On ne s’attaque pas impunément aux démocraties occidentales. Le Régime communiste chinois va l’apprendre à ses dépends. Le gouvernement de Xi Jinping a menti concernant la gravité et l’origine du Virus de Wuhan, raconte que ce sont les Américains qui ont apporté le coronavirus en Chine et envoie du matériel médical défectueux à divers pays d’Europe.
Si Pékin ne s’attaque pas immédiatement et résolument à ses problèmes internes, tout espoir de restaurer sa crédibilité et son économie sera anéanti.

À moins que la Chine corrige les erreurs systémiques qui ont causé le désastre du coronavirus, elle perdra son statut de puissance mondiale

La propagation mondiale du coronavirus, qui provient de la Chine communiste, a porté un grave préjudice à la crédibilité et à l’image de Pékin en tant que leader mondial.

Grâce à une série de campagnes de relations publiques, Pékin avait espéré non seulement rétablir sa crédibilité, mais aussi sortir de cette pandémie de manière à renforcer son image de marque, en se présentant comme le seul leader mondial sur lequel on peut compter.

Toutefois, le jeu absurde de reproches (aux Américains) joué par Pékin et un certain nombre de produits exportés défectueux risquent d’anéantir cet espoir.

Qui ou quoi a déclenché l'épidémie de coronavirus de Wuhan ...

Tandis que plus d’un milliard de personnes dans le monde sont soumises à une forme ou une autre de quarantaine et que le nombre officiel de décès dépasse les 35 000, Pékin refuse d’admettre ou de reconnaître que le virus est originaire de Chine.

Au lieu de cela, le Régime Communiste Chinois s’est mis à blâmer tout le monde, sauf lui-même, pour les dissimulations et les retards dans les premières semaines de l’épidémie du virus de Wuhan, une période cruciale où la propagation aurait pu être efficacement contenue.

Zhao Lijian, le porte-parole du ministère des affaires étrangères le plus agressif de la Chine communiste, a raconté sur Twitter une théorie de la conspiration selon laquelle l’armée américaine aurait créé le coronavirus afin de s’en servir comme d’une arme biologique et l’aurait implanté en Chine.

Le virus "chinois" - Site de ré-information "officier un jour !"

En tant que haut fonctionnaire du gouvernement, il est impossible que Zhao ait fait des commentaires aussi scandaleux sans obtenir d’abord l’approbation des hautes autorités chinoises.

Fin mars, le Dr Giuseppe Remuzzi, directeur de l’Institut Mario Negri pour la recherche pharmacologique à Milan, a déclaré dans une interview qu’une «étrange pneumonie» circulait en Lombardie en novembre de l’année dernière, avant que les médecins italiens ne prennent conscience de l’épidémie de coronavirus en Chine.

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDAxZDRhNDlhMDZkMjg3YTA0NTk1NDM0MDRiMTM5NDYwODY?width=480&height=270&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=9c16bec17f02bcc5544fe65fb61c933f939d66ec05bf5ece1c5d28d89d66b00a

Cette nouvelle n’aurait toutefois pas dû surprendre. Le South China Morning Post a publié des données officielles chinoises, montrant que le premier cas connu de coronavirus à Wuhan s’est également produit en novembre de l’année dernière.

À l’époque, il y avait sept vols directs quotidiens entre Wuhan et Milan.

Plutôt que de s’attaquer de manière rationnelle à la situation qui s’aggravait, le premier instinct de Pékin a été de déformer les propos de Remuzzi et de suggérer que le virus provenait d’Italie. Remuzzi a rapidement réfuté cette idée, soulignant que la tentative de Pékin de blâmer l’Italie pour le coronavirus est « un exemple classique, à enseigner dans les universités, sur la façon dont l’information scientifique peut être manipulée à des fins de propagande ».

En dehors de la Chine, c’est l’Italie qui souffre actuellement le plus du virus, avec près de 98 000 cas confirmés et 10 779 décès. Le pays tout entier est toujours sous le coup d’un confinement total.

Le jeu de reproches désespérés de Pékin semble pathétique et indigne de son statut de superpuissance. Plus elle tente de nier sa responsabilité, plus elle suscite la suspicion et le ressentiment, tant au niveau national qu’international.

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/01/26/capture-d-ecran-2020-01-26-a-14-15-21.png?width=837&height=490&width_format=pixel&height_format=pixel

Pékin prend la pose du héros.

En plus de jouer au jeu des reproches, Pékin tente également avec enthousiasme de transformer la crise actuelle en une opportunité d’expansion géopolitique en se présentant comme un meilleur leader et partenaire mondial que les États-Unis, grâce à une méthodologie soigneusement élaborée de «diplomatie du coronavirus».

Comme Pékin a évité tout blâme et toute responsabilité, il a ouvertement accepté un rôle de héros.

Le Régime Communiste Chinois a envoyé en fanfare des ventilateurs, des masques et du personnel médical en Europe pour aider le continent à combattre l’épidémie.

Cependant, le Wall Street Journal a prévenu que les gestes posés par Pékin « ne sont pas aussi altruistes qu’ils peuvent le paraître », car « la Chine dispose d’un surplus d’équipements médicaux maintenant que l’épidémie semble y avoir atteint son apogée. La demande augmente ailleurs à mesure que le virus se propage, si bien que les entreprises chinoises augmentent leur production pour gagner des parts de marché au niveau mondial ».

Ce jeu de puissance bienfaisante de Pékin aurait fonctionné si ce n’était que selon plusieurs rapports récents, les produits que la Chine a exportés sont défectueux!

Covid-19: Qui osera demander des comptes au régime chinois?

  1.  L’Espagne a aujourd’hui la deuxième place derrière l’Italie pour le plus grand nombre de décès en dehors de la Chine. Le pays a commandé 340 000 kits de test de coronavirus à Shenzhen Bioeasy Biotechnology en Chine, début mars. La semaine dernière, le principal institut de recherche espagnol a déclaré que les kits de test chinois avaient un taux de précision inférieur à 30 %, ce qui rend les tests, le suivi et le traitement du virus extrêmement difficiles. Le ministère espagnol de la santé a dû passer commande auprès de son fournisseur national pour remplacer les kits de test chinois. L’entreprise chinoise qui a fabriqué les kits de test a rejeté les préoccupations espagnoles relatives à la précision, en déclarant qu’une
    « explication plus détaillée serait donnée par les canaux officiels du gouvernement chinois ».

La Chine met en quarantaine Wuhan, au coeur de la mystérieuse épidémie

  1. Des responsables de la santé turcs ont déclaré avoir prélevé un échantillon des kits de test fabriqués par la même entreprise chinoise et ont constaté que le taux de précision était inférieur à 30 %, confirmant ainsi le rapport des autorités espagnoles. Ates Kara, un fonctionnaire du conseil scientifique spécial du ministère turc de la santé sur les coronavirus, a déclaré que tandis que le gouvernement turc n’a pas autorisé la mise à disposition des kits de test pour un usage public, l’Espagne « a fait une énorme erreur en les utilisant ».

https://static.cnews.fr/sites/default/files/000_1q531n_5e85b74eef323.jpg3. Entre-temps, les médias tchèques ont rapporté que jusqu’à 80 % des kits de test similaires que la Tchécoslovaquie avait obtenus de Chine étaient également défectueux. Depuis, les autorités sanitaires tchèques ont eu recours aux laboratoires traditionnels pour tester les coronavirus, des laboratoires qui ne peuvent effectuer que 900 tests par jour.

17e cas confirmé du nouveau coronavirus | Radio Taiwan International

Les produits de qualité inférieure peuvent être mortels.

  1. Outre les kits de test défectueux, le gouvernement néerlandais a rappelé le weekend dernier 600 000 masques N95 fabriqués en Chine, en raison de leur faible qualité. Les médecins et les infirmières qui ont reçu ces masques ont déclaré qu’ils ne s’adaptaient pas correctement et que leurs filtres ne fonctionnaient pas normalement. Ces masques N95 sont censés être les meilleurs pour bloquer plus de 90 % des particules dans l’air qui peuvent être porteuses du virus. Ils sont essentiels pour la santé et la sécurité des professionnels médicaux qui traitent les patients infectés par le coronavirus. Des masques rappelés constituaient la première livraison de 1,3 million de masques N95 au total que le gouvernement néerlandais avait commandés à la Chine, et ils avaient déjà été distribués aux professionnels de la santé de première ligne. Un médecin néerlandais a déclaré au South China Morning Post : « Si les masques ne sont pas bien ajustés, les particules de virus peuvent simplement passer à travers. Nous ne les avons pas utilisés. Ils ne sont pas sûrs pour notre peuple ».

Bien sûr, ces incidents ne signifient pas que tous les produits fabriqués en Chine sont inférieurs aux normes.

Les autorités sanitaires turques ont déclaré qu’un autre lot de kits de test de coronavirus qu’elles avaient commandé à une autre entreprise en Chine avait passé le test de qualité turc.

Néanmoins, ces incidents ne présentent en aucune façon sous un jour positif l’image internationale de la Chine, sa crédibilité et son étiquette « made in China », car la qualité de ces produits apporte bien plus que des profits. Dans cette situation, elle fait la différence entre la vie et la mort.

https://static.cnews.fr/sites/default/files/000_1q75bg_5e80430998529.jpg

Des produits fabriqués en Chine défectueux ? Rien de nouveau sous le soleil !

Sur le plan intérieur, la Chine a été secouée par un certain nombre de scandales liés à la sécurité des produits ces dernières années, depuis les préparations pour nourrissons contaminées par des produits chimiques toxiques jusqu’aux vaccins de qualité inférieure.

Bien que le gouvernement chinois choisisse toujours de blâmer quelques individus avides, la racine du problème est beaucoup plus profonde.

La bureaucratie corrompue de la Chine, la tendance habituelle du gouvernement de supprimer les « mauvaises nouvelles » au nom de la stabilité, les lacunes dans la surveillance de la production et de la distribution, et l’absence d’une presse libre pour tenir le gouvernement responsable sont autant de facteurs qui contribuent aux problèmes de qualité des produits.

Ces facteurs sont les mêmes que ceux qui ont conduit à la mauvaise gestion de l’épidémie du coronavirus par Pékin.

https://www.valeursactuelles.com/sites/default/files/2020-03/000_1Q28OE_0.jpg

Les problèmes de qualité des produits dont se plaignent depuis longtemps les consommateurs chinois se répercutent sur la scène internationale à un moment où la crédibilité de Pékin est déjà mise à mal et où la Chine a désespérément besoin de la demande internationale pour relancer son économie, qui a été gravement endommagée par l’épidémie du virus de Wuhan.

Si Pékin ne s’attaque pas immédiatement et résolument à ces problèmes internes, ne met pas fin à son petit jeu qui consiste à rejeter la faute sur les autres, et ne corrige pas la fabrication de ses produits défectueux , tout espoir de restaurer sa crédibilité et son économie sera anéanti.

* Helen Raleigh est une immigrante chinoise et l’une des principales collaboratrices du magazine en ligne The Federalist.

© Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/02/07/capture-d-ecran-2020-02-07-a-12-58-36.png?width=523&height=377&width_format=pixel&height_format=pixel

  1. Ping: Non la Chine ne gagnera pas! | Raimanet

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :