Manifs antifrançaises : des églises incendiées au Niger, environ 300 chrétiens sous protection militaire.

images321

Depuis jeudi, au Moyen-Orient comme en Afrique, des manifestations contre Charlie Hebdo ou contre les symboles de la France se produisent, parfois avec des violences comme au Niger. Le Quai d’Orsay condamne tout recourt à la violence. De violentes manifestations contre la caricature de Mahomet en Une de Charlie Hebdo ont fait vendredi 4 morts et 45 blessés. 255 chrétiens étaient recensés samedi dans une caserne et environ 70 autres étaient retranchés dans une église évangélique protégés par des gendarmes et des policiers.

images152

La publication mercredi en Une d’une nouvelle caricature du prophète par Charlie Hebdo a déclenché vendredi des manifestations de colère dans certains pays musulmans. Ces protestations ont été émaillées de violences  au Pakistan et au Niger où cinq personnes sont mortes à Niamey et cinq autres à Zinder. En réaction, le Quai d’Orsay a condamné samedi tout recourt à la violence. 5 morts à Niamey samedi et 5 à Zinder vendredi (président Issoufou)

Au Niger, « à bas la France » 

Au Niger, la colère a pris samedi un tour particulièrement violent avant que le calme ne revienne en fin de journée dans la capitale. Au moins 7 églises de Niamey ont été incendiées aux cris de « A bas la France », alors qu’au même moment le président François Hollande défendait la liberté d’expression. Au moins trois églises ont été incendiées dans la capitale nigérienne, où la contestation a dégénéré en véritable émeute, touchant plusieurs quartiers de la capitale, dont celui de la cathédrale. Une centaine de policiers anti-émeute, munis de casques et de boucliers qui protégeaient l’édifice ont essuyé des jets de pierres de protestataires, a constaté un journaliste de l’AFP, qui a d’abord vu deux, puis d’autre églises incendiées. La foule, des jeunes et des adolescents surtout, munis de gourdins, de barres de fer ou de pioches défilaient dans plusieurs quartiers. L’ambassade de France à Niamey a appelé ses ressortissants « à respecter la plus grande prudence » et « éviter toute sortie ». Samedi matin, François Hollande a fait valoir que « la France a des principes et des valeurs, et ces valeurs c’est notamment la liberté d’expression », sur le marché de Tulle, ville du centre de la France dont il a été l’élu.

WP0 (529)

Au Yémen, « va-t-en l’ambassadeur »

Des dizaines de personnes ont manifesté samedi matin devant l’ambassade de France à Sanaa là aussi pour protester contre la publication de la caricature de Mahomet par Charlie Hebdo, selon un photographe de l’AFP. Alors que les mesures de sécurité avait été renforcées autour de l’ambassade de France, des dizaines de personnes ont scandé « Va-t-en, va-t-en l’ambassadeur ». Ils brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: « Je sacrifie mon père et ma mère pour notre prophète » ou « L’armée de Mahomet s’est réveillée ».

A Gaza, « Vous irez en enfer, journalistes français »

Des inconnus ont recouvert dans la nuit de vendredi à samedi le mur d’enceinte du centre culturel français à Gaza d’inscriptions promettant « l’enfer » aux journalistes de Charlie Hebdo. « Vous irez en enfer, journalistes français » et « Tout mais pas le prophète », pouvait-on lire samedi matin sur le mur du centre culturel français, actuellement fermé après avoir été visé par deux explosions revendiquées par des islamistes. Une source gazaouie proche du centre s’est dite « inquiète face à cet acte dangereux », appelant à ce que « des mesures de sécurité » soient prises par la police. des policiers étaient positionnés samedi matin devant la porte du bâtiment, ce qui n’était pas le cas auparavant, ainsi que sur l’artère qui le borde.

Capture654

Après la prière du vendredi, plusieurs manifestations avaient déjà eu lieu contre cette nouvelle caricature du Prophète. Elles ont parfois dégénéré. Quatre personnes sont mortes et 45 ont été blessées à Zinder, deuxième ville du Niger. A Nouakchott (Mauritanie) et Dakar (Sénégal), un drapeau français a été brûlé. Le chef de l’état mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a condamné à la fois le « terrorisme » et les « viles caricatures ».

Manifestations contre Charlie Hebdo d’Alger à Karachi, 4 morts au Niger.

Des milliers de musulmans sont descendus dans les rues après la prière du vendredi pour protester contre la Une du dernier Charlie Hebdo, représentant Mahomet. Trois civils et un gendarme ont été tués dans des heurts à Zinder, au Niger, où le Centre culturel français a été incendié.

index

 

 

 

Les rassemblements ont atteint jusqu’à 3000 personnes. Quelques milliers de musulmans ont manifesté dans des pays du Moyen-Orient et en Afrique après la prière du vendredi contre la publication par Charlie Hebdo d’un dessin représentant le prophète Mahomet, également dénoncé par des gouvernements.

En Jordanie, 2.500 manifestants, membres des Frères musulmans ou d’organisations de jeunesse, ont défilé sous haute surveillance et dans le calme à Amman, arborant des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire « l’atteinte au grand prophète relève du terrorisme mondial ».

Le roi Abdallah II de Jordanie, qui avait participé dimanche à la marche de Paris contre le « terrorisme », a qualifié jeudi Charlie Hebdo d' »irresponsable et inconscient ». Le site sensible de l’esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, partie palestinienne annexée et occupée par Israël de la Ville sainte, a été le lieu d’une manifestation de quelques centaines de musulmans palestiniens. « L’islam est une religion de paix » et « Mahomet sera toujours notre guide », pouvait-on lire sur des banderoles.  « Français, bande de lâches », ont scandé des manifestants.   Le grand mufti Mohammad Hussein, qui dirigeait la prière à laquelle environ 35.000 personnes ont pris part, n’a pas évoqué Charlie Hebdo dans son prêche. Il avait dénoncé mercredi comme une « insulte » aux musulmans la Une de Charlie Hebdo et condamné « le terrorisme sous toutes ses formes ».

A Khartoum, au Soudan, quelques centaines de fidèles ont brièvement manifesté après la grande prière. A Tunis, des fidèles ont quitté la mosquée el-Fath alors que l’imam Noureddine Khadmi, un ancien ministre des Affaires religieuses, n’avait pas terminé son prêche consacré au prophète et à l’attentat contre Charlie Hebdo.

Au Qatar, l’Union mondiale des oulémas, dirigée par le prédicateur Youssef al-Qaradaoui, considéré comme l’éminence grise des Frères musulmans, a appelé à des « manifestations pacifiques » et critiqué le « silence honteux » de la communauté internationale sur cette « insulte aux religions ».
Les autorités de ce pays, qui avaient fermement dénoncé l’attentat contre Charlie Hebdo, ont « condamné la nouvelle publication de dessins offensants pour le prophète Mahomet » et affirmé que la publication de nouvelles caricatures alimentait « la haine et la colère ».

imagesjhg

 

 

 

En Iran, où les autorités ont également dénoncé cette semaine la Une de Charlie Hebdo, une manifestation de colère prévue samedi par des étudiants islamistes a été annulée sans raison officielle. Selon l’agence de presse Fars, les organisateurs ont toutefois annoncé que le rassemblement se tiendrait lundi devant l’ambassade de France à Téhéran, sous réserve d’obtenir l’aval des autorités.

A Bahreïn, le ministère des Affaire étrangères a condamné l’acte « honteux de republier des dessins insultant » le prophète, soulignant qu’une telle attitude « créera des circonstances favorables à la propagation de la haine et du terrorisme ».

A Alger, ils étaient entre 2 et 3.000 personnes à dénoncer la publication du dernier numéro de Charlie Hebdo, certains scandant le nom des frères Kouachi, les auteurs de l’attaque contre le journal français, rapporte la correspondante de LCI.   La grande prière de ce vendredi était consacrée au prophète Mahomet, un thème fixé par le ministère des Affaires religieuses. Le cortège a tenté d’atteindre le siège de l’Assemblée nationale mais a été bloqué par les forces anti-émeutes déployées autour du bâtiment.   Des affrontements ont éclaté quand des manifestants ont tenté de forcer un cordon de policiers armés de matraques, qui ont procédé à des interpellations.

Les frères Kouachi, abattus par la police française deux jours après avoir tué douze personnes au siège de Charlie Hebdo, ont également été honorés à Istanbul. Une centaine de personnes se sont réunies devant la mosquée du très religieux district de Fatih, devant une banderole arborant leur portrait et celui du chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden.

Au moins 4 morts et 45 blessés au Niger

A Zinder, la deuxième ville du Niger, le Centre culturel français a été incendié par des manifestants en colère.  Une cinquantaine de personnes ont « cassé la porte » d’entrée, puis « mis le feu » à la cafétéria, à la médiathèque et à des locaux administratifs du CCF, malgré des « tirs de sommation » de « deux policiers » présents pour protéger le complexe, a déclaré à l’AFP Kaoumi Bawa, le directeur du centre de la ville, située dans le sud, non loin de la frontière avec le Nigeria. Trois églises ont aussi été saccagées. Ses heurts ont fait au moins quatre morts, trois civils et un gendarme tandis que 45 personnes ont été blessées.

Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Bamako, au Mali. Au Pakistan, un rassemblement anti-Charlie Hebdo a tourné à l’affrontement lorsque des protestataires ont tenté de s’approcher du consulat français et un photographe pakistanais de l’Agence France-Presse (AFP) a été grièvement blessé.

En Mauritanie, plusieurs milliers de personnes ont défilé à Nouakchott, brûlant un drapeau français selon des témoins. Un drapeau français a également été brûlé à Dakar, où un millier de personnes ont protesté.

Capture

 

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :