens de manière haineuse et raciste», souligne la lettre.

YouTube «ne nous a pas répondu directement, mais nous avons pu constater que les vidéos en question avaient rapidement été effacées», a ajouté le porte-parole, qui n’était pas en mesure de préciser le nombre exact de vidéos retirées. Des responsables des Affaires étrangères doivent rencontrer mardi des représentants de Facebook lors d’une visite en Israël pour leur demander de suivre l’exemple de YouTube, a-t-il dit. Le ministère des Affaires étrangères a créé un «département de diplomatie digitale» spécialement conçu pour surveiller les réseaux sociaux, a poursuivi Nahshon. Le ministère appelle les internautes israéliens à surveiller eux aussi les réseaux sociaux et à alerter YouTube et Facebook des éventuels «appels à la violence», a-t-il dit.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :