Tandis que les tensions montent en Egypte, l’EI a dit que les icônes culturelles de la nation, comme les pyramides et le sphinx, doivent être détruites.

le-Sphinx-et-les-Pyramides-d’Egypte

Le Telegraph a rapporté que des membres de l’EI ont déclaré que les objets ne devraient pas faire l’objet d’idolâtrie ou de culte. Le chef de l’EI, Abu Bakr al-Baghdadi aurait dit que détruire les monuments était un « devoir religieux ».

images (4)

L’activiste politique musulman britannique Anjem Choudary a dit au présentateur Dan Cruickshank:« Quand l’Egypte se retrouvera sous les auspices du Califat, il n’y aura plus de pyramides, plus de Sphinx, plus d’idolâtrie. Ce sera juste. »

images (7)

Cette semaine l’Etat Islamique a lancé des vagues d’attaques simultanées contre les forces de sécurité égyptiennes. Il y a eu des attentats suicides coordonnées et des attaques contre des installations militaires, qui ont été contrecarrées par le soutien aérien des avions de combat F-16 de l’Egypte.

téléchargement (2)

Mais le prédicateur Ibrahim Al Kandari a dit que les monuments étaient culturels, pas religieux, et qu’ils ne devraient pas être détruits. Un prédicateur islamiste koweïtien a appelé à la destruction des monuments, en disant que du fait que les jeunes musulmans ne les avaient pas détruits, « cela veut-il dire qu’il ne faut pas le faire. »

images (3)

« Le fait que les jeunes musulmans qui appartenaient aux disciples du prophète Mohamed n’ont pas détruit les monuments du pharaon quand ils sont entrés en Egypte ne veut pas dire que nous ne devons pas le faire, » a dit Al Kandari à Al-Watan en début d’année.

images (8)

Le Sphinx et les Pyramides appartiennent au patrimoine mondial de l’UNESCO.

images (1)

La semaine dernière, un prédicateur djihadiste égyptien, Murgan Salem al-Gohary, menaçait encore une fois les pyramides de Gizeh et le Sphynx. De telles violences ont déjà abouti à la destruction de nombreux mausolées dans le nord du Mali ou au célèbre Bouddha afghan. Cette menace est-elle prise au sérieux par les instances chargées de la protection du patrimoine mondial ? 

images

Il y a une convention de l’UNESCO qui prévoit la protection des biens culturels en temps de guerre. Elle a été ratifiée par la plupart des Etats qui reconnaissent ces difficultés et promettent de faire leur possible pour prévenir les destructions. Reste la question d’un Etat ou d’un groupe qui ne reconnait plus la légitimité d’un certain nombre de biens.

téléchargement

Dans ce cas, les monuments en questions deviennent les témoins d’une société, d’une vision, qui ne sont plus bonnes à entendre. C’est tout simplement ce qui s’est passé en France pendant la Révolution. La convention de l’UNESCO a du mal à s’appliquer dans ces cas puisqu’elle peine à défendre l’idée du bien culturel lorsqu’il est n’est pas perçu comme tel par un belligérant.

images (2)

Il existe une multitude d’exemples : les destructions penant la guerre en Irak ou celles perpétrées par les Khmer rouges. Se pose également la question d’une révolution. Une révolution est-elle un conflit armé ?
La convention de l’UNESCO reste vague sur la définition et sur le champs de son application.

On serait tentés de dire oui mais il peut y avoir débat.

images (9)

On parle plus que jamais de ces questions … mais les résultats observés restent loin d’être à la hauteur des enjeux.

 images (11)

Comment distinguer dans un tel cadre une vision sociétale ou politique onie et condamnée d’un bien culturel et historique ? Dans quelle catégorie inscrire le sphinx par exemple ?

images (5)

C’est une approche qui reste subjective : la base de l’application de la convention de l’UNESCO reste l’intérêt général. Si cet intérêt général n’est pas reconnu, la protection est aléatoire. L’intérêt que vous ou moi pouvons avoir suppose que nous faisons une même lecture de ce qu’est le bien en question. Si cette lecture diverge, comment fonder la décision ? La mienne qui vient de l’extérieur ou celle de l’acteur qui est sur place ?

images (10)

J’en reviens à l’exemple de la Révolution : un certain nombre de biens étaient vécus comme des représentations d’un régime négatif et les faire disparaître allait dans le sens du mieux.
La différence, c’est que l’affect lié aux monuments détruits pendant la Révolution a disparu.
Pourtant, à l’époque déjà, des personnalités comme l’abbé Grégoire insistaient sur le fait que ces biens soient aussi un patrimoine historique qui témoignait d’un visage de notre passé.

images (12)

Comment faire pour protéger ces monuments et comment convaincre ceux qui veulent les détruire de leur intérêt historique et patrimonial ?

téléchargement

Par l’action politique et diplomatique. Difficile donc en pleine période révolutionnaire ou l’efficacité de ces deux approches est particulièrement réduite.

images (13)

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :