5.Titán.Transgénico_blog_cdn

Les personnes souffrant de douleurs chroniques, de dépression ou ayant des enfants atteints de graves problèmes de santé font, de la marijuana médicinale, leur principal allié pour tenter de mener une vie normale.

C’est du moins possible là où l’usage thérapeutique du cannabis est légal. Dans des lieux plus restrictifs, la lutte pour accéder à un remède basé sur cette substance ne cesse pas, et ce, avec l’espoir que la stigmatisation sociale et les restrictions prennent fin. Lorsque l’on étudie ses bénéfices, les raisons ne manquent pas. Avez-vous déjà pris le temps de penser au vrai potentiel de cette plante ?

Dix choses que vous devez savoir pour comprendre le vrai potentiel du cannabis médicinal
Une part importante des possibilités médicales de la marijuana repose sur le CBD, un cannabinoïde appelé cannabidiol qui est naturellement présent chez les plantes de l’espèce Cannabis Sativa. L.
Contrairement au THC ou tétrahydrocannabinol, le CBD n’est pas psychoactif et peut être très intéressant pour des applications médicales car il provoque un effet anti-inflammatoire en inhibant la transmission de signaux liés à la douleur. De plus, on sait que les effets du THC peuvent être modulés par le CBD, en diminuant la psychoactivité.

La marijuana réduit les douleurs chroniques

Peut-être que l’une des caractéristiques les plus connues de la marijuana est son action efficace contre la douleur pour une longue liste de maladies, même si vous ne vous êtes probablement jamais demandé pourquoi. C’est très simple. Cette plante a trois vertus qu’aucun autre médicament connu ne possède : son effet est analgésique car elle agit sur le système nerveux pour interférer avec la douleur. De plus, elle relaxe les muscles, augmente l’appétit et le sommeil ; elle provoque un état euphorique, améliore l’état d’esprit et présente la réalité avec de nouvelles approches. Enfin, elle favorise l’introspection, permet au patient d’être conscient de la maladie dont il souffre, mais d’un point de vue plus positif et avec plus de dépassement de lui-même.

Cela peut déboucher sur la dépénalisation de l’usage récréatif

Depuis plus de dix ans, Jason Lauve, du Colorado, a besoin de consommer de la marijuana thérapeutique pour soulager les douleurs provoquées par un malheureux accident. Une consommation nécessaire qui l’a, toutefois, porté devant les tribunaux des années après lorsque les autorités ont réquisitionné trente plantes de cannabis à son domicile car elles franchissaient, soi-disant, les limites légales.

INMORTAL_blog_full_4_blog_full

Peu de temps après, Lauve a été acquitté suite à une dure bataille pour se défendre des charges de possession de drogues qui pesaient contre lui. Le malade est devenu un célèbre activiste cannabique, presque sans le vouloir : il avait réussi à gagner une bataille légale, et suite à son histoire, beaucoup de procureurs ont pris la décision de ne pas juger les malades qui consomment de la marijuana thérapeutique. Beaucoup considèrent que cela a été le fait qui a conduit à la légalisation de la marijuana à usage récréatif dans l’État.

Elle soulage les symptômes de la sclérose en plaques

L’une des maladies ayant des effets secondaires douloureux est la sclérose en plaques. Ceux qui en souffrent affirment que fumer de la marijuana les aide à soulager les crampes musculaires et cela est soutenu par certaines études médicales – comme celles publiées par l’Université de Californie et par l’Association médicale du Canada. Selon ces études, le corps produit des cannabinoïdes de manière naturelle et cette substance aide à réguler la spasticité musculaire. C’est pourquoi, elle aiderait à réduire ces crampes de façon notoire si en plus elle est ingérée.

Elle réduit les migraines

La douleur provoquée par la migraine peut aussi être réduite en fumant de la marijuana. Cette substance contribue à ce que les signaux nocifs ou qui pourraient causer de la douleur soient bloqués. Le plus important est que, en plus du fait d’aider la personne lorsqu’elle en souffre déjà, la marijuana peut empêcher l’apparition de migraines chez les autres individus qui pourraient la développer.

Elle aide à lutter contre les crises épileptiques

Charlotte Figi est une petite fille qui souffre du syndrome de Dravet. Une maladie qui lui provoquait jusqu’à 300 crises épileptiques par semaine et faisait qu’elle ne pouvait ni parler, ni manger, ni communiquer. Jusqu’à ce qu’un médecin accepte que Figi prenne de l’huile de cannabis en petites doses contenant une faible teneur en THC, mais avec une haute teneur en CBD, une substance qui ne cause pas de psychoactivité. À partir de ce moment là, la petite a réduit les crises à 3 par semaine et la marijuana qui a rendu possible l’amélioration de son état de santé a été baptisée « Charlotte’s Web ». Actuellement, plus de 100 familles essayent de suivre son exemple.

Elle peut freiner l’avancée du cancer

Une étude publiée par l’Institut du Cancer des États-Unis a déterminé que le CBD peut freiner la métastase pour beaucoup de types de cancers agressifs. Selon cette étude, les cellules malades peuvent retenir leur propagation lorsqu’elles entrent en contact avec cette substance. Le cas du petit Mike Hyde en est un exemple. Après que son père l’ait traité avec de l’huile de marijuana, la tumeur dont il souffrait a diminué de manière presque miraculeuse. Malheureusement, lorsqu’ils n’ont plus pu se procurer légalement la quantité nécessaire afin de pouvoir le contrôler, le petit Hyde est décédé.

C’est un traitement pour surmonter la dépression et l’anxiété

La dépression, l’anxiété et même les effets des maladies mentales les plus sévères peuvent également être surmontés grâce à la marijuana. Selon une étude du Centre Médical Universitaire d’Utrecht, aux Pays-Bas, le THC se répercute sur le cerveau en altérant notre manière de percevoir les images ou les émotions négatives. Cela fait du cannabis un élément essentiel, notamment lorsque les moyens habituels ne donnent plus de résultats. Toutefois, certains ne jurent que par la marijuana car c’est un produit naturel. 

Elle est très efficace contre le glaucome

La Société Américaine du Glaucome reconnaît que fumer de la marijuana peut être une bonne alternative pour traiter le glaucome chez les personnes qui, pour diverses raisons, ne tolèrent pas le traitement habituel ou qui ne peuvent pas supporter ses effets secondaires. Le cannabis aiderait à réduire la pression dans l’œil, qui est l’un des effets de la maladie, en réduisant les dommages que cela produit sur le nerf optique.

Elle rend la thérapie contre l’hépatite C plus efficace

Le traitement contre l’hépatite C dure plusieurs mois et est très violent. C’est pourquoi, certains patients l’abandonnent avant l’heure, ce qui conduit à une issue fatale car le virus finit par détruire le foie. Des chercheurs de l’Université de Californie, à San Francisco ont mené une étude selon laquelle 86 % des participants qui ont fumé de la marijuana ont terminé la thérapie avec succès. Le reste des participants qui n’ont pas fumé de cannabis n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs de cure.

Elle élimine les nausées

Selon une étude publiée dans la revue de Médecine de l’Etat de New York, les nausées et les vomissements – qu’ils soient provoqués par la chimiothérapie, le traitement contre le SIDA, différentes chirurgies ou même pendant la grossesse – peuvent facilement être traités en utilisant de la marijuana. Les experts assurent que cela peut être effectué par voie orale, en en fumant par exemple, mais elle est tout de même plus efficace de cette façon pour le second cas.

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :