Si l’avion de combat F-35 est tellement génial, pourquoi est-il autant haï ?

Le F-35 Lightning II pendant un test de ravitaillement, près de Patuxent River dans le Maryland, le 5 septembre 2014. (Crédit : Layne Laughter/Lockheed Martin)

Le prochain avion furtif d’Israël est l’avenir de la guerre moderne, mais les coûts du programme du Pentagone sont de plus de 1,5 millier de milliards de dollars – et il n’est toujours pas opérationnel.

« Un avion de combat furtif F-35 a abattu deux jets MiG-29 avant d’abattre une batterie de missiles sol-air dimanche matin. »

Enfin, dans un simulateur à l’Hôtel Hilton de Tel-Aviv.

Afficher l'image d'origine

L’avion de chasse F-35 est connu en hébreu comme l’ « Adir », signifiant puissant ou grand, et ceci pour une bonne raison: Il est tout simplement génial.

Il ressemble à un vaisseau spatial, vole à une vitesse maximale de 1,6 Mach et peut transporter jusqu’à 8,182 kg de munitions. Une variante du F-35 a la capacité de décoller et d’atterrir verticalement, comme un hélicoptère. Il possède l’un des systèmes de furtivité les plus avancés au monde, ce qui le rend « pratiquement invisible » au radar, et devrait être en service actif jusqu’à 2070.

Mais aussi impressionnant qu’il puisse être, le F-35 est également le projet d’armement le plus cher de l’histoire. Le programme pour élaborer le F-35 devrait coûter plus de 1,5 millier de milliards de dollars – oui, millier de milliards – et l’avion n’est pas encore pleinement opérationnel, et ne le sera pas dans les prochaines années, selon les propres projections de Lockheed Martin.

Ce chiffre comprend 400 milliards de dollars qui seront investis dans le développement et la production de l’avion de combat de prochaine génération et les coûts d’exploitation de la flotte d’avions de guerre.

Bien qu’il puisse être mis en service en Israël dès l’année prochaine, la plupart estiment que le F-35 ne sera complètement fonctionnel qu’en 2021.

Les sièges éjectables du F-35 ont été jugés dangereux pour les pilotes pesant moins de 75 kg. Il y a des bugs de programmation dans les 8 millions de lignes de code du système avionique et du système d’armes de l’avion. Le casque, conçu par Elbit Systems d’Israël, est si grand qu’il serait difficile pour les pilotes de tourner la tête dans le cockpit.

Afficher l'image d'origine

Pour l’équipe F-35, ces questions sont naturelles et prévisibles dans le cadre d’un projet aussi complexe que celui d’un chasseur furtif de cinquième génération, et elles sont actuellement traitées et résolues par Lockheed Martin.

Le pilote d'essai en chef Alan Norman, à gauche, parle avec le député Likud, Yoav Kish dans le cockpit d'un simulateur de F-35 au cours d'une conférence à Tel Aviv, le 3 avril 2016. (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

La restriction de poids n’a aucune incidence sur les pilotes actuels, et un nouveau casque devrait être produit en octobre 2017, a déclaré la société dans un communiqué.

la100

Mais ces exemples ne sont qu’une facette des problèmes.

Dr. J. Michael Gilmore, testeur d’armes en chef du Pentagone et directeur des essais opérationnels et de l’évaluation, a identifié 91 déficiences de « Catégorie 1 » ou de « Catégorie 2 » dans la plate-forme du F-35 en octobre 2015, ce qu’il a révélé dans un rapport de 48 pages cinglant et plein de jargon professionnel compliqué publié plus tôt cette année.

Afficher l'image d'origine

Les déficiences de Catégorie 1 – au nombre de 27 – « peuvent entraîner la mort, des blessures graves, ou une maladie professionnelle grave ; entraîner une perte ou des dommages importants au système d’arme ; restreindre gravement les capacités de préparation au combat de l’organisation ; ou entraîner un arrêt de la ligne de production », selon le rapport, qui a été officiellement présenté à la Commission des forces armées des États-Unis à la fin du mois dernier.

Les 64 défaillances de Catégorie 2 restantes « empêchent ou limitent la réussite de l’accomplissement de la mission », mais ne mettent pas la vie du pilote en danger et ne sont pas préjudiciables au succès de la mission comme les déficiences de Catégorie 1.

© U.S. Navy / Mass Communication Specialist 3rd Class Jameson E. Lynch

Lt.-Gen. Chris Bogdan, directeur général du programme F-35, a qualifié le rapport de Gilmore de  » exacte en fait », mais potentiellement trompeur.

« Bien que cela n’ait pas été mis en évidence par le rapport, pour chaque problème cité, le programme F-35 effectue un travail en cours pour résoudre ou atténuer le problème », a déclaré Bogdan à la Commission des forces armées des États-Unis le mois dernier.

Le pilote d'essai en chef Alan Norman discute du F-35 lors d'une conférence à Tel Aviv, le 3 avril 2016. (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

De sévères critiques.

Comme projet d’armement le plus cher de l’histoire, le F-35 a fait l’objet de critiques considérables par les analystes militaires, hommes politiques, ainsi que par le personnel de l’armée de l’Air.

Afficher l'image d'origine

Les critiques ont tendance à faire valoir deux points principaux : le premier, considérant que la plate-forme multi-rôle essaie d’accomplir trop de taches et ne parvient pas à surpasser la performance des avions déjà existants ; le deuxième, que le F-35 au prix exorbitant est produit aux dépens d’autres avions souhaitables.

Par exemple, au lieu d’acheter un F-35 pour 110 millions de dollars (ce nombre pourrait descendre à seulement 85 millions de dollars dans le futur), Israël pourrait plutôt acheter presque toute une flotte de drones aériens sans pilote ou plusieurs avions de combat de quatrième génération.

Afficher l'image d'origine

Chacun de ces arguments a au moins un certain mérite – en particulier concernant le prix – mais lors d’une conférence axée sur la cinquième génération d’armes de combat furtif tenue à Tel Aviv la semaine dernière, ceux qui sont impliqués dans le projet sont apparus très déroutés par les critiques envers le F-35.

Afficher l'image d'origine

Ceux qui sont impliqués dans le projet ont tendance à ne parler que de ce que sera le F-35 – un chef-d’œuvre d’ingénierie et de programmation informatique – mais pas nécessairement d’où en est le projet aujourd’hui.

Pour eux, le chasseur furtif est l’avenir non seulement de l’aéronautique mais également de la guerre.

Gary L. North, un ancien général décoré de quatre étoiles et actuel exécutif chez Lockheed Martin. (Crédit : US Air Force)

« C’est non seulement un avion », a dit Gary L. North, un général quatre étoiles à la retraite et ancien pilote de chasse, au Times of Israel en marge de la conférence.

L’inter-opérabilité des systèmes électroniques du F-35 crée un « internet du ciel, » réunissant toutes les informations recueillies par tous les aéronefs dans la zone en une seule image complète, qui peut ensuite être transmise aux troupes au sol et aux forces navales, dit-il.

Afficher l'image d'origine

Le système informatique avancé de l’avion permet un vol « très facile », et permet au pilote d’être « moins un technicien et plus un tacticien », a déclaré North.

Yehoshua « Shiki » Shani, un ancien de l’armée de l’aire israélienne et directeur général actuel de Lockheed Martin-Israël, a affirmé que la critique était juste l’expression d’un dépit de la part des autres entreprises qui ont concouru pour le contrat de développement de la plate-forme, tandis que les autres sont justifiées par de l’incompréhension ou l’amour des médias pour la discorde.

Afficher l'image d'origine

Bien que le débat fasse rage sur les vertus de l’avion de chasse futuriste, Israël est sur la bonne voie pour recevoir un modèle de l’avion plus tard cette année. Des pilotes israéliens se rendront aux Etats-Unis dans peu de temps pour commencer une formation sur la plate-forme et deux premiers jets F-35 devraient commencer leur voyage vers Israël le 12 décembre 2016, selon l’armée de l’air.

Avec les avions eux-mêmes, Israël recevra un F-35 simulateur, qui est « 10 fois » aussi immersible que la version simplifiée apportée à l’Hôtel Hilton, selon un employé de Lockheed Martin.

Afficher l'image d'origine

Utilisant à la fois le simulateur et les deux avions, l’armée de l’air israélienne préparera le premier escadron F-35, connu sous le nom de Golden Eagles [Aigles d’or], à utiliser le chasseur de cinquième génération. Ce processus de formation devrait prendre « environ un an, peut-être un peu moins » avant que l’avion ne soit opérationnel, a déclaré un haut fonctionnaire de l’armée de l’air au Times of Israel le mois dernier.

Afficher l'image d'origine

De graves lacunes.

L’avion de combat furtif F-35 est conçu pour effectuer une variété de missions – courses de bombardement, appui aérien rapproché pour protéger les troupes sur le terrain, combat et reconnaissances aériens.

Pour cette raison, ses défenseurs se réfèrent à lui comme un chasseur polyvalent, tandis que ses détracteurs le qualifient de « moche cabot ».

Afficher l'image d'origine

« Il ne fait pas l’une ou l’autre chose, il fait beaucoup de choses, » a déclaré le pilote d’essai en chef du F-35, Alan Norman, lors de la conférence de dimanche.

Pourtant, dans plusieurs de ces catégories, les avions préexistants restent mieux adaptés à la tâche, ce qui a été reconnu par les membres de l’équipe du F-35.

Les bombardiers, par exemple, peuvent voler plus loin avec de plus grandes charges. Pour l’appui aérien rapproché, il y a peu d’options qui surpassent les hélicoptères, y compris la flotte d’hélicoptères israéliens d’attaque Apache, qui peuvent effectuer des missions anti-char ainsi que fournir une couverture pour les troupes terrestres.

Le F-35 a également été considéré comme « sensiblement inférieur » au F-15, vieil avion de chasse de plus de 40 ans, avec lequel a été organisé un accrochage, selon un document non classifié écrit par un pilote d’essai du F-35, qui a été obtenu et publié le site de nouvelles militaires « War is Boring » en 2015.

(Lockheed a reconnu l’exactitude du document divulgué, mais a dit que le contexte de l’essai en question n’avait pas été fourni, celui-ci portant plus sur la manipulation du F-35 et moins ses capacités de combat.)

Cette année – l’ « Année de l’Adir » pour l’armée de l’air israélienne – le F-35 a de nouveau été inondé de critiques et a fait l’objet d’une certaine dérision, à la suite de la publication du rapport critique qui a trouvé des dizaines de déficiences graves dans l’avion, comme il l’a également été rapporté aux Etats-Unis.

Jusqu’à présent, seule la version de l’US Marine Corps de l’avion, le F-35B, a été jugée opérationnelle. Toutefois, cette désignation peut être uniquement une expression.

Le F-35 de la Marine Corps ne peut pas encore fonctionner par lui-même dans des scénarios de combat, selon le rapport. Il a du mal à identifier et à répondre aux menaces, et en raison de son stockage d’armes limitées – il ne peut contenir que deux missiles ou bombes à la fois – il nécessitera un appui aérien supplémentaire « si les opérations sont contestées par des avions de combat de l’ennemi », a-t-il écrit.

Un soutien peu encourageant pour un avion qui devrait arriver en Israël dans un peu plus de huit mois.

Pourtant, Lockheed Martin a fait remarquer que, malgré les lacunes révélées dans le rapport, sur plus de 50.000 heures de vol sur le F-35, aucune défaillance catastrophique ou d’incidents graves ne se sont produits qui n’aient également eu lieu durant le développement d’autres avions.

La voie de l’avenir.

Le pilote de la Marine US Doyle « Wahoo » Nicholson a une citation célèbre qui lui est attribuée : « Il y a seulement deux types d’avions – les avions de combats et les cibles ».

Lors de la conférence de dimanche, Tal Inbar, chercheur à l’Institut d’études stratégiques Fisher Air and Space, a mise à jour la citation de Nicholson, en disant : « Bientôt il y aura seulement deux types d’avions – les Chasseurs furtifs et les cibles ».

Des représentants de Lockheed Martin discutent du F-35 lors d'une conférence à l'hôtel Hilton de Tel Aviv le 3 avril 2016. (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)

La supériorité aérienne est un jeu du chat et de la souris entre les systèmes de défense aériens et les avions.

Un avion furtif ne peut fonctionner que jusqu’au développement d’un système anti-aérien qui peut le trouver et le détruire, et un système de défense aérienne ne peut abattre d’avions ennemis que jusqu’au développement d’un nouveau système de missile ou système électronique créés pour le neutraliser.

Le F-35 est un « changement fondamental » dans cette dynamique et restera « prédominant pour les décennies à venir », selon North, qui sert maintenant à la direction de Lockheed Martin.

Nous voyons dans le F-35 un bond en avant technologique et opérationnel dans le cadre de l’entrée de l’armée de l’air dans l’âge de la « cinquième génération ». Le combat furtif est un jalon dans l’histoire de l’armée de l’air, a indiqué le  Brigadier-général. Tal Kalman, chef d’état-major de l’armée de l’air israélienne, lors de la conférence.

A la question pourquoi un avion multi-fonction est-il supérieur à un avion sachant effectuer une seule tache, North a expliqué que la période durant laquelle l’armée avait des avions hautement spécialisés propres à accomplir une seule tâche est bel et bien terminée.

« La notion de mission unique n’existe plus. Dans une zone très défendue, vous allez devoir combattre à travers des systèmes de missiles sol-air et effectuer des combats aériens afin de faire ce que vous devez faire », a-t-il dit.

Un F-35A.

Quant au 110 millions de dollars qui constituent le prix du F-35 – « Quelle est la valeur de la sécurité ? », a dit le mois dernier un haut fonctionnaire de l’armée de l’air, qui a demandé à rester anonyme en raison de la sensibilité de sa position.

Afficher l'image d'origine

Israël est engagé.

Bien que certains pays en dehors des États-Unis, notamment la Russie et la Chine, aient commencé à créer leurs propres chasseurs furtifs, le F-35 est annoncé comme l’appareil de cinquième génération le plus populaire disponible, avec plusieurs pays du monde entier engagés dans son programme.

Bien que le Canada et le Japon, qui ont accepté d’acheter respectivement 65 et 42 F-35, aient exprimé des inquiétudes sur le coût de l’avion, Israël est resté ferme dans son engagement envers le programme F-35.

Tandis que dans les années 1980 Israël a annulé la production du « Lavi », son avion de chasse de quatrième génération conçu localement, après des années de développement en raison de son coût élevé, le ministère de la Défense et Tsahal n’ont pas exprimé publiquement de réserves envers le programme F-35.

F-35 Cutaway:

Des fonctionnaires de l’armée de l’air ont également rejoint les dirigeants de Lockheed Martin dans la défense de la plate-forme.

« J’entends des affirmations en ce qui concerne le F-35, la plupart du temps dans les médias. Je lis des choses où qui n’ont pas grand-chose à voir avec la réalité », a déclaré dimanche le brigadier-général Kalman.

Afficher l'image d'origine

« Cet avion est mieux que d’autres avions sur le marché, et son prix est inférieur à celui d’autres avions disponibles, » a-t-il ajouté.

Bien qu’aujourd’hui Israël jouisse d’une supériorité aérienne sur ses ennemis, le pays doit se préparer à un avenir incertain.

F-35 F-22

Les avions de combat de cinquième génération, avec des systèmes de furtivité intégrés, finiront par devenir des éléments essentiels de l’arsenal de l’armée israélienne, a déclaré au Times of Israel le mois dernier l’officiel anonyme de l’armée de l’air.

« C’est un avion qui peut faire des choses qu’aucun autre avion ne peut faire », a déclaré le fonctionnaire.

« Existe-t-il des difficultés ? Y a-t-il des complexités ? Ou s’agit-il seulement des douleurs accompagnant la naissance du projet ? » a-t-il demandé, pour la forme, en réponse aux critiques du F-35.

Israël a déjà accepté d’acheter 33 chasseurs furtifs F-35 de Lockheed Martin, avec une option pour en acheter 17 autres dans le futur.

Ce qui se passe, c’est l’avenir. Le F-35 sera le prochain avion de chasse d’Israël. Il sera peut-être un cabot moche problématique – mais au moins il sera génial.

Afficher l'image d'origine

 

Les F-35 d’Israël volent pour la première fois dans le ciel de l’Etat juif.

Après avoir atterri avec six heures de retard lundi, les deux avions ont survolé Israël pendant une heure mardi.

Les pilotes israéliens ont effectué mardi une sortie avec les deux nouveaux avions de chasse furtifs F-35 d’Israël, pour un test.

Afficher l'image d'origine

Les avions ont volé pendant une heure, selon la Dixième chaîne.

Les deux avions de chasse, vantés comme les machines de guerre les plus sophistiquées au monde, ont touché le sol d’une base aérienne du Néguev lundi soir, après un retard causé par les conditions météorologiques.

Afficher l'image d'origine

Les avions dernier cri, fabriqués aux Etats-Unis, sont perçus comme une amélioration importante de la puissance aérienne d’Israël, et un renforcement de son avantage militaire qualitatif dans un Moyen orient instable.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin et le ministre de la Défense Avigdor Liberman, ainsi que le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter et des responsables militaires, étaient présents lundi soir pour accueillir les F-35 sur le tarmac de la base aérienne de Nevatim, dans le sud d’Israël.

Pendant un discours prononcé juste avant que les avions de chasse ne rugissent dans le hangar, Netanyahu a remercié Washington pour les avions, et prévenu les ennemis que le « long bras » des capacités militaires israéliennes venait d’être renforcé.

« Ce long bras a été allongé et renforcé aujourd’hui », a-t-il déclaré pendant la cérémonie d’inauguration. « Je veux le dire clairement : quiconque pense nous attaquer sera attaqué. Seule la force apporte la dissuasion, seule la force apporte la paix. »

Rivlin a déclaré aux politiques et aux militaires présents à la cérémonie que « les plus de 22 tonnes d’acier volant » de chaque F-35 « changent le Moyen Orient ».

« L’aviation changera les règles du jeu, a-t-il ajouté. Elle changera la portée de nos activités. Nos ennemis savent déjà que cela ne paie pas d’attaquer Israël. »

Benjamin Netanyahu à Nevatim lors de la cérémonie organisée pour l'arrivée des F-35, le 12 décembre 2016 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Carter a déclaré que le fort soutien des Etats-Unis à Israël était en parti dû aux « nombreuses menaces que vous affrontez chaque jour. »

« Il n’y a pas de meilleurs symboles de notre relation que le F-35, a-t-il déclaré. Ensemble, nous dominerons les cieux. »

« Nous continuerons à fournir à Israël les capacités les plus sophistiquées, dont plus de F-35, pour affuter l’avantage militaire qualitatif d’Israël, a poursuivi Carter. Avec l’agitation de la région, nous sommes plus dévoués à la sécurité d’Israël aujourd’hui que nous ne l’avons été jamais auparavant. »

Le premier avion de chasse F-35 israélien dévoilé par Lockheed Martin à Fort Worth, Texas, le 22 juin 2016. (Crédit : Lockheed Martin)

 

Publicités
  1. Ping: Quel est le problème du F-35 ? | domhertz.com | Boycott

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :