Poutine évoque « des circonstances accidentelles tragiques »

Le président russe, Vladimir Poutine, évoque « un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques » après le crash de l'avion russe en Syrie.

Après le crash d’un avion militaire russe en Syrie survenu ce mardi, le président russe évoque « un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques ».

Vladimir Poutine a expliqué ce mardi le crash de l’avion militaire russe au large de la Syrie par « un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques », semblant adopter un ton conciliant envers Israël que l’armée russe a désigné comme responsable.

Il a en outre assuré que la réaction dont l’armée russe avait brandi la menace consisterait essentiellement à renforcer la sécurité des militaires russes déployés en Syrie depuis septembre 2015 en soutien à l’armée de Bachar al-Assad.

661_afp-

« Israël n’a pas abattu notre avion »

« Cela ressemble à un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques », a déclaré le président russe lors d’une conférence de presse, refusant de comparer l’incident au crash d’un avion de chasse russe abattu par l’armée turque en novembre 2015, qui avait été suivi d’une grave crise diplomatique.

Les 15 membres d’équipage de cet avion de reconnaissance russe ont été tués.

« Israël n’a pas abattu notre avion », a poursuivi Vladimir Poutine, qui s’exprimait au Kremlin aux côtés du Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Résultat de recherche d'images pour "Israël n’a pas abattu notre avion"

« Le droit de riposter »

Mais alors que l’armée russe se réservait « le droit de riposter », le président russe a expliqué que la réaction russe consisterait à renforcer les défenses de l’armée russe déployée en Syrie : « Ce seront des mesures que tout le monde remarquera », a-t-il assuré sans donner plus de détails.
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a averti mardi son homologue israélien Avigdor Liberman que Moscou se réservait « le droit de riposter » après le crash d’un avion de reconnaissance russe au large de la Syrie, dont il juge Israël « totalement » responsable.

« Nous nous réservons le droit de riposter à l’avenir », a déclaré M. Choïgou à son homologue israélien par téléphone.

Il a ajouté que la « faute » pour la mort des 15 soldats russes « repose entièrement sur Israël » après le crash de cet avion abattu par la défense anti-aérienne syrienne après une attaque de F-16 israéliens contre la région de Lattaquié, le fief du président syrien Bachar al-Assad.

L’Il-20 « a été abattu par un système de missiles S-200 » de l’armée syrienne lundi vers 19H00 GMT, tuant les 15 membres d’équipage qui se trouvaient à bord de l’appareil, a annoncé le ministère russe de la Défense, cité par les agences russes.

L’Il-20 de l’armée russe a été abattu à une trentaine de kilomètres des côtes syriennes alors qu’il retournait vers la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie, quelques minutes après une attaque aérienne menée par quatre chasseurs israéliens F-16.

Résultat de recherche d'images pour "quatre chasseurs israéliens F-16."

Le porte-parole de l’armée russe, Igor Konachenkov, a toutefois accusé Israël d’être responsable de cet incident en menant une opération armée contre Lattaquié, fief du président syrien Bachar al-Assad, sans en avoir prévenu la Russie.

« Nous considérons hostiles ces provocations de la part d’Israël » et « nous nous réservons le droit de répondre de manière adéquate », a-t-il averti.

Selon Igor Konachenkov, le commandement israélien « n’avait pas prévenu » de cette opération et l’a annoncé à Moscou moins d’une minute avant l’attaque, « ne permettant pas d’amener l’avion Il-20 vers une zone sûre ».

Il a par ailleurs accusé les pilotes des F-16 israéliens d’avoir délibérément mis en danger l’avion de reconnaissance russe en se camouflant dans le signal radar de l’avion russe et le plaçant ainsi « sous le feu de la défense antiaérienne syrienne ».

« Les avions israéliens ont délibérément créé une situation dangereuse pour les navires de surface et les avions qui se trouvaient dans la région. Le bombardement a eu lieu près de l’endroit où se trouvait la frégate française Auvergne et à proximité immédiate de l’Il-20 », a-t-il poursuivi.

L’Ilouchine-20, un quadrimoteur à hélices généralement utilisé pour des missions de surveillance, a disparu des radars lundi soir à 35 kilomètres des côtes syriennes lors d’une attaque aérienne menée par quatre F-16 israéliens sur des infrastructures dans la province syrienne de Lattaquié.

Les opérations de recherche continuent, assuré l’armée russe.

Attaque sur Lattaquié

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a indiqué aux journalistes que le Kremlin est « très préoccupé par la situation », se refusant à tout autre commentaire sur l’avenir des relations russo-israéliennes.

« La situation est en train d’être analysée », a-t-il simplement déclaré.

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense a précisé que l’épave de l’avion a été découverte à 27 kilomètres des côtes syriennes et que « des fragments de corps et des affaires personnelles » avaient été remontés.

« Israël n’a pas abattu notre avion », a poursuivi Vladimir Poutine, qui s’exprimait au Kremlin aux côtés du Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :