Penser l’impensable: Une guerre nucléaire israélo-iranienne – Part II

Les alternatives HTM (haute puissance micro-ondes) américaines et israéliennes comprennent des têtes de fusée étagées avec au top de la liste – une gamme de nouveaux produits chimiques plus puissants que les HTM actuels. Les HTM tactiques comprenant jusqu’à quatre têtes de fusées séquentielles, portent des ogives pour faire une percée initiale suivie de grandes charges pour détruire des chars, des fortifications et des jetées de pont. Mais leurs effets sont lents par rapport à ce qui est nécessaire pour atteindre des cibles dures et profondes. Ces HTM ont besoin de boîtiers extra-durs (probablement fabriqués à base de métaux monocristallins) et des emballages pour garder leurs charges séquencées intactes lors de chocs violents à de milliers de cadres par seconde (fps). Un indice de référence est le succès du Laboratoire Sandia du ministère de l’énergie de tirer sur une cible dure artificielle RV dans la roche à 4400 fps. De même, la réaction du matériel (RM) aux munitions de génération future HEDM (matériaux de haute densité d’énergie) et d’explosifs chimiques énergiques avec des ordres de grandeur plus puissants sont plus prometteurs dans un avenir proche. Mais tout cela nécessite des années de tests mouche-refonte-mouche itératives pour assurer qu’ils survivent à la collision avec leurs cibles profondes.

Au bilan : Même l’usage des meilleures HTM (haute puissance micro-ondes) non-nucléaires américaines marginales contre les cibles cruciales et profondes de l’Iran, les HTM d’Israël ne seraient probablement pas capables d’accomplir le travail étant inférieures à l’énergie cinétique sur la cible. Les alternatives comme l’usage des HTM pour détruire des entrées/orifices de ces objectifs et des puits de ventilation pourraient fonctionner – Mais à moins que la puissance militaire iranienne et sa capacité de récupération ne soient en retard des mois ou des années, ces dommages seraient rapidement réparés ou solutionnés. En outre, il serait presque impossible de détruire des installations nucléaires creusées dans des tunnels dans les montagnes employant des moyens conventionnels.

Résultat de recherche d'images pour

Néanmoins, les cerveaux derrière la bombe nucléaire, les missiles et les armes de destruction massive de l’Iran se trouvent quelque part groupés dans des cibles faciles comme des universités iraniennes gérées par le CGR, (Corps des gardiens de la révolution en Iran) gardiens du programme de la bombe. Ceux-ci pourraient être touchés par des armes conventionnelles sous une stratégie de ciblage Peenemünde, tuant (autant que possible), le plus grand nombre de scientistes et de techniciens d’armes. (Cela évoque la directive du premier ministre Winston Churchill aux bombardiers britanniques de cibler des résidences sur la petite île de la Baltique où Hitler avait aménagé son programme de fusées V-2.) Alternativement, les armes EMP (impulsion électromagnétique) conventionnelles ou nucléaires ou HPM (haute puissance micro-ondes) pourraient détruire tous les ordinateurs et les communications qui soutiennent les travaux de recherche de la bombe hébergés par l’université. Cela conserverait ces scientistes et la population dans leurs périphéries urbaines, en vie.

Résultat de recherche d'images pour

Troisièmement, la décision d’Obama de fournir à l’Iran « des cours de formation et des ateliers pour renforcer la capacité iranienne, de prévenir, protéger et répondre aux menaces de sécurité nucléaire, dont le sabotage des installations et des systèmes nucléaires, ainsi qu’une sécurité nucléaire effective et durable et une protection physique des systèmes » est l’indicateur le plus évident que cet accord vise carrément Israël. Pourquoi ? Il élimine la seule alternative qui reste à Israël maintenant que les HTM américains classiques pour détruire par surprise les cibles dures et profondes ne lui seront pas fournies, le contraignant au mieux, à une seule opération conventionnelle au ralenti. Cela exposerait le petit état juif à un choc précoce tant politique que militaire de l’Iran et de ses fournisseurs chinois, russes et européens – et un président américain enragé. En substance, il semble que le régime d’Obama a, en vertu de l’accord, délibérément démuni Israël de toutes les options, à l’exception de la préemption nucléaire – qu’Obama, typiquement libéral-progressiste, suppose ne se produirait jamais. Ou alors, Israël serait forcé d’accueillir la suprématie militaire iranienne et ses portées génocidaires.

Résultat de recherche d'images pour

Quatrièmement, Deux considération pourraient mener à une attaque nucléaire israélienne précoce : (a) les S-300 russes ATBM / SAM (anti-missiles balistiques tactiques / missile surface-air) entre des mains iraniennes ; et (b) les milliers de missiles du Hezbollah. L’accord russe qui stipule la provision de quatre piles de ses redoutables S-300 à la fin d’Août à l’Iran, pour défendre des objectifs prioritaires, compliquerait à Israël ses plans stratégiques de bombardement de précision complexes nécessaires pour des cibles difficiles. Le S-300, le meilleur du monde, peut abattre des avions à haute vitesse à partir du niveau du sol à proximité de près de 100.000 pieds. Il peut également engager des missiles balistiques.

Résultat de recherche d'images pour

Entre-temps, l’arsenal du Hezbollah de plus de 60.000 roquettes (selon certaines estimations) est une trop grande menace pour Israël, en particulier à son armée de l’air- très appréciée. Le Hezbollah a modernisé une fraction inconnue de ces missiles, dont la gamme couvre désormais la quasi-totalité d’Israël, avec le GPS et guidage de précision, ce qui leur permet d’atteindre des cibles critiques. Malheureusement, le Dôme de Fer d’Israël et les intercepteurs Sling de David ont été conçus dans l’hypothèse que la majorité des missiles serait imprécise et ainsi les intercepteurs pourraient être réservés seulement pour les missiles visant des cibles critiques. Le résultat ? La masse de roquettes du Hezbollah ciblant les bases aériennes israéliennes et d’autres cibles militaires pourrait engendrer rapidement un manque critique d’intercepteurs en Israël. L’Iran pourrait facilement commander une telle attaque et déséquilibrer Israël alors que ce dernier se concentre sur la menace mortelle nucléaire iranienne soutenue par les États-Unis.

Résultat de recherche d'images pour

Une préemption nucléaire israélienne est donc éminemment pensable. Toute autre option a été dépouillée par la décision d’Obama, dissimulée d’Israël, du Congrès et de nos alliés, au point qu’il est maintenant trop tard pour la contester. Obama a permis à l’R & D iranien de fabriquer librement des bombes tout en lui promettant de renforcer son infrastructure de fabrication de bombes contre Israël, alors qu’il imposait simultanément des restrictions létales sur les contre-mesures israéliennes, abjurant tout américain et militaires alliés de l’assaillir par un largage de bombes de vadrouille des B-2 et des B-52.

Les dés sont maintenant jetés. La préemption nucléaire devient attrayante pour une nation in extremis, là où Israël se trouve à l’heure actuelle :

… Israël devrait provoquer un choc assez puissant pour désorganiser le régime iranien qui s’adonne à des objectifs militaires réalistes, dont : Crever ses coûteuses usines d’enrichissement souterraines. Détruire son réacteur de plutonium à Arak et peut-être celui de Bushehr dans sa lancée. Cibler le personnel professionnel, les scientistes et techniciens derrière la création des bombes et des missiles, et détruire les bases du CGR, ses sites de production de pétrole, ses terminaux d’exportation de pétrole et les dirigeants du régime, là où ils peuvent être trouvés.

USAF_MOP_test_release_crop

… Son attaque initiale devrait être fulgurante et concluante et ne durera qu’une heure ou deux, comme fut l’attaque aérienne israélienne de la guerre des Six-Jours de 1967. L’objectif est en quelque sorte d’étourdir le régime afin qu’Israël puisse être le premier à contrôler les phases ultérieures de la guerre et sa fin. Cela signifie qu’Israël doit toucher assez de cibles critiques avec un choc maximal – et être prêt à revoir ou élargir ses objectifs – et ainsi être en mesure de contrôler et de réagir face aux représailles des alliés de l’Iran. En substance, cela implique une refonte israélienne très rapide du Moyen-Orient dans le cadre d’une guerre nucléaire pour sa survie.

… ce qui est pauvrement apprécié c’est que les armes nucléaires de 10 à 300 kilotonnes (kt) – en fonction de précision – peuvent détruire des cibles dures profondes à plus de 200 mètres de profondeur par couplage au sol si elles pénètrent seulement 3 mètres dans le sol (Effets de nucléaire Terre Penetrators et autres armes : Conseil national de recherches / National Academy Press, 2005, pp 30-51). Israël pourrait réduire les rendements de la bombe ou atteindre l’objectif plus profond selon ses essais rapportés d’attaques nucléaires à deux plans dont le premier plan crée un HTM conventionnel comme une GBU-28 pour ouvrir un canal ; le second laisserait tomber sa bombe nucléaire tactique dans ce canal «soft» pour une plus grande profondeur avant d’éclater. Cela produirait inévitablement des retombées sur les villes en aval. Heureusement, les mêmes contre-mesures médicales utilisées pour les accidents radiologiques (accidents de Tchernobyl, etc.) – des comprimés d’iodure de potassium (disponible au pays à partir http://www.ki4u.com) – peuvent être largués aux citadins exposés.

… l’objectif le plus important, est toutefois, la décapitation et la paralysie économique à effet PGE et HPM qui détruisent tous les appareils électroniques, électriques et électromécaniques sur le territoire iranien. Alors qu’une explosion nucléaire à haute altitude aurait une incidence sur la plupart du territoire de l’Iran, il se pourrait bien que l’usage de petites armes à basse altitude soit envisagé.

… Un nombre restreint d’armes nucléaires (10 à 15) suffirait : une pour chacune des cibles dures souterraines connues, avec une autre en réserve en attendant les évaluations des dommages causés par la bombe ; plusieurs bombes à faible rendement pour les dépôts au sol et des armes à neutrons pour des rendements plus faibles afin de frapper des cibles du CGR et du régime tout en évitant les retombées des explosions. Les réacteurs peuvent être détruits  par des armes classiques à impulsion de HPM pour brûler les systèmes électriques, électroniques et électromécaniques et permettre aux forces spéciales de détruire plus tard le réacteur. Une priorité de ciblage (employant antipersonnel conventionnel) serait destinée aux scientistes préparateurs de bombe / missiles dans les universités.

… Les F-15 et F-16 israéliens prévoient la prestation la plus précise pour la phase initiale – en supposant que les batteries S-300 puissent être déjouées, bloquées ou détruites (là où l’expérience de la force de l’air israélienne est inégalable). Le petit stock de missiles balistiques Jericho-2 sera tenu probablement en réserve. Il ne peut guère être utilisé contre des cibles enterrées à moins que leurs véhicules de rentrée (VR) ne soient équipés de boîtiers de pénétrateurs et de ralentisseurs comme des parachutes de ruban (utilisés pour ralentir les véhicules récréatifs de test américains pour la récupération des eaux peu profondes au atolls du Pacifique) et d’éviter tout effritement lors de l’impact. (Ces deux méthodes nécessitent des essais en vol – détectables.) Les sous-marins Dolphin d’Israël en mer Rouge et l’océan Indien peuvent lancer des missiles nucléaires ou (probablement) des missiles de croisière conventionnels de centrales nucléaires avec des armes à sous-munitions pour les cibles du CGR.

La dernière question est de savoir comment les dirigeants israéliens et américains opéreront dans ces conditions. Une décision prise par Israël de faire usage du nucléaire serait la plus étroitement tenue secrète dans l’histoire, face à une perspective d’une perte de contrôle délibérée ou inconsciente du président actuel des USA si elle est divulguée. Toujours est-il qu’Israël se voit actuellement largué vers un second Holocauste, probable en quelques semaines lors du déploiement des S-300 autour des objectifs nucléaires iraniens. Une fois la décision prise d’opter pour le nucléaire puisqu’elle demeure son ultime moyen de survivre, Israël se doit de simuler et de tracer toutes les chaînes d’événements anticipés ou inattendus possibles, avant l’amorce de son initiative. Il devrait inévitablement décider quelle seraient ses démarches s’il apprend que les États-Unis informent l’Iran de la mobilisation qu’ils pourront suivre par le truchement de leurs postes d’écoute électroniques et leurs radars de défense antimissile dans la région. Israël devrait trouver un moyen de brouiller ou de détruire ces sites d’écoute américains.

Pour les États-Unis, cette guerre nucléaire sans avertissement atterrira comme un coup de foudre sur une Maison Blanche vraisemblablement prise au dépourvu, affolée et désorientée pendant que le très prisé « héritage d’Obama » part en fumée. Les marques caractéristiques des salves nucléaires seraient capturées et localisées géographiquement par les satellites américains. Le commandant du NORAD (Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord) dans les montagnes Cheyennes, à Colorado Springs appellera la Maison Blanche usant le célèbre téléphone rouge. (Étant l’un des rares civils qui avaient assisté à une alerte par le téléphone rouge à NORAD en Juillet 1982, après qu’un sous-missile soviétique avait lancé deux missiles d’essai au large de la Kamchatk Peninsula, je peux vous assurer qu’il s’agit d’une expérience effrayante à laquelle vous n’êtes nullement préparé.) Étant donné la psychologie de notre président actuel et son investissement émotionnel dans son contrat avec l’Iran, ce qui s’ensuivrait pourrait défier la chaîne de commandement militaire par des ordres impensables auparavant.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :