« Le Hamas est responsable
Et doit rendre des comptes sur les morts de civils », a-t-il insisté sur CNN

Le-Premier-ministre-Benjamin-Netanyahu-Crédit-Kobi-Gideon-GPO-Flash-90

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé dimanche le Hamas de violer son propre cessez-le-feu, lors d’interviews sur plusieurs chaînes de télévision américaines.

« Ils violent leur propre cessez-le-feu. Dans ces circonstances, Israël fera tout ce qu’il doit faire pour défendre son peuple », a-t-il indiqué sur CNN.

Interrogé sur une éventuelle expansion des opérations militaires dans la bande de Gaza, le Premier ministre a expliqué que l’armée israélienne continuerait ses opérations pour détruire les tunnels du Hamas, mais refusé de donner plus de détails, se bornant à déclarer: « Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour défendre notre peuple… aussi bien au niveau tactique que stratégique ».

1027134_la-defense-israelienne-a-lepreuve-des-tunnels-du-hamas-web-tete-0203661359212_660x352p

« Je dirais que nous voulons mettre fin aux tirs de roquettes, c’est certain. Nous voulons démanteler les réseaux de tunnels terroristes. Je ne sais pas si nous aurons un taux de succès de 100 % », a-t-il dit.

Le Premier ministre israélien était invité sur plusieurs grandes chaînes américaines, en duplex de Jérusalem. Il a salué les efforts égyptiens pour parvenir à un arrêt des hostilités, mais souligné que l’objectif ultime était de démilitariser la bande de Gaza.

« J’espère que nous réussirons à obtenir un calme durable pour nous permettre de démilitariser Gaza », a-t-il affirmé sur la chaîne CBS. « Comment démilitariser Gaza? Si le Hamas est faible et discrédité, alors nous aurons peut-être une chance de travailler avec des forces plus modérées afin de créer un avenir meilleur pour nous tous ».
Lors de sa tournée des émissions dominicales, Benjamin Netanyahu a une nouvelle fois accusé le Hamas d’utiliser les civils palestiniens comme boucliers humains.

000_Nic6352814-635x357

« Le Hamas est responsable et doit rendre des comptes sur les morts de civils », a-t-il insisté sur CNN.
« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir », a-t-il ajouté en réponse aux critiques sur les morts de civils. « L’histoire de la guerre n’a encore permis à aucune armée civilisée, aucune armée de démocratie comme celle d’Israël, de faire face à un ennemi terroriste sans pitié, qui utilise des civils comme boucliers humains, sans que cela provoque des victimes civiles collatérales », a estimé Benjamin Netanyahu. « Nous ne ciblons pas les civils », a-t-il martelé.

Le Hamas a annoncé avoir accepté une trêve humanitaire de 24 heures dans la bande de Gaza à compter de dimanche 14H00 (11H00 GMT), mais des hommes du Hamas ont ensuite revendiqué de nouveaux tirs de roquettes vers Israël.

Gaza: les hostilités continuent malgré les annonces de trêve

665882-une-ambulance-arrive-sur-les-lieux-d-un-bombardement-de-l-armee-israelienne-a-gaza-le-27-juillet-201

Les hostilités ont continué dimanche dans la bande de Gaza, malgré l’annonce d’une trêve par le Hamas, l’armée israélienne ripostant à des tirs de roquettes qui ne se sont pas interrompus.

Les deux camps se sont mutuellement rejeté la responsabilité de la poursuite des combats en dépit des espoirs de cessez-le-feu à la veille de la grande fête musulmane d’Aïd el-Fitr qui marque la fin du mois de jeûne du ramadan.

Aux yeux du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, les combattants du Hamas «violent leur propre cessez-le-feu» en continuant à tirer des roquettes vers Israël.

«Israël fera tout ce qu’il doit faire pour défendre son peuple», a-t-il répété sur CNN. «J’espère que nous réussirons à obtenir un calme durable pour nous permettre de démilitariser Gaza», a-t-il ajouté sur CBS.

«Nous attendons une réponse officielle de l’ennemi», a déclaré le porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri, laissant entendre que le mouvement islamiste continuerait à tirer des roquettes tant qu’Israël n’aurait pas cessé ses opérations.

Selon l’armée israélienne, 22 roquettes de Gaza ont atterri en Israël et 5 autres ont été interceptées par la défense anti-aérienne depuis l’annonce en début d’après-midi d’une trêve par le Hamas, qui a lui-même revendiqué des tirs. Elles n’ont pas fait de victime.

A l’approche de la fin du mois de jeûne du ramadan, dimanche ou lundi soir, les belligérants soufflent le chaud et le froid avec des annonces successives en réponse à une demande de l’ONU de prolonger la «trêve humanitaire» observée samedi.

Samedi soir, le Hamas avait rejeté cette pause que le cabinet de sécurité israélien acceptait, exigeant un retrait des soldats israéliens de la bande de Gaza, où ils sont entrés le 17 juillet.

Onze Palestiniens, dont une femme chrétienne, ont péri dimanche dans les frappes israéliennes contre le sud et le nord de la bande de Gaza, selon un dernier bilan des secours locaux. Ce bilan est sensiblement moins élévé que les précédents jours.

Au total, 1.031 Palestiniens, près de 75% des civils selon l’ONU, sont morts depuis le début de la campagne militaire israélienne le 8 juillet, un bilan revu à la baisse après un examen approfondi des corps et des parties de corps retrouvés dans les décombres.Après avoir profité samedi de la trêve des hostilités pour se ravitailler, en particulier en vivres, la population redoute que son calvaire ne s’éternise.

– La menace des tunnels –

imagescc

En effet, même en cas d’une hypothétique trêve durable, il restera à engager des discussions sur le fond, où les désaccords sont très profonds.
Israël, qui a annoncé avoir frappé près de 3.600 «sites terroristes» depuis le début de son opération «Bordure protectrice», entend mener à son terme la neutralisation des «tunnels offensifs» construits par le Hamas et son allié, le Jihad islamique.

imagesyuyy

Ces souterrains ont été creusés pour lancer des attaques contre Israël et dissimuler l’arsenal et les centres opérationnels des mouvements palestiniens. Pour les détruire, l’armée israélienne explique qu’elle doit être sur le terrain. L’armée a annoncé avoir découvert une trentaine de tunnels et a précisé avoir détruit celui qui avait été utilisé par un commando du Hamas pour une attaque ayant tué sept soldats le 20 juillet.
Elle a aussi affirmé avoir tué 320 combattants du Hamas en 20 jours de conflit.
L’Egypte a de son côté annoncé avoir détruit 13 tunnels reliant la péninsule du Sinaï à Gaza, que le Hamas utiliserait pour faire entrer dans l’enclave du carburant, des armes, des vivres et de l’argent.
Pour un accord de trêve durable, le Hamas exige une levée du blocus imposé depuis 2006 par Israël, qui asphyxie l’économie de ce territoire de 362 km2 où s’entassent 1,8 million de personnes, dépendant en grande partie de l’aide humanitaire.

indexgg

– Appel à un ‘réel’ cessez-le-feu –

Tentant d’accentuer la pression sur les belligérants, l’ONU et plusieurs chefs de diplomatie, dont le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, ont demandé samedi une prolongation de 24 heures de la trêve humanitaire de 12 heures observée samedi.
Dimanche encore, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a réclamé «d’urgence un réel cessez-le-feu et l’ouverture de négociations».

Mais le gouvernement israélien doit aussi prendre en compte son opinion publique: selon un sondage rendu public par la radio militaire, 85,6% des Israéliens sont hostiles à un cessez-le-feu. Avec 43 morts dans ses rangs, l’armée israélienne subit son plus lourd bilan depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Les roquettes ont également tué trois civils en Israël.

A la faveur de la trêve samedi, de nombreux déplacés de Gaza
sont retournés dans leur quartier, où ils ont découvert un spectacle de cauchemar: maisons effondrées, éventrées, criblées d’éclats d’obus, cadavres dans les décombres, mines et bombes non explosées au sol.

Fuyant les hostilités, près de 170.000 habitants de la bande de Gaza, soit quasiment 10% de la population, ont trouvé refuge dans des locaux de l’ONU.

Le sentiment anti-palestinien atteint des sommets en Egypte
Fustigeant le Hamas, des personnalités médiatiques du Caire suivent la position du président Sissi

000_Nic6330898-635x357

L’opération Bordure protectrice et le refus du Hamas d’accepter une proposition de cessez-le-feu égyptien ont conduit à un niveau sans précédent d’hostilité égyptienne contre le mouvement islamiste palestinien, se transformant parfois en animosité ouverte contre tous les Palestiniens.
Des observateurs minutieux des relations entre l’Egypte et « la Palestine » ont eu du mal à se souvenir de niveaux aussi haut de tension propagée à la fois sur les chaînes de TV publiques et privées. Cela représente le sentiment contre les Frères musulmans actuellement dominant dans les principaux médias égyptiens.
S’adressant à la nation pour l’anniversaire de la Révolution égyptienne mercredi, le président Abdel Fattah el-Sissi s’est exprimé sur la crise à Gaza.

« L’Egypte a sacrifié 100 000 martyrs pour la cause palestinienne à travers l’histoire du conflit », a déclaré Sissi, avant de critiquer tacitement la stratégie du Hamas d’un conflit armé. « N’est-il pas le moment, après 30 ou 40 ans dans une certaine direction, de s’arrêter un instant et de regarder ce qui a été obtenu ? De vérifier si l’on a fait des progrès et réussi à réaliser ce que l’on veut ? »
Tandis que le président était très limité dans sa critique du Hamas, des personnalités médiatiques étaient beaucoup moins mesurées.

« Notre peuple [à Gaza] est une chose et le Hamas en est une autre », a déclaré Khaled Salah l’invité de la chaîne de TV Al-Nahar le 9 juillet. « Le peuple à Gaza doit comprendre que des prises de décision d’une manière si idiote… coûtent à Gaza et au monde arabe un prix fort à payer en déchirure, en humiliation et en martyrs ». Un autre invité d’une émission, Mazhar Shanin sur TV Al-Tahrir, a déclaré que les Egyptiens était préparés à continuer à mourir pour la cause palestinienne, mais pas pour sauver le Hamas.

« Nous ne sommes pas prêts à sacrifier [même] un seul cil d’un soldat pour des gens du Hamas ou du Jihad Islamique, alors qu’ils mènent le jihad autour des piscines », a-t-il déclaré. « Les gens sont révoltés contre vous. Partez. »

Tout le monde n’a pas fait la distinction entre le Hamas et la population palestinienne dans son ensemble. L’écrivaine égyptienne Lamis Gaber est allée jusqu’à demander l’expulsion de tous les Palestiniens d’Egypte et la confiscation de leurs biens.
« Nous envoyons de l’aide à Gaza et ils tuent nos enfants », écrit-elle sur sa page Facebook en référence aux attaques terroristes contre les soldats égyptiens dans le Sinai. « Ces traitres de chiens font des conférences pour soutenir Gaza, les traitres parmi les Palestiniens maudissent l’Egypte et son président. Les Qatari primitifs veulent ouvrir les passages, et le Hamas veut que ce soit fait sous la supervision internationale ». Mira Tzoreff, qui enseigne la politique égyptienne au Département des Etudes du Moyen Orient et de l’Afrique à l’Université de Tel Aviv et au Centre Moshe Dayan, a déclaré que les médias egyptiens reprenaient simplement les remarques anti-Hamas prononcées par le président Sissi.

Capturejok

« Les réactions egyptiennes représentent un changement dramatique de direction », a déclaré Tzoreff au Times of Israel. « Cela n’a pas commencé avec l’opération Bordure Protectrice, mais avec l’arrivée au pouvoir de Sissi lorsqu’il a clairement exprimé qui était l’ennemi de l’Egypte et ce qu’il prévoyait de faire contre un tel ennemi… Sissi faisait exploser de tunnels dans le Sinai avant que nous [en Israël] ayons jamais rêvé de faire exploser des tunnels ».

imagesccc

La position anti-Hamas de Sissi est intrinsèquement liée à son hostilité contre les Frères musulmans égyptiens, la maison mère du Hamas, explique-t-elle.
« L’identification des Frères musulmans avec le Hamas comme l’ennemi est pour le moment acceptée par la population égyptien », explique Tzoreff. « C’est pour cela que la Place Tahrir est vide [de manifestants pro Gaza]« .

Sissi n’avait aucune intention d’intervenir dans la conflagration entre Gaza et Israël lorsqu’elle a commencé, note-t-elle. Pourtant, quand il a compris que cela aurait un impact sur la sécurité nationale égyptienne, il n’avait pas d’autre choix que de s’impliquer.

« La politique de l’Egypte face aux événements dans la bande de Gaza est dictée par les intérêts égyptiens, et eux uniquement », a-t-elle ajouté. « Il n’y a pas de grand amour entre nous [Israël] et l’Egypte, mais plutôt une compréhension que nos intérêts convergent. »

Sobhy Essaila, un chercheur au Centre des études politiques et stratégiques du Caire Al-Ahram, a déclaré que l’attitude égyptienne face à la situation à Gaza a commencé à changer à la suite du début de l’opération terrestre d’Israël et à l’augmentation du nombre de morts parmi les Palestiniens.

« Même si nous rejetons une partie de la responsabilité pour ce qui se passe à Gaza sur les épaules du Hamas, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous identifier avec nos frères à Gaza » a déclaré Essaila au Times of Israel. « Si Israël a évité la colère [égyptienne] dans une certaine mesure en acceptant l’initiative égyptienne, il a exacerbé cette colère avec l’incursion terrestre. Nous savions qu’une incursion entrainerait un taux élevé de morts ».

Tout le monde en Egypte n’est évidemment pas critique du Hamas et compatissant avec Israël. Les voix de soutien aux Frères musulmans en Egypte ont juste été dépassées par celles de leurs homologues dans le monde arabe contre l’opération israélienne.

Mercredi soir, le Parti de la Liberté et de la Justice, la branche politique des Frères musulmans interdite en Egypte, a tweeté au sujet d’un grand rassemblement dans le quartier Maadi du Caire pour protester contre le « coup militaire [contre les Frères musulmans en juin 2013], ses actions contre les Egyptiens et le siège de Gaza ».

De telles voix restent, pourtant, peu entendues dans les principaux médias égyptiens.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :