Le chef du Hezbollah a déclaré, lundi, qu’il se réservait le droit de répondre à la mort de Samir Kantar, une figure du mouvement chiite libanais, imputé à l’État hébreu.

145060320335337219a_b
Israël, qui s’est félicité de cette disparition, n’a pas revendiqué l’acte.

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, a promis à Israël, lors d’un discours télévisé retransmis sur Al-Manar lundi 21 décembre, une riposte « appropriée » après l’assassinat, attribué à l’État hébreu, de Samir Kantar, une figure du mouvement chiite.

« Pour nous, Israël porte pleinement la responsabilité de l’assassinat du martyr Samir Kantar. Nous n’avons pas le moindre doute sur ce point », a poursuivi le chef du Hezbollah, précisant que l’assassinat avait été commis par des tirs de missiles.

« Si les Israéliens pensent qu’en tuant Samir Kantar ils ont soldé un compte, alors, ils se trompent beaucoup parce qu’ils savent, ou sauront, qu’ils en ont au contraire ouvert plusieurs », a déclaré lors des funérailles Hachem Safeïeddine, un responsable du mouvement.

« Cible » d’Israël.

Israël a salué sa mort, affirmant qu’il préparait des attentats à partir de la Syrie, mais n’est pas allé jusqu’à endosser la responsabilité de la frappe aérienne qui l’a abattu samedi.

Selon Hassan Nasrallah, Samir Kantar a « toujours été la cible » d’Israël depuis sa libération en 2008 dans le cadre d’un échange entre le Hezbollah et l’État hébreu.

Ancien militant du Front populaire palestinien (FLP) incarcéré pendant près de 30 ans en Israël pour une opération meurtrière commise à l’âge de 16 ans, Samir Kantar, un druze libanais, avait rejoint aussitôt après sa libération le mouvement chiite.

Il était en charge ces deux dernières années du front du Golan, occupé par Israël depuis 1967.

Le chef du Hezbollah a honoré les jeunes Palestiniens qui ont attaqué des Israéliens ces derniers mois.
gg

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a prononcé un discours lundi soir dans lequel il a accusé Israël d’être responsable de la mort du terroriste Samir Kuntar, tué samedi soir par des frappes aériennes , près de Damas en Syrie.

« Nous n’avons aucun doute sur le fait que l’ennemi israélien est derrière cet assassinat », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée.

Nasrallah a par ailleurs « promis » que le Hezbollah ripostera à l’élimination de Samir Kuntar.

Lire aussi — Analyse: Le dilemme de Nasrallah entre restreinte et escalade

« On se réserve le droit de répondre à son assassinat, à l’endroit et au moment que nous jugerons appropriés. Nous (..) allons exercer ce droit », a-t-il affirmé.

Nasrallah répété que la lutte contre Israël était « éternelle » et qu’elle continuerait « quoi qu’il arrive. »

Il a également rendu hommage aux « jeunes » palestiniens qui ont mené des attaques contre des Israéliens ces derniers mois, relevant que Kuntar était lui-même un adolescent quand il a assassiné deux membres d’une famille israélienne, un père et sa fille de quatre ans en 1979.

Nasrallah a salué tous ces « martyrs », et notamment une adolescente palestinienne qui a été tué par l’armée israélienne alors qu’elle menait une attaque, qu’il a comparé à « une fleur ».

Le chef du Hezbollah a par ailleurs rejeté les rapports syriens qui affirment que ce n’est pas Israël mais les rebelles syriens qui seraient à l’origine des frappes qui ont détruit le bâtiment dans lequel se trouvait.

Il n’a en revanche pas commenter les rapports selon lesquels les avions israéliens ont tiré leurs missiles depuis le territoire de l’Etat hébreu.

Le Hezbollah a organisé lundi d’imposantes funérailles dans le sud de Beyrouth pour le terroriste libanais Samir Kantar.

« Mort à Israël, mort aux Etats-Unis », scandait une foule compacte derrière le cercueil de Samir Kantar.

Sur les réseaux sociaux, les critiques pleuvent sur l’inaction des Russes, alliés du Hezbollah contre les rebelles en Syrie, qui disposent au sol d’un système de radars ultra-performants et de missiles de longue portée S-400.

Manifestement gênés, les médias sympathisants du Hezbollah ont justifié l’inaction russe par le fait que les avions israéliens n’étaient jamais entrés dans l’espace aérien syrien pour viser Kantar mais avaient tiré quatre missiles depuis le territoire israélien.

 

L’annonce dimanche du décès de Kantar avait été suivie d’échanges de roquettes et d’obus à la frontière libano-israélienne.

Israël s’est félicité de sa disparition mais sans revendiquer la responsabilité du raid perpétré samedi. Un haut responsable de la sécurité israélienne avait toutefois averti en 2008, peu après la libération du terroriste d’une prison israélienne, qu’il restait une « cible pour Israël ».

145060320335337219a_b

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :