L’image choquante est placardée partout:


un enfant syrien inerte, noyé, devient le fer de lance de la bonne conscience immigrationniste contre les réticences des populations européennes face à la déferlante des migrants.
Sommes-nous collectivement coupables de la mort de cet enfant?

EnfantMortMerTurque4.9.15

Pour les partisans de l’accueil qui dominent dans les médias, la réponse est oui. L’impact émotionnel des images est utilisé pour faire taire la raison.
« La photo qui fait taire le monde »,
tweet le quotidien italien La Repubblica, titre également repris par Le Matin. La ficelle est énorme, mais elle fonctionne. Les sentiments l’emportent sur la capacité d’analyse. Pour réduire au silence les personnes qui s’opposent à l’arrivée massive de populations étrangères, fut-ce pour des raisons tout à fait rationnelles, il n’y a plus qu’à les traiter de salauds sans cœur et l’affaire est dans le sac.

Depuis la diffusion des images nous en savons un peu plus sur la victime:

Selon les médias turcs, il s’agit d’Aylan Kurdi, un garçon syrien de trois ans dont le frère aîné a également trouvé la mort dans le naufrage de deux embarcations. Ils venaient vraisemblablement de Kobane, ville de Syrie adossée à la frontière turque, qui a été le théâtre de très violents combats entre djihadistes de l’État islamique et miliciens kurdes, il y a quelques mois.

Permalien de l'image intégrée

Ces bateaux, transportant des Syriens, étaient partis dans la nuit de mardi à mercredi de la ville côtière turque à destination de l’île grecque de Kos, l’un des plus courts passages maritimes entre la Turquie et l’Europe, lorsqu’ils ont chaviré, ont expliqué les garde-côtes turcs. Rapidement prévenus par les cris des naufragés, les sauveteurs ont repêché douze corps sans vie parmi lesquels celui de cet enfant dont les photos ont envahi les réseaux sociaux avec ce mot clef: «KiyiyaVuranInsanlik»
qui signifie
«l’humanité naufragée»
en turc.

La famille de cet enfant est donc volontairement partie de Turquie, où elle était à l’abri, pour une destination qu’elle estimait plus confortable ; un voyage dans lequel elle n’hésita pas à risquer la vie de ses enfants. Ils auraient pu continuer à résider en Turquie et ils seraient alors encore tous vivants. Le drame n’a pas la même connotation que si le malheureux avait péri en tentant de fuir sa Syrie d’origine.

zZZbasV

Quasiment le même jour un incendie criminel dans le 18e arrondissement de Paris fit huit victimes, asphyxiées et défenestrées, dont deux enfants. On ne verra évidemment pas les cadavres de ce fait divers en gros plan, cela ne correspond à aucun objectif politique. L’opération de communication est conçue pour tirer des larmes, et elle en tire. Les images poignantes déchirent le cœur de chacun d’entre nous. Mais il meurt des milliers et des milliers d’enfants en Afrique tous les mois sans aucune mobilisation massive du reste du monde. Quid des enfants massacrés par l’Etat Islamique, déchiquetés par les bombes des terroristes, assassinés au Pakistan parce que c’était des filles et qu’elles voulaient aller à l’école?

Depuis le début de cette récente vague de migration vers l’Europe des peuples d’Afrique et du Moyen-Orient, bien des gens sont morts. Aylan Kurdi n’est de loin pas le premier bambin innocent à périr sur le chemin, mais il est le premier à être ainsi médiatisé. Les journalistes ont pourtant déjà eu à de multiples occasions la possibilité de filmer et de diffuser des images d’enfants morts mais s’en sont toujours abstenus. Alors pourquoi maintenant?

Il existe toujours une étape dans un conflit où les enfants deviennent un enjeu de communication pour faire ployer l’opinion publique. Nous en arrivons à ce stade – un passage en force destiné à étouffer le débat. Il est à noter qu’ailleurs en Europe les directives sont différentes. La mort du petit Aylan Kurdi, trois ans, est un drame abominable. Mais que penser de ceux qui l’instrumentalisent? Qui pourrait clamer que cet enfant ou sa famille auraient voulu que sa noyade serve à influer sur l’opinion publique?

Face aux enjeux géopolitiques, la paix des morts ne pèse pas lourd. Les médias sont prêts à tout pour faire avancer leur idéologie, jusqu’à exploiter le corps sans vie d’une petite victime innocente pour l’infliger au grand public par tous les moyens possibles, diffusion en prime-time à la télévision et impression en première page de leurs quotidiens.

médias,immigration

Ce voyeurisme macabre fait taire la raison, pour un temps, mais la raison ne saurait s’exclure de façon permanente du débat sur l’immigration. Il en va de l’avenir d’autres enfants, européens cette fois, et du monde dans lequel ils vivront. Gardons notre sang-froid face à ces images horribles que nous infligent nos médias car lorsque la raison reviendra, les médias pratiqueront la seule option qu’il leur reste – la surenchère.

Un enfant est mort en mer, entre la Turquie et la Grèce.
Le responsable de sa mort est son propre père.

Mais ce n’est pas ce que disent les grands médias ces jours derniers. Non. Les grands médias ne disent pas que le père, son épouse et ses deux enfants vivaient en Turquie depuis trois ans et attendaient un visa pour le Canada, qui tardait à venir.

Permalien de l'image intégrée

Ils ne disent pas que le père avait choisi de passer par l’Europe pour se faire refaire une dentition toute neuve aux frais des contribuables d’un pays d’Europe, sans débourser un centime.

Permalien de l'image intégrée

Ils ne disent pas que le père aurait pu continuer à vivre en Turquie, avec sa famille, et a fait un choix irresponsable, criminel.

Permalien de l'image intégrée

Ils font de cet homme une victime : tout simplement parce qu’ils ont abandonné depuis longtemps l’idée même de responsabilité individuelle. Et ils en font une victime de l’Europe, bien sûr. Si les frontières de l’Europe étaient ouvertes, rien, nous dit-on, ne serait arrivé.

Permalien de l'image intégrée

Un enfant victime d’un homicide par imprudence commis par son propre père!

ayland-rehan-kurdi

 Permalien de l'image intégrée

60 commentaires

  1. Posté par Pascale GOURDON le 5 septembre 2015 à 22h03

    Ce pauvre petit fait couler beaucoup d’encre ! Voici un article que je n’aime pas du tout !
    En gros, « c’est bien fait pour leur pomme » « à ces parents qui ont risqué la vie de leurs enfants pour une situation plus confortable alors qu’ils étaient si bien dans un camp de réfugiés en Turquie ! ! »
    Je trouve que le journaliste, Stéphane Montabert, pousse vraiment le bouchon un peu trop loin !
    Pour illustrer ma révolte face à ce jugement, voici les propos de notre ami Syrien cette semaine, le 1er septembre :
    « Ne vous inquiétez pas nous nous tenons encore debout. Imaginez-vous que la rentrée bientôt nous attriste car de nouveau l’inquiétude quotidien que le gosse ne rentre pas sauf à la maison ! Pourtant l’école est à 500 m et les enfants ont passé les « vacances » pour la 4e année cloîtrés à la maison, rêvant d’avoir un ipad pour s’amuser que je n’ai pu leur a acheter, moi prof d’université. Mais bon on mange bien et ils regardent la télé quand il y a de l’électricité! «

  2. Posté par thomas le 5 septembre 2015 à 21h25

    Quoi que dise cet article, être sûr de rester en vie en Turquie actuellement c’est jouer à quitte ou double même les familles américaines ce taillent. Quant aux bombes et autres chars qui massacrent des milliers de civils ( et très très peu de soldats ) d’où viennent-ils sinon de chez nous les occidentaux qui avons tant à gagner en terme d’énergie, de minerais et autres passages protégés.

    Posté par Asterix le 5 septembre 2015 à 21h24

  3. Ce que j’en pense ?
    Comme l’auteur de l’article : cette manipulation grosse comme la tour Montparnasse est proprement scandaleuse.
    Je pense qu’on ne pourra pas couper à une Révolution en France – on a l’habitude, et que les médias, les premiers responsables, seront les premiers dans la ligne de mire : ils l’ont bien cherché. Ce jour-là, leur sort ne sera pas enviable.

  4. Posté par fred le 5 septembre 2015 à 20h48

    Que cette photo soit un montage ou pas (j’en doute) ne change rien. Elle met en scène le drame humain et la conséquence d’un fanatisme exacerbé. Elle a le mérite de nous rappeler que chaque jours des enfants meurent par la folie et la démesure de l’homme.

    Je ne suis pas du coté de ceux qui pensent que nous pouvons accueillir sans compter, au risque de voir nous aussi notre barque couler. Je ne suis pas non plus du coté de ceux qui pensent que cette migration de réfugiés qui pour beaucoup fuient pour des raisons ne nous concerne pas.

    Nous avons à être solidaires. C’est notre devoir d’humain mais dans une juste mesure, celle de nos moyens et de nos ressources. et c’est bien le drame.

    Posté par Vautrin le 5 septembre 2015 à 17h59

  5. Aider ces gens dans leur pays ? En théorie c’est une idée raisonnable. Cependant j’ai derrière moi 18 ans de coopération en Afrique. Nous avons réussi à créer des bulles minuscules de développement, immédiatement crevées dès que nous les avons remises à leurs destinataires que -pourtant- nous avions formés à les utiliser. Allez voir au Kénya (et pourtant ce n’est pas le pire pays) ce qu’il reste des palmeraies et de la culture irriguée dans le bassin versant de la rivière Turkwell, vous m’en direz des nouvelles. Les pays occidentaux ont gaspillé en pure perte des centaines de milliards pour un résultat nul. On aurait pu penser que des pays comme la Côte d’Ivoire allaient s’en sortir. Las ! La disparition d’Houphouët-Boigny, un homme à poigne, a eu pour conséquence le retour des guerres tribales et de la misère. C’est comme ça : on dirait que l’Afrique n’a pas envie du développement. Obtiendrions-nous de meilleurs résultats en remettant ces pays sous tutelle ? Je n’en suis pas persuadé. Tribalisme (avec ses guerres incessantes), concussion, prévarication, et paresse (il faut bien le dire !) auront raison, pendant encore longtemps, de tout effort de développement. J’en suis vraiment désolé, mais je pense qu’il faut établir un cordon sanitaire, car si ces gens-là ne sont pas capables de développer leurs pays, comment pourrions-nous espérer qu’ils aident à la production dans les nôtres ? Nous ne faisons qu’importer du tiers-monde, et c’est une menace redoutable pour l’avenir.

  6. Posté par Loutchia le 5 septembre 2015 à 17h54

    La vérité toute nue! Il se retrouve sans famille et sans soins dentaires….

  7. Posté par Eric Acton le 5 septembre 2015 à 16h47

    Jeune syrien mort noyé, son père voulait des implants dentaires…
    Vidéo de le conférence de presse de sa sœur Fatima:
    https://www.youtube.com/watch?v=FPr2WOGSMtI

  8. Posté par Del le 5 septembre 2015 à 16h30

    Cher monsieur Montabert,
    Reconnaissez tout de même un mérite à cette image (et cette affaire) : elle vous a fait pour la première fois évoquer, sur ce site, les enfants morts d’Afrique, les filles sacrifiées du Pakistan et les bambins Syriens morts sur la route de l’exil.
    J’attends désormais avec impatience vos prochains articles qui traiteront de ces sujets et vos appels, justifiés et que je me ferai une joie de relayer, à une mobilisation massive pour les résoudre.

  9. Posté par Marianne Munger le 5 septembre 2015 à 14h01

    Quand j-ai vu cette photo, c-est terrible à dire mais j’ai immédiatement pensé à une MANIPULATION de l’opinion, cet enfant semble PLACÉ sur la photo, et non renvoyé par les flots, bien sûr que c’est affreux, bien sûr.

    Cet article est plein de son sens, dérengeant certes, mais souffrant d’être manipulée de la sorte par des gens qui, en plus en tirent profit (journaliste, etc.etc), eh bien personnellement cette photo a agi comme une révolte pour moi, non contre ce qui se passe (il y a longtemps que cela est dans mon coeur d’être attristée et choquée), mais donc cette photo a eu un effet contraire, soit de me rendre encore plus attentive au fait que tout cela n’est que de la géopolitique, instrumentalisée.

    Je suis pour aider les personnes défavorisées DANS LEUR PAYS, et trouve que cet afflux de réfugiés ou migrants est un réel problème que ceux qui gouvernent mettent sur la tête de ceux qui, déjà ici, ne peuvent plus joindre les deux bouts, et se suicident (en France deux agriculteurs le font par jour d’après les médias), et là personne ou si peu, s’indignent et partagent leur pain avec ces gens qui travaillent comme des bêtes.

    Que va-t-il se passer quand les démunis européens verront les migrants mieux lotis qu’eux-mêmes ? A chacun de se faire son opinion, la mienne est : rien de bon.

    Que les grands de ce monde cessent de prendre le petit… peupl… pour les imbéciles. Monde d’ailleurs duquel je n’attends en fait pas grand chose, car cela val de mal en pis, c’est le constat d’une vie; et la foi me permet d’entrevoir une espérance meilleure que les hommes actuels ne peuvent donner.

  10. Posté par C. Donal le 5 septembre 2015 à 13h40

    @ Joe la frite le 5 septembre 2015 à 09h42
    C’est la tension entre l’idéal moralisant, qui voudrait que l’être humain soit noble et bon, et la réalité profane de l’instinct de conservation. Votre bien-pensance est un mythe post-moderne courant à sa fin dans la violence.

  11. Posté par Pierre H. le 5 septembre 2015 à 11h42

    @Joe la frite « nous sommes tous des fils de pute »
    Cette phrase est toujours assénée par des gens qui prennent leur cas personnel pour une généralité…

  12. Posté par tabard danielle le 5 septembre 2015 à 11h25

    C’est assez surprenant que ce père retourne en syrie pour enterrer sa famille; quand on veut fuir un pays, pourquoi y retourner ? et l’argent qui a payé?, et ce petit ange pourquoi l’exposer comme une bête de foire

  13. Posté par aristote le 5 septembre 2015 à 11h10

    La « frite » pue l’huile rance ! Faute d’arguments personnels, il prend la pause du perroquet pensant avoir trouvé une phrase sublime. Il met tout le monde dans le même panier comme l’écrit avec raison « nostradamus » : « comme chez les rats, tellement ils se méprisent et nous avec ! » C’est la politique de la terre brûlée. Adultes vous ne valez rien sinon un coup de couteau mortel. Seuls ces « avenirs » de l’humanité sont dignes d’intérêt, même s’ils recèlent dans leurs gênes grâce à des siècles de haines et d’immobilisme, les facteurs malfaisants des futures canailles. La moralité de cette « philosophie » à quatre sous, c’est qu’elle est une injonction à ne rien construire, puisque tout est appelé à être détruit, volé, pillé dans le même temps. Mesdames ne nettoyez plus votre habitat, laissez les portes et fenêtres ouvertes puisque ça ne sert à rien. Vivez dans la merde c’est votre avenir et celui que veut nous imposer « la frite ». Vivement le retour des galères et tous sur l’ile proposée par le milliardaire égyptien.

  14. Posté par morin le 5 septembre 2015 à 10h17

    Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ! Nous ne sommes même pas capable de nous occuper de nos SDF ! Des français offrent des logements à des émigrés ! mais ne sont pas capable d’en proposer aux SDF ! Arrêtons de faire les faux cul !

  15. Posté par Joe la frite le 5 septembre 2015 à 09h42

    Bonjour à tous,
    La raison ne changera rien au fait que comme le disais Kenneth Bainbridge il y a 70 ans : « maintenant nous sommes tous des fils de pute ».
    La vie de cet enfant n’avait pas plus de prix que celle d’autre humains, tout le monde est d’accord, cependant ce dont il est précisément question ici c’est ce représente cet enfant : l’innocence absolue, la vie dans son expression la plus pure, à savoir un enfant de 3 ans n’ayant connu de la vie que la guerre.
    Ne trouvez vous pas cela cocasse que les pays occidentaux ai mis le feu en Irak, pillent le continent africain et cela depuis plus d’un siècle et qu’ils se permettent de s’ériger en moralistes.
    Racontez ce que vous voulez le véritable enjeu dans cette affaire c’est l’argent. Il n’y a aucune volonté de régler quoi que ce soit parlé qu’il n’y a pas d’intérêt financier. Alors on se rassure en faisant des grandes phrases en disant qu’on voit plus loin que ces imbéciles qui cèdent aux émotions… Ça donne bonne conscience en plus de donner une image favorable de soi.
    Moi ce que je vois dans cette image c’est l’enfance violée sur l’autel des valeurs économiques et de l’intérêt personnel.
    Quand vous comprendrez que sur cette terre nous sommes tous sur le même bateau, alors, peut être Cette image (et toutes les autres du même genre) ébranlera t-elle un peu votre conscience froide comme un four éteint et votre analyse puant le nombrilisme et le cathechisme ombilicale.
    L’espèce humaine est décidément un parasythe pour toutes les autres. Voilà 70 ans que « nous sommes tous des fils de pute », et je ne vois pas comment ça pourrait changer.

  16. Posté par nostradamus le 5 septembre 2015 à 09h25

    Je vois que les squatters gauchistes roulant pour l’Etat Islamique et payés par nos traîtres de gouvernants ne se contentent plus des Pravdas locales et de leur monopoles pour nous injecter leurs injonctions de bonnes consciences, Je comprends mieux les chinois qui éliminaient les filles, source de conflits perpétuels et de perte de la raison au profit de l’émotion qui mènent les nations au chaos. Je remarque que cette photo, préservatif contre l’immigration sauvage a été censurée par Facebook puis réintégrée
    http://www.netzplanet.net/wp-content/uploads/2015/03/1238.jpg
    Au contraire de celle-ci, explosif pour l’immigration, dénaturée pour être encore plus explosive,
    http://www.20minutes.fr/monde/diaporama-9353-photo-923749-hommage-aylan-kurdi-dessinateurs-monde-entier
    louée par nos traîtres médiatiques au service de traîtres gouvernants, admirateurs de la pensée unique qui fustigent la résistance pour mieux continuer leurs commerces de morts sur le dos des contribuables mis définitivement en esclavage.
    Il est vrai que les subventionnés des aides sociales, les drogués grâce aux commerces de l’immigration, sont des bonnes consciences qui pensent que c’est Berne qui paie et qu’il n’y a aucun souci, puisqu’ils ne travaillent pas, ne paient plus d’impôts et peuvent de surcroît être disponibles pour aller manifester et faire croire qu’ils sont l’émanation d’une démocratie vertueuse, alors qu’elle n’est devenue que poison et intoxication orchestrée par les profiteurs d’un système infiltré de marxistes prompts à nous imposer leur révolution, comme ils ont appuyé celle de l’Afrique du Nord menant directement l’Etat Islamique au pouvoir. Ces déchets totalitaires nous imposent la surpopulation puis la guerre qui suivra, comme chez les rats, tellement ils se méprisent et nous avec !

  17. Posté par G. Vuilliomenet le 5 septembre 2015 à 07h24

    La TdG en ligne ce matin (article datant d’hier):

    http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/enfant-mort-plage-aurait-pu-trente-ans/story/19891692

    Regardez les photos de tous ces enfants genevois autour de cette piscine gonflable. La propagande commence déjà là. Et ce sont leurs parents qui sont en train de leur inoculer la future haine de soi. Il ne faut pas se leurrer quant aux explications que ces parents donneront à leurs enfants pour expliquer cet exode/invasion.

  18. Posté par JYL le 5 septembre 2015 à 03h59

    Le niveau de manipulation des masses est devenu ahurissant. Une certaine presse ( majoritaire ) complice du ( des ) pouvoirs y travaille à fond. Toutes les décisions importantes sont, seront finalement prises sans que le peuple ait son mot à dire. Et il parait que nous avons la chance de vivre dans nos  » démocraties  » !

  19. Posté par Palador le 5 septembre 2015 à 01h30

    Je me demande si ce n’est pas un hoax ou un trucage. Un enfant mort noyé retrouvé sur le bord de la plage sans aucune blessure, ses habits sans un seul accroc et le visage parfaitement intact. Pour quelqu’un qui a vu des noyés ceci est très loin de la réalité. Combien de photos impliquant des enfants sont mises en scénes ? C’est comme la petite fille qui lève les bras et la légende dessous mentionne qu’elle le fait par peur, prenant le photographe pour un soldat. Et si elle s’étirait simplement les bras en baillant ? En tout les cas je ne fait plus confiance ni aux photographes, ni à la presse, on peut faire dire tout et n’importe quoi.

  20. Posté par Wilcke Arno le 5 septembre 2015 à 00h12

    Très beau montage ! Faut arrêter ces conneries ! Avez vous déjà vu une personne noyée ou un enfant refoulé par les vagues de la mer ! On essaye de nous intimider !!!! Regardez bien la position des mains (de plus encore bien habillé et parait sortir du coiffeur !) Réfléchissez un peu et pensez logique !!!!!

  21. Posté par Cédric le 4 septembre 2015 à 23h59

    Propagande abjecte orchestrée par les médias de gauche consistant à exhiber le corps d’un enfant mort afin de faire basculer l’opinion publique européenne. Je pense que cette presse pseudo-vertueuse à cette fois touché le fond. Concernant la question d’un internaute « que vient faire la raison face à de telles images ? ». La réponse est simple… « la raison n’est pas l’émotion ». Cette fameuse émotion qui ressemble tellement aux bons sentiments, l’enfer n’en est-il pas pavé ? La raison, elle, permet de s’interroger sur le bien-fondé de faire venir chez nous des gens qui pratique une religion brutale et expansionniste ainsi qu’une mentalité diamétralement opposée à la nôtre. Pour ma part, je n’ai jamais cru au « vivre ensemble ». Je sais, pour les quelques personnes qui seront outrées de mes propos sur ce forum… n’ayez crainte ! La presse dominante suisse si bienveillante vous attend à bras ouverts !

  22. Posté par aldo le 4 septembre 2015 à 23h30

    Visiblement les donneurs de leçons s’imaginent encore que le prêt à penser qui leur sert de cerveau va pouvoir cacher éternellement leur indigence intellectuelle crasse. Voir les discours par cœur d’Ada Marrakech née Addolorata (une vraie douleur de l’entendre) et de bien d’autres plantes vertes qui nous abreuvent de lieux communs couvrant leur impérativité derrière des lambris de bonne conscience au rabio. Ce qui correspond au point barre, tout aussi impératif et irrévocable par peur d’un quelconque débat dans le réel et non le virtuel.

    Les exemples du prêt à penser dans sa forme totalitaire foisonnent : égoïste, raciste, beauf, fasciste, etc. Et puis il y a l’insidieuse vertueuse qui nous assène tout aussi impérativement : La Suisse est riche ! Avec son vertueux sous-entendu par égalité devenons pauvres. D’autres qui cultivent le yakaifo, de celle qui aimeraient mais, mais qui tendent la main dans l’espoir qu’on se porte à leur secours. Peut être le résultat d’un puant effluve de hachis, comme disaient Les Vampes.

    Et l’impératif « moins de confort pour plus d’humanité » je le vois sortir de la bouche de la Maury avec son petit air de mongolienne retendue. Oui, celle-là même qui pour être réélue en tandem avec le Vert dans le nez, apitoie les feignasses du même genre, en prétendant indûment vouloir donner son rein et attendant son élection pour nous faire comprendre indirectement et après, que c’était du pipeau. Yakaifo une danse, une constante de la morale élastique de ces donneurs et donneuses de leçon: un pas en avant, un pas en arrière. Donner son rein s’appuie sur les mêmes ressort que la victimisation de ce pauvre petit, victime de la voracité de ses parents indignes, qui voulaient des dents neuves « à l’oeil »et à la charge des gogos de l’Europe et pourquoi pas de la Suisse, après un délit par exemple.

  23. Posté par Sancenay le 4 septembre 2015 à 22h50

    Ne sont-ce pas les mêmes salopards qui abandonnent régulièrement femme et enfants pour seul petit plaisir ou la promotion de leurs carrières de mercenaires du mondialisme unilatéral ?
    Ne sont-ce pas les mêmes cyniques qui trouvent « normal » d’envoyer, en France notamment , deux cents vingt mille enfants par an dans les poubelles de nos hôpitaux et cliniques- et bientôt autant d’anciens et autres « inutiles »- qui voudraient nous donner des leçons d’humanité ?
    Ne sont-ce pas les mêmes tartuffes qui ont créé par leur propagande révolutionnaire et leurs imbéciles croisades sans croix en Libye et en Syrie les conditions mêmes de ces funestes tragédies migratoires ?
    Alors qu’ils ferment leurs sales gueules de requins « in » et off-shore et laissent dormir en paix ce malheureux petit enfant innocent.
    L’usage immonde, à leurs fins de propagande , de son trépas donne la mesure du cynisme et des aspirations cupides d’autant de ces faquins qui mènent l’humanité à sa perte au grand galop pour avoir seulement prétendu pouvoir s’affranchir de la Loi naturelle.

  24. Posté par Marie-France Oberson le 4 septembre 2015 à 22h32

    @Loutchia le 4 septembre 2015 à 14h12
    Pas de quoi ameuter le monde…..? interrogez-vous…
    Non pas de quoi, puisqu’il n’y a pas de photos et que les médias se sont fait un « honneur », soi disant pour ne pas faire le jeu de Daech, de ne pas publier de photos des massacres perpétrés par les barbares ! Ce que l’on nous raconte mais sans nous le montrer ne provoque aucune émotion si ce n’est une émotion passagère puis ffffft plus rien n’existe, voire n’a jamais existé…

  25. Posté par Pehem Veyh le 4 septembre 2015 à 22h14

    @ Fab: facile cette réthorique du si je pouvais !Tout n’est qu’une question de choix. Si vous le voulez vraiment, vous le pouvez. Alors, bon sang! Allez-y. Hop ! Sac à dos et basket et en avant la musique. Est-ce que vous donnez quelque chose, vous faites quelque chose? Les vœux pieux restent des vœux pieux. Quand on veut donner des leçons, on tâche de pratiquer soi-même d’abord. Bon voyage…

  26. Posté par Pierre H. le 4 septembre 2015 à 22h13

    @Fab Courage de dire son opinion? Opinion de quoi? Je pense que le jour et je nous le souhaite pas, où nous viverons une urgence de survie…

    Grâce à des gens comme vous, ce jour est proche. Très proche.

    J’ai personnellement pas les moyens de le faire, mais j’suis prête a tendre une mains et même si sera une goutte d’eau dans un océan.

    Je me demande ce que vous attendez ! Au lieu de venir faire des théories ici !

  27. Posté par Diamantine le 4 septembre 2015 à 21h39

    Cela me fait penser au film « Night call » on s’en rapproche dangereusement !

  28. Posté par Hotch le 4 septembre 2015 à 21h31

    @ J. Frauen : une fois que toute menace physique directe est écartée, toutes les démarches ultérieures relèvent du confort : je veux aller ici, mais pas là, le plus souvent en fonction de la qualité de l’accueil et -surtout- des prestations et avantages dont la personne et sa famille espèrent bénéficier. C’est profondément humain, mais il faut assumer les risques et ne pas reprocher quoi que ce soit aux autres.
    Que penser du fait que ce père de famille soit retourné dans son village en Syrie pour enterrer ses morts ? C’est sans doute que l’endroit n’était pas si inhospitalier.

    Les seuls coupables dans ce gâchis sont ceux qui promettent monts et merveilles à ces pauvres gens… suivez mon regard.

  29. Posté par Fab le 4 septembre 2015 à 21h13

    Courage de dire son opinion? Opinion de quoi? Je pense que le jour et je nous le souhaite pas, où nous viverons une urgence de survie, l’opinion et les analyses d’autres pays nous seront assez égal. Une stratégie de quoi? Rester aveugle, sans état d’âme, justifier votre boulimie de confort comme vous le voulez mais il y a de la part de ces parents sûrement pas de stratégie et on peut pas dire que vous êtes courageux. Courageux serait de faire votre sac à dos, aller a l’encontre de ces gens et aller aider les gardes cotes a ramasser les corps. J’ai personnellement pas les moyens de le faire, mais j’suis prête a tendre une mains et même si sera une goutte d’eau dans un océan. Moins de confort pour plus d’humanité!!

  30. Posté par Sentinelle le 4 septembre 2015 à 21h11

    @ Anne le 4 septembre 2015 à 18h03 Ma question : si la famille quitte le pays en prenant tous ces risques pour fuir la guerre, comment comprendre que le papa y retourne pour enterrer sa famille??

    Bonne question ! Et quand on apprend encore, dans une interview que sa sœur a donnée au Canada, que ce père voulait se refaire les dents mais qu’il n’avait pas l’argent pour le traitement coûteux – mais juste 4000 euros pour payer des passeurs ??

    http://www.mmnews.de/index.php/politik/52787-toter-syrischerjunge

    Plus on découvre sur la mort tragique de cet enfant, plus on est écoeuré sur la mise en scène perverse et l’exploitation perfide de tout cela !

  31. Posté par Loic le 4 septembre 2015 à 20h53

    Article sans fond qu’on en tombe encore plus bas. Mélange d’informations qui n’ont rien à faire l’une face à l’autre. Dommage car le sujet est pertinent mais traité de façon tristement simpliste malgré quelques formes. Parfois une image change le monde, difficile de dire si cela est bien ou mal, mais changer le monde n’est plus un luxe, mais certainement un urgence, quelques soient soient les moyens

  32. Posté par Sentinelle le 4 septembre 2015 à 20h41

    Pour les germanophones : Sur PI, la photo de la honte suscite des réactions très vives ! Et là aussi, on pose plusieurs questions très dérangeantes…

    http://www.pi-news.net/2015/09/das-bild-der-schande/

  33. Posté par Évelyne le 4 septembre 2015 à 20h23

    L’enfant est mort noyé, non pas pour fuir la guerre, mais parce que son père avait besoin de soins dentaires… C’est sa propre sœur, émigrée au Canada, qui l’explique dans cette vidéo :https://www.youtube.com/watch?v=QZUuoaq1MLM&feature=youtu.be

  34. Posté par aldo le 4 septembre 2015 à 19h14

    Voilà de la vraie information doublée d’une analyse redoutable.
    « Posté par Pierre H. le 4 septembre 2015 à 14h50″
    On peut largement supposer que l’extrême gauche française a trempé physiquement dans ce drame, au point de l’instrumentaliser dès la première seconde. Et comme la mère Mitterrand était souteneuse de l’association France-libertés qui trempait dans le soutien aux Kurdes, cette cellule ne peut qu’avoir été reprise en sous-main par les satellites de l’extrême gauche et ses cocos verdâtres. Sur la base de cette analyse, on peut encore supposer que ces ignobles trafiquants de réalités biaisée sont devenus de vrais criminels pour avoir voulu trop bien faire. Tout laisse penser qu’ils ont participé à la mise en oeuvre de cette migration pour en faire un exemple et être aux premières loges pour en parler. Des embarcation surchargées c’était mieux pour leur reportage « objectif », plus réel afin d’alpaguer l’idiot utile, lecteur préféré des médias aux ordres et à la botte tout comme la maman mère poule dont les seul horizon s’arrête à son élevage et à ses subventions.

  35. Posté par chavez jean-claude le 4 septembre 2015 à 19h11

    Facile de montre une photo d’un enfant. Vrai, triste. Arrêtons de nous prendre pour des NUNUCHES.

  36. Posté par Anne le 4 septembre 2015 à 18h03

    Ma question : si la famille quitte le pays en prenant tous ces risques pour fuir la guerre, comment comprendre que le papa y retourne pour enterrer sa famille??

  37. Posté par J. Frauen le 4 septembre 2015 à 17h49

    Cher Monsieur,

    avant de dire « La famille de cet enfant est donc volontairement partie de Turquie, où elle était à l’abri, pour une destination qu’elle estimait plus confortable ; un voyage dans lequel elle n’hésita pas à risquer la vie de ses enfants. Ils auraient pu continuer à résider en Turquie et ils seraient alors encore tous vivants. », il faudrait peut-être vous poser la question de leur condition de vie qu’ils avaient en Turquie. Qui ne vous dit pas qu’ils logeaient dans un camps insalubre où il serait mort de dysenterie, fièvre typhoïde ou que s’ai-je ? Je trouve celà très exécrable d’accuser ainsi les parents de la mort de leur enfant.

  38. Posté par Bussy le 4 septembre 2015 à 17h04

    Bravo à M. Montabert d’avoir eu le courage d’écrire cet article !
    Bien évidemment je suis énormément triste pour ce petit être innocent, victime de la bêtise humaine !
    Mais je trouve totalement indécent d’exhiber ce pauvre gosse dans les journaux et encore plus indécent d’instrumentaliser sa mort !
    Bande de vautours !

  39. Posté par Loutchia le 4 septembre 2015 à 16h18

    Sous le titre : « Il s’appelait Aylan Kurdi : la photo qui donne une claque à l’Europe », un autre papier nous révèle que l’enfant était kurde (comme son nom l’indique) et qu’il venait de Kobané.

    Ce nom vous rappelle peut-être vaguement quelque chose : il y a une éternité médiatique, une ville kurde encerclée par l’Etat islamique, une population qui s’est défendue seule pendant que l’armée du calife Erdogan regardait le spectacle depuis les tourelles de ses chars d’assaut.

    La famille de cet enfant a-t-elle été déportée par les Turcs comme, il y a un siècle, ils déportèrent les Arméniens ?

    http://ripostelaique.com/non-a-la-culpabilisation-avec-la-methode-australienne-lenfant-serait-vivant.html

  40. Posté par Pehem Veyh le 4 septembre 2015 à 16h13

    M. Zufferey, vous n’avez rien contre les UDC constructifs, dites-vous ! Mais bon sang, qu’est-ce que c’est ? Y a-t-il également des PDC constructifs ? Des PLR constructifs ? Parce que des socialistes constructifs, on a beau chercher……
    Ce qui me choque dans votre texte, c’est cela: je ne fais aucune différence entre un chrétien et un musulman mort ! Je suis d’accord mais alors, pourquoi ne vous révoltez-vous pas devant le génocide des chrétiens au Moyen-Orient ?

  41. Posté par Plakat le 4 septembre 2015 à 16h03

    L’objectif est double : 1) déstabiliser l’Europe ; 2) Dévitaliser la Syrie en la vidant de sa jeunesse et des éléments les plus dynamiques des classes supérieures. Les pauvres, eux, sont contraints au déplacement dans les villes non occupées par les takfiris, où des familles entières s’entassent souvent dans une seule pièce… Cet aspect de l’agression étrangère contre la Syrie n’est malheureusement que très rarement souligné.

  42. Posté par evard. le 4 septembre 2015 à 15h35

    Intéressant débat. .. perso je vois un enfants mort , un de plus, un de trop encore….

  43. Posté par C. Donal le 4 septembre 2015 à 15h17

    @ P.Zufferey
    Les « bons et les bonnes » (appelés parfois les idiots utiles) s’interrogeant sur la nécessité d’utiliser la raison, surtout en pareil cas, sont les acteurs secondaires contribuant à l’éclatement d’une guerre civile en Europe.

  44. Posté par Derek Doppler le 4 septembre 2015 à 15h06

    Ah, le père du mioche ne fuyait aucune guerre, il voulait juste se faire refaire les dents sur notre dos après n’avoir pu faire le coup au Canada. Ce type est une ordure, de même que tous ceux qui prennent parti pour ces envahisseurs: http://bit.ly/1VC66Ct

  45. Posté par Pierre H. le 4 septembre 2015 à 14h50

    La photo du petit bonhomme échoué sur la plage a été publiée par les journaux le 2 septembre 2015. Or, ce même 2 septembre 2015, Cécile Duflot tweete déjà sur son Twitter la photo du petit Aylan à côté de son frère. On sait son nom, on sait déjà qui est son père. Ne trouvez-vous pas que ça va un peu vite, tous ces renseignements. Nom de la petite victime, nom du père, photo de famille, tout ça dans la même journée ? Cet enfant a été assassiné pour la publicité !
    Nos gouvernants qui s’en servent sont des monstres ! Ils ne valent pas mieux que l’EI.

  46. Posté par Jean-Paul SAINT-MARC le 4 septembre 2015 à 14h43

    Voilà une vidéo qui si elle est vraie risque de faire du bruit :
    https://www.youtube.com/watch?v=QZUuoaq1MLM
    Le père voulait se faire refaire les dents en Europe !?

  47. Posté par Alain le 4 septembre 2015 à 14h18

    Si une photo a le don de faire bouger les choses; que l’on ressorte vite celles des enfants palestiniens massacrés à Gaza par l’armée israélienne et celle des enfants afghans victimes « collatérales » des drones américains, deux de nos bons alliés (en plus si exceptionnels) auxquels il est scandaleux de faire le moindre reproche

  48. Posté par P.Zufferey le 4 septembre 2015 à 14h15

    Mon cher Vuilliomenet,
    Je sais faire la différence entre des UDC constructifs (et il y en a) et des baratineurs (suivez mon regard). Par contre je ne fais aucune différence entre un chrétien mort et un musulman mort.

  49. Posté par Loutchia le 4 septembre 2015 à 14h01

    Il suffirait de dire aux médias, moutons de Panurge, sous la coupe des gauchistes, que cela ne marche plus, qu’ils ne sont plus crédibles dans les montées en épingle d’une tragédie…. Car d’autres tragédies d’enfants innocents tués tous les jours n’ont pas droit à tout ce ramdam…. SURTOUT PAS D’AMALGAME » Et pourtant?:

    « Rohhhh… l’incendiaire de Paris (8 morts), s’appelle Mourad Saïdi »
    » C’est une information révélée par M6 (…)
    Selon les informations publiées par M6, l’incendiaire s’appelle donc Mourad Saïdi. Il est né en 1979 en Algérie. Interpellé, il a été placé en garde à vue après l’incendie de l’immeuble du XVIIIe qui a coûté la vie à huit personnes.
    Le bilan est lourd. L’incendie s’est propagé aux appartements, causant la mort de huit personnes dont deux enfants. Deux des victimes se sont défenestrées, les autres ont péri à l’intérieur du bâtiment.

    http://defense-medias-israel.com/rohhhh-lincendiaire-de-paris-8-morts-sappelle-mourad-saidi

    Et on ouvre grand la porte aux djihadistes de l’EI en faisant l’amalgame avec les « réfugiés » Juifs qui fuyaient la mort certaine et voulue par la bête humaine Hitler durant la 2ème Guerre mondiale?!!!!! C’est franchement nous prendre pour des demeurés!

    « Arrestation de 5 combattants de l’Etat islamique infiltrés parmi des migrants »
    Cinq hommes se faisant passer pour des réfugiés qui tentaient de franchir la frontière entre la Bulgarie et la Macédoine ont été arrêtés. Leurs smartphones contenaient des vidéos de décapitations (auxquelles ils ont peut-être participé), ainsi que des documents de propagande pour l’Etat islamique
    Cinq combattants arrêtés par hasard, pour combien de centaines, de milliers, déjà entrés sur le sol européen ?
    En mai dernier, rapporte IB Times, Abdul Basit Haroun, un conseiller du gouvernement libyen, a déclaré à la BBC que des combattants de l’Etat islamique étaient « envoyés en Europe dans les bateaux de migrants ».

    Les autorités européennes n’ont pas réagi. Au contraire, de nombreux politiques ont déclaré qu’il fallait accueillir encore plus de migrants.

    Les djihadistes ne se sont pas fait prier.

    Faut-il le préciser ? Lorsque l’Etat islamique annonce qu’il va inonder le continent européen d’un demi million de djihadistes dissimulés parmi les migrants, ce ne sont pas les discours des idiots utiles islamo-gauchistes diabolisant ceux qui voudraient préserver ce qui peut encore l’être qui vont faire changer les terroristes d’avis. »

    http://defense-medias-israel.com/arrestation-de-5-combattants-de-letat-islamique-infiltres-parmi-des-migrants

  50. Posté par Dominic le 4 septembre 2015 à 13h51

    La déstabilisation de ces pays a été fait par les américains pour détruire l’Europe par l’immigration de masse. Des hordes de population sémitique qui ne s’intégreront jamais vont nous conduire à la guerre civile. C’est la raison pour laquelle il détruisent ces pays musulmans, c’est une attaque contre l’Europe.Tout ceci a été expliques par plusieurs insiders comme Lindsey Williams et beaucoup d’autres qui ont prédit exactement ce qu’il allait ce passer!

  51. Posté par georges A. le 4 septembre 2015 à 13h49

    Et que fait l Arabie Saoudite ….très riche …Le Quatar ? Pq ne pas les accueillir …..les Sheiks ? ?…je déteste ces journalistes qui ….certains, du moins , evitent de montrer des images de revolte chez certains immigrants…face à la nourriture offerte,,,,, non halal …..on nous instrumentalise …pour nous culpabiliser ….ne serait ce pas comme une forme d invasion …pour amener le plus de population ..afin de diriger le monde …et d empêcher les  » infidèles » que nous sommes …de fonctionner librement ……
    Si nous sejournons chez eux ….pourrions nous y construire des églises. ?..afficher notre code vestimentaire et alimentaire ?
    Alors …ça me semble limpide ….ou tu t adaptes ou tu retournes vers ta civilisation musulmane non en guerre …..c est …clair , non ?

  52. Posté par G. Vuilliomenet le 4 septembre 2015 à 12h15

    Au fait Zufferey, vous indignez-vous pour les millions de chrétiens persécutés dans le monde?

    Alors votre morale à deux balles, vous vous la plantez là où je pense.

    Y en a marre de ces malfaisants de la bienpensance, de gauche comme de droite. Il est vrai qu’elle est UDCphobe, ce qui peur permet toutes les acrobaties sémantiques.

  53. Posté par C. Donal le 4 septembre 2015 à 11h36

    Nous mener à la commisération et donc au silence et dans le même temps à la cohabitation avec une société ultra-violente. Décidément, nous ne valons pas tripette pour les fossoyeurs de civilisation.
    Pourquoi ne pas imaginer qu’à l’avenir le nécessaire sera mis en œuvre pour faire pleurer dans les chaumières et ramollir les masses ?

  54. Posté par P.Zufferey le 4 septembre 2015 à 11h29

    M.Montabert,
    Que vient faire la raison face à de telles images ?
    Il y a 13 millions de déplacés syriens, dont 6 hors des frontières, suite à ce conflit sans fin.
    Et la communauté internationale (l’Europe entre autres) ne fait rien pour l’arrêter. C’est ça le scandale, pas le flux migratoire dont les riches nantis européens viennent se plaindre ici ou ailleurs planqués derrière leurs écrans d’ordinateur.
    Votre désarroi n’est rien par rapport à ce que subissent tous ces gens.

  55. Posté par Derek Doppler le 4 septembre 2015 à 10h59

    Pas de ma famille, pas de mes amis, pas de mes alliés = strictement rien à f…. ¨!

  56. Posté par fergile le 4 septembre 2015 à 10h35

    Commentaire de la page Facebook « Laboratoires Padamalgam (sic) » qui mérite d’être transmis:
    « Donc si je comprends bien :
    – L’enfant est mort noyé au large à cause d’un bateau qui s’est retourné.
    – On a tout de suite retrouvé son nom (avait-il une gourmette ?).
    – Les médias ont immédiatement trouvé le père, il a accepté l’interview.
    – L’enfant a flotté jusque sur la plage alors qu’il y a 5 cm d’eau.
    – Il a été découvert par un journaliste encore habillé, son premier réflexe a été de prendre une photo, en déclarant « boarf, de toute façon il est mort, autant rester pro ».
    – Les médias ont tout de suite relayé la photo, tout le gouvernement a tweeté pendant que Hollande prenait la décision d’accueillir tout le monde.
    – L’auteur de la photo déclare vouloir changer le monde.
    En fait ça va c’est plausible et puis ça existe les coïncidences, c’est juste bien tombé. »

  57. Posté par daniele le 4 septembre 2015 à 10h25

    Rappelez-vous de l’affaire Al Dura !
    Ils nous ont rebattu les oreilles alors qu’il s’agissait d’un montage photo orchestré par les palestiniens et le journaliste de France 2, aujourd’hui parti à la retraite.
    Ces photos ne m’émeuvent plus. J’ai vu pire en Algérie quand les arabes décapitaient des bébés ou les clouaient bras en croix. Une mère enceinte de jumeaux éventrée et les foetus gisant parterre, encore attachés au ventre de leur mère. Non-non ! Fini les émotions. Ils ont tant fait ces politiques qu’ils nous endurcis pour le restant de nos jours

  58. Posté par Economico le 4 septembre 2015 à 10h24

    Cette immigration est parfaitement organisé par l’UE. Il est clair que s’il y avait une volonté de bloquer l’immigration, ils suffirait de mettre des grillages au frontière et mobiliser des militaires pour les poster au frontière, on se demande d’ailleurs le but de maintenir une armée si elle n’est pas mobiliser pour ce type de cas.

    Cette politique d’acceptation d’immigration est le résultat du mouvement déflationniste en Europe, que l’on tente de résoudre avec un afflux massive que l’on tente de résoudre avec un afflux massive de population. Si les effets peuvent être positif à court terme encore faut-il avoir une une stratégie de gestion sur le long terme.

  59. Posté par André George le 4 septembre 2015 à 10h19

    L’image de ce petit gosse, face contre terre que l’on nous impose chaque minute sur les chaînes d’info me dérange profondément. Cette mise en scène médiatique a pour but, comme d’habitude, de nous culpabiliser. Nous n’en faisons pas assez, nous sommes égoïstes, etc… etc… Basta. La vie en Turquie était à ce point insupportable, que cette famille devait risquer la vie de leurs enfants. La réponse leur appartient Personnellement je suis ému par la mort de cet enfant, un parmi tant d’autres, mais celà ne change pas mon opinion sur cette invasion migratoire, et je ne me sens en aucun cas responsable.
    Ce qui me dérange le plus, dans toutes ces images dont nous abreuvent quotidiennement les télévisions, c’est de voir le nombre impressionnant d’hommes, de jeunes hommes faisant le signe de victoire quand ils arrivent sur nos sols. N’ont-ils donc aucune tristesse d’avoir fui leur pays, d’avoir déserté, d’avoir abandonné leur terre natale. Ils sont largement plus nombreux que les intégristes musulmans de l’état islamique. Il semble que prendre les armes pour défendre leur pays ne fasse pas partie de leurs sentiments. Ce serait donc à nous de les acceullir chez nous, et d’aller se battre en Syrie. Tout celà est incompréhensible, surtout pour nous, citoyen-soldat, pour qui l’amour de notre patrie, et la volonté de se défendre, aux risques de sa vie, est un devoir absolu.
    Je précise, qu’évidemment, les femmes et les enfants doivent être protégés et accueillis, pour autant que leurs vies et leur intégrité soient menacées.

  60. Posté par Dulex Philippe (Philippe) le 4 septembre 2015 à 09h26

    Ne soyons pas dupes des parents qui partent en bateau avec des enfants chez nous sont responsables et dans le cas devraient répondre à la justice. Réfugiés ou non la loi est la même pour tous.

  61. Posté par Bilou le 4 septembre 2015 à 09h00

    Pour accompagner la photo de ce petit enfant, nous allons avoir droit, ces prochains jours, à celle des ministres en larmes, avec la représentante de la Suède en pole position. Cette grossière scène d’exibitionnisme est pitoyable mais efficace. Au final, les médias décrochent le jackpot, et certains gouvernement tiennent la solution très opportune de ramener une partie du troupeau réfractaire au bercail de la bien-pensance. Tout ceci n’empêchera pas la mort de tant d’enfants innocents à travers le monde et fournira l’occasion aux migrants de forcer nos frontières avec plus de violence encore (des vidéos le prouvent), des slogans hostiles et des revendications de confort immédiat. D’ailleurs, concernant cette violence, comment peut-on admettre d’accueillir les gens concernés, sachant qu’ils ne s’en tiendront pas là une fois installés ??? Quel décideur politique accepterait de répondre à cette question ??? Allons-nous bientôt vivre dans la peur ??? Seules des décisions solidairement humaines mais courageuses et fermes de nos leaders amèneraient de la confiance et plus de compréhension chez la plupart des gens.

  62. Posté par Nicolas le 4 septembre 2015 à 08h52

    On va nous le resservir jusqu’à la nausée.

  63. Posté par Y.Caterina le 4 septembre 2015 à 08h27

    Attention à la manipulation des masses ! On nous prends vraiment pour des cons !
    Manipuler, culpabiliser les peuples avec une photo c’est inadmissible alors que chaque jour des enfants meurent.
    Je ne suis pas dupe de la propagande scandaleuse orchestrée sur l’émotion pour nous envahir !!!
    pffffff

  64. Posté par Vautrin le 4 septembre 2015 à 07h57

    De l’empathie au service du totalitarisme
    Comme nous venons de le voir, avec l’insistance criminelle des politiques (Merkel et Hollande en tête) à larmoyer hypocritement sur le cadavre d’un enfant, la violence idéologico-politique use et abuse de l’épanchement sentimental et de l’empathie imbécile. Imbécile, parce que vulgarisée et culpabilisante. Inutile de le préciser : je n’ai plus cette espèce « d’empathie », un fed-up (ras le bol) occasionné par cette insistance de la bien-pensance à jouer abusivement sur des pleurnicheries, depuis l’époque de cet imbécile de Rousseau, m’en protège désormais. L’épanchement sentimental a remplacé chez mes contemporains la froide raison et ils sont devenus idiots.
    On dit que chez les animaux, notamment certains primates, il existerait des « neurones–miroirs » répandus dans toutes les régions de chaque hémisphère cérébral, y compris dans le cortex moteur et le cortex pariétal, lesquels non seulement conduisent le Chimpanzé à singer les gestes de son vis-à-vis, et même à se « représenter » des mouvements déjà vécus mais dont l’aboutissement n’est pas encore connu de la bestiole. On a glosé là-dessus, certains idéalistes pensant que cela permettait même de deviner des intentions : moi, l’affreux, vois une Géraldine cueillir des fleurs et me sourire : voudrait-elle me les offrir ? C’est pur fantasme. Spéculation stupide de la théorie de l’esprit qui prétend que nous serions doués pour nous mettre dans la tête de l’autre. Ce qui, presque immanquablement, conduit à la déception, car si je me mettais dans la tête de la Géraldine, je serais probablement très déçu du degré d’estime qu’elle a pour moi… et je n’aurais pas de bouquet, de toute façon. Je verrais plutôt dans cette empathie-là l’activation, donc, de circuits réentrants entre amas de neurones sélectionnés par l’expérience (Edelmann et Tononi, Comment la matière devient conscience).
    Car qui a vu l’aiguille du cathéter s’enfoncer dans la veine temporale d’un nourrisson éprouve sans doute une douleur, non point comparable, mais rétrospective : on a déjà été agressé par l’aiguille creuse, et, dame, un bébé… C’est de l’empathie animale, immédiate, inévitable, non condamnable. Ce n’est pas le frère humain qui en est l’objet, mais nous-même, par l’activation d’une structure neuronale. L’empathie est, dès le niveau naturel (animal), identitaire. Mais, être rationnel (enfin parfois), l’humain peut acculturer cette empathie. Si maintenant un sujet (clinique) se plaint des douleurs d’une migraine, malgré une prise d’antalgiques, il argumente, explique que « ça serre comme un étau » ou « ça me vrille le cerveau », choses que le vis-à-vis ne peut pas éprouver soi-même, mais seulement construire avec les arguments du sujet. On peut toujours compatir axiologiquement à cette douleur expliquée, décrite, argumentée, mais on est alors hors de l’empathie naturelle et de l’empathie acculturée. Il en va de même, bien entendu, lorsqu’une personne nous conte ses heurts et malheurs : c’est pour activer notre compassion (celle qui, selon le Roseau, « part d’un bon naturel » – on notera l’ironie) en espérant activer du même coup notre empathie, notre compassion ou notre commisération.
    De fait, si l’empathie acculturée suppose une prise de distance (ce qui permet notamment l’intervention thérapeutique), elle est très souvent déviée vers la compassion axiologique. Dire « j’ai mal » c’est une chose, dire « j’ai très mal » en est une autre, car s’y trouve sous-jacent un appel à l’aide ou du moins à la compassion, et une sorte de plaidoyer : « voyez, je ne triche pas, je ne mens pas, je ne vous manipule pas ». Ce sont ces sous-entendus qui mènent insidieusement à la compassion et éloignent de l’empathie raisonnée. On peut l’admettre de la part d’un malade qui a besoin des soins qui le soulagent ; c’est inadmissible et moralement dégradant dans presque tous les autres cas.
    Car, à n’en pas douter, ce glissement subreptice de l’empathie à la compassion est un des moyens par lesquels Guides et illuminés exercent la violence politique. Veut-on faire un instant oublier les résultats désastreux d’une politique ? Qu’un accident spectaculaire vienne à point est une bénédiction. Pensez donc : 120 morts dans l’écrasement d’un aéroplane ! Immédiatement, le pouvoir exprime sa « compassion » pour les familles des victimes dont par ailleurs il se soucie comme de sa première chaussette. C’est très exactement l’exploitation ignoble qu’on fait les médias et politiques de ce cadavre d’enfant affiché sans respect ni pudeur. Mais tant que les citoyens agressés par la mise en scène médiatique compatissent, ils cessent d’analyser politiquement, c’est déjà ça. On compatit, on pleurniche, c’est la forme moderne de la charité et de la bonne conscience de quelques emplumés réunis sur scène une fois l’an.
    La pire exploitation de l’empathie compassionnelle par les Guides et illuminés, est sans aucun doute la culpabilisation du peuple. Celle-ci est totalement fondée sur de la manipulation, des demi-vérités et de gros mensonges. Cette mystification a commencé dès le XVIIIe Siècle, puis a prospéré jusqu’à nos jours. Je ne sais pas si Les Misérables sont encore lus dans les collèges, mais l’épanchement hugolien est assez représentatif de ce phénomène. On peut y ajouter un des phares littéraires du socialisme, Germinal d’un Zola qui a pourtant détesté la Commune de Paris. Le misérable est toujours victime, indépendamment de sa médiocrité, de ses vices ou de sa paresse éventuels. On fait donc appel à la compassion du « nanti », surtout si celui-ci est un membre modeste des classes moyennes. C’est évidemment une distorsion de la vieille charité chrétienne, oubliant les principes de saint Paul (« si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. » 2 Thessaloniciens, 3,7 et sq). Mais si cela ne suffit pas, on fera appel à l’auto-flagellation en suscitant la culpabilité, d’une manière totalement illégitime car nous ne sommes nullement responsables des autres.
    Il suffit de présenter aux benêts un horrible tableau de la Misère. Dans la période où j’écris, un trafic lucratif et parfaitement organisé draine des centaines de milliers de prétendus « réfugiés » sur les côtes méditerranéennes de l’Europe, il est partout de bonnes âmes pour déclarer que ces pauvres gens sont démunis, qu’il faut les accueillir, les nourrir, les loger. Ce que les bonnes âmes font avec l’argent du contribuable, jamais avec leur propre fortune. Presque personne ne songe que ce flot de misérables serait plus digne en travaillant dans ses pays d’origine à essayer de les développer. Fi ! On nous dit que c’est nous qui avons pillé ces pays et occasionné la misère. Pour quelqu’un qui, comme moi, a vécu dans ces régions, cela ne passe pas : la cause du sous-développement est dans l’apathie, la désorganisation et le tribalisme des peuples eux-mêmes, et nulle part ailleurs.
    Le summum est atteint lorsque l’on fait du criminel une victime à qui l’on doit réparation. C’est le dévoiement total de l’empathie compassionnelle. Nous étions habitués à entendre les avocats plaider à tout le moins des circonstances atténuantes parce que l’accusé a eu une enfance malheureuse, des déboires et autres humiliations. En bon rousseauisme, on finit par accuser la société et inviter le citoyen à faire preuve de mansuétude pour le criminel. C’est la thèse politique malheureusement appliquée par un certain Garde des Sceaux, au détriment de la sécurité publique. C’est également celle avancée par la bien-pensance pour excuser le terrorisme islamiste. Il y a des attentats ? Mais c’est parce que les Musulmans sont en butte à l’islamophobie, qu’ils sont relégués dans des ghettos (on mesurera l’ironie de l’expression à l’aune de la détestation des Musulmans pour les Juifs), qu’on les rejette. Autrement dit : « honte à vous, sujets de ce pays, c’est votre faute s’il y a des attentats ! Pas un mot sur le refus de ces gens-là à s’intégrer, à respecter nos lois, rien sur leur arrogance conquérante. Pour l’honneur de nos concitoyens, cette fourberie tend à être éventée, heureusement.
    La froide Raison s’oppose à l’épanchement sentimental et à la commisération. Elle commande d’examiner objectivement ce qui peut constituer les attendus d’un jugement, et déconseille fermement de céder à la compassion automatique. Et puisque cette dernière est l’un des leviers avec lesquels des Guides et illuminés asservissent les masses populaires, y résister est à la fois un acte civique et un acte libre.

    Permalien de l'image intégrée

Et vous, qu’en pensez vous ?

Permalien de l'image intégrée

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :