Un nombre croissant de femmes et de jeunes filles hébergées dans des abris pour réfugiés en Allemagne sont violées, agressées sexuellement et même forcée à se prostituer par les demandeurs d’asile de sexe masculin, selon les organisations des travailleurs sociaux allemands ayant une connaissance de première main de la situation.

Migrants: Accroissement des viols en Allemagne « L’afflux toujours croissant de réfugiés a pour conséquences de nombreux viols et agressions sexuelles »

Beaucoup de viols se produisent dans des hébergements mixtes, où, en raison du manque d’espace, les autorités allemandes forcent des milliers de migrants, hommes et de femmes, à partager les mêmes zones de couchage et les toilettes.

Ces conditions de vie dans ces centres d’hébergements sont si dangereuses pour les femmes et les jeunes filles qu’elles sont décrites par les prédateurs mâles musulmans comme étant du « gibier sauvage » à disposition. Mais de nombreuses victimes, craignant des représailles, gardent le silence, disent les travailleurs sociaux.

1253(Mère Angela titre Der Spiegel en référence à mère Thérésa)

Dans le même temps, un nombre croissant de femmes allemandes dans les villes à travers le pays sont violées par les demandeurs d’asile en provenance d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Beaucoup de crimes sont minimisé par les autorités allemandes et les médias nationaux, apparemment pour éviter d’alimenter des sentiments anti-immigration.

Le 18 Août, une coalition de quatre organisations de travailleurs sociaux ainsi que des groupes de défense des droits des femmes ont envoyé une lettre de deux pages aux chefs des partis politiques du parlement régional de Hesse, un état Allemand du centre-ouest, les avertissant de l’aggravation de la situation pour les femmes et les enfants dans les abris de réfugiés. La lettre dit:

« L’afflux toujours croissant de réfugiés a compliqué la situation pour les femmes et les fillettes au centre d’hébergement de Giessen (HEAE) et de ses filiales.

 

« La pratique qui consiste à fournir des logements dans des grandes tentes, la promiscuité et le manque d’installations sanitaires permettant de séparer les individus de sexe différents, des locaux qui ne peuvent pas être verrouillés, le manque de refuges pour femmes et les fillettes – pour ne citer que quelques facteurs – accroissent la vulnérabilité des femmes et des enfants dans le HEAE. Cette situation joue en faveur des hommes qui assignent aux femmes un rôle subalterne et traitent les femmes voyageant seules comme du «gibier sauvage».« Les conséquences en sont de nombreux viols et agressions sexuelles Nous recevons également un nombre croissant de rapports faisant état la prostitution forcée. Et il faut le souligner:.. Ce ne sont pas des cas isolés.

« Les femmes signalent qu’elles, ainsi que leurs enfants, ont été violés ou soumis à une agression sexuelle. En conséquence, de nombreuses femmes dorment dans leurs vêtements dans la rue. Les femmes rapportent régulièrement qu’elles n’utilisent pas les toilettes la nuit à cause du danger de viol et de vol sur le chemin vers les installations sanitaires. Même en plein jour, traverser le camp est une situation terriblement dangereuse pour de nombreuses femmes.

« Beaucoup de femmes – qui ont fuit les guerres ou guerres civiles – fuient également à cause de violences sexuelles y compris la menace de mariage forcé ou de mutilations génitales Ces femmes font face à des risques particuliers, surtout quand elles fuient seules ou avec leurs enfants. Même si elles sont accompagnées par des parents ou des connaissances masculines, cela ne garantit pas toujours une protection contre la violence, car cela peut aussi conduire à un asservissement à leur protecteur et aux abus sexuels.

«La plupart des femmes réfugiées ont connu une somme d’expériences traumatisantes dans leur pays d’origine et au cours de leur fuite,  sont victimes de violences, d’enlèvements, de torture, de viol et d’extorsion -. Parfois sur des périodes de plusieurs années.

« Le sentiment d’être arrivé ici – en toute sécurité – et d’être capable de se déplacer sans crainte, est un cadeau pour de nombreuses femmes …. Nous vous demandons donc … de vous joindre à notre appel pour la mise en place immédiate des locaux protégés (verrouillés appartements ou maisons) pour les femmes et les enfants qui voyagent seuls ….

«Ces installations doivent être équipées afin que les hommes ne possèdent pas l’accès aux locaux dédiés aux femmes, à l’exception des travailleurs d’urgence et le personnel de sécurité. Les chambres, salons, cuisines et installations sanitaires doivent être reliés entre eux de sorte qu’ils forment un complexe autonome – et donc ne pouvant pas être accessibles aux hommes et donc avec des accès verrouillés et surveillés ».

Après plusieurs blogs (ici, ici et ici) a attiré l’attention à la lettre, l’LandesFrauenRat (LFR) Hessen, le groupe de lobbying des femmes qui ont transféré à l’origine du document politiquement incorrect de son site Web, brusquement enlevé le 14 Septembre, sans explication.

Le problème des viols et des agressions sexuelles dans des abris de réfugiés allemands est un problème national.

En Bavière, les femmes et les filles logées dans un abri de réfugié en Bayernkaserne, une ancienne base militaire à Munich, sont soumises à des viols et la prostitution forcée sur une base quotidienne, selon les groupes de défense des droits des femmes. Bien que l’établissement dispose de dortoir séparés pour les femmes, les portes ne peuvent pas être verrouillée et les hommes contrôlent l’accès aux installations sanitaires.

Environ 80% des réfugiés / migrants dans ces centres d’hébergement sont des hommes, selon la Radio bavaroise (Bayerischer Rundfunk), qui relève que le prix des rapports sexuels avec des femmes demandeurs d’asile est de dix euros. Un travailleur social a décrit l’installation en ces termes : « C’est le plus grand bordel de Munich. »

allemagne-capitule

La Police précise qu’ils ont pas de preuve que les viols ont lieu, bien que lors d’un raid de la police sur les lieux, il a été constaté que les gardes embauchés pour assurer la sécurité du site ont été parti prenante dans le trafic de drogues et d’armes et ont fermé les yeux sur la prostitution.

Le 28 Août, un demandeur d’asile érythréen de 22 ans a été condamné à un an et huit mois de prison pour avoir tenté de violer une femme irako-kurde de 30 ans dans un camp de réfugié dans la ville bavaroise de Höchstädt. Une réduction de peine a été accordée grâce aux efforts de l’avocat de la défense, qui a persuadé le juge que la situation de l’accusé dans le camp était moralement désespérée. »

Le 26 Août, un demandeur d’asile de 34 ans a tenté de violer une femme de 34 ans dans la buanderie d’un centre de réfugiés à Stralsund, une ville près de la mer Baltique.

Le 6 Août, la police a révélé qu’une petite fille musulmane de 13 ans a été violée par un autre demandeur d’asile dans un centre de réfugiés à Detmold, une ville en Allemagne du centre-ouest. La jeune fille et sa mère avaient fui leur patrie pour échapper à une culture de la violence sexuelle; il se trouve, que l’homme qui a violé la jeune fille est du même pays.

Bien que le viol ait eu lieu en Juin, la police a gardé le silence à ce sujet pendant près de trois mois, jusqu’à ce que les médias locaux publient un article sur ce crime. Selon un commentaire éditorial dans le journal Westfalen Blatt-, la police refuse de rendre public les crimes impliquant des réfugiés et des migrants, car ils ne veulent pas donner une légitimité à la critique de la migration de masse.

Le chef de police Bernd Flake a répliqué que le silence visait à protéger la victime. « Nous allons continuer avec cette politique [de ne pas informer le public] lorsque des crimes sont commis dans les centres de réfugiés, » at-il dit.

Au cours du week-end de Juin 12-14 une fille de 15 ans logée dans un foyer de réfugiés en Habenhausen, un quartier dans la ville du nord de Brême, a été violée à plusieurs reprises par deux autres demandeurs d’asile. Le centre a été décrit comme une «maison des horreurs » en raison de la spirale de la violence perpétrée par des gangs rivaux de jeunes d’Afrique et du Kosovo. Un total de 247 demandeurs d’asile sont hébergés au refuge, qui a une capacité d’accueil de 180 et une cafétéria avec des sièges pour 53.

Pendant ce temps, le viol des femmes allemandes par les demandeurs d’asile se banalise. Voici quelques cas il suffit de sélectionner à partir de 2015:

Le 11 Septembre, une fille de 16 ans a été violée par un inconnu « homme au teint basané parlant peu allemand » à proximité d’un abri de réfugiés dans la ville bavaroise de Mering. L’attaque a eu lieu alors que la jeune fille marchait de sa maison à la gare.

Le 13 Août, la police a arrêté deux demandeurs d’asile irakiens, âgés de 23 et 19, pour le viol d’une jeune fille allemande de 18 ans derrière une école à Hamm, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Le 26 Juillet, un garçon de 14 ans a été agressée sexuellement à l’intérieur de la salle de bains d’un train régional à Heilbronn, une ville du sud-ouest en Allemagne. La police recherche un homme « à la peau foncée » entre 30 et 40 ans qui a une «apparence arabe». Aussi, le 26 Juillet, un demandeur d’asile tunisien de 21 ans a violé une femme de 20 ans dans le quartier Dornwaldsiedlung de Karlsruhe. La police a gardé le secret du crime jusqu’au 14 Août, quand un journal local a rendu l’histoire publique.

Le 9 Juin, deux demandeurs d’asile somaliens, âgés de 20 et 18 ans, ont été condamnés à sept ans et demi de prison pour le viol d’une femme allemande de 21 ans à Bad Kreuznach, une ville de Rhénanie-Palatinat.

Le 5 Juin, un demandeur d’asile somalien de 30 ans, appelé « Ali S » a été condamné à quatre ans et neuf mois de prison pour avoir tenté de violer une femme de 20 ans à Munich. Ali avait déjà purgé une peine de sept ans pour viol, et avait été sorti de prison pour cinq mois seulement avant d’attaquer à nouveau. Dans un effort pour protéger l’identité de Ali S, un journal de Munich le nomme plus politiquement correctement « Joseph T. »

Le 22 mai, un l’homme marocain de à 30 ans a été condamné à quatre ans et neuf mois de prison pour avoir tenté de violer une femme de 55 ans à Dresde. Le 20 mai, un demandeur d’asile sénégalais de à 25 ans, a été arrêté après avoir tenté de violer une femme allemande de 21 ans à la Stachus, une grande place dans le centre de Munich.

Le 16 Avril, un demandeur d’asile de l’Irak de 21 ans a été condamné à trois ans et dix mois de prison pour le viol d’une jeune fille de 17 ans au festival dans la ville bavaroise de Straubing en Août 2014. Le 7 Avril, un demandeur d’asile de 29 ans a été arrêté pour tentative de viol d’une jeune fille de 14 ans dans la ville d’Alzenau.

Le 17 Mars, deux demandeurs d’asile afghans âgés de 19 et 20 ont été condamnés à cinq ans de prison pour le viol «particulièrement odieux» d’une femme allemande de 21 ans à Kirchheim, une ville près de Stuttgart, le 17 Août 2014.

Le 11 Février, un demandeur d’asile de l’Erythrée de 28 ans a été condamné à quatre ans de prison pour le viol d’une femme allemande de 28 ans à Stralsund, le long de la mer Baltique, en Octobre ici 2014

Le 1er Février, un demandeur d’asile de Somalie de 27 ans a été arrêté après avoir tenté de violer des femmes dans la ville bavaroise de Reisbach.Le 16 Janvier, un immigré marocain de 24 ans a violé une femme de 29 ans à Dresde.

Des dizaines d’autres cas de viol et tentative de viol – les cas dans lesquels la police sont spécifiquement à la recherche d’auteurs étrangers (police allemande se réfèrent souvent à eux comme Südländer, ou «sudistes») – restent en suspens. Voici une liste partielle seulement pour Août 2015:

Le 23 Août, un homme « à la peau foncée » tenté de violer une femme de 35 ans à Dortmund. Le 17 Août, trois homme «sudistes»  ont tenté de violer une femme de 42 ans à Ansbach. Le 16 Août, un mâle « sudiste » a violé une femme à Hanau.

Le 12 Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 17 ans à Hanovre. Le 12 Août, un mâle « sudiste » a violé une femme de 31 ans à Kassel. La police a déclaré qu’un incident similaire a eu lieu dans la même région le 11 Août.

Le 10 Août, cinq hommes «d’origine turque» ont tenté de violer une jeune fille à Mönchengladbach. Aussi, le 10 Août, un mâle « sudiste » a violé une jeune fille de 15 ans à Rinteln. Le 8 Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 20 ans à Siegen.

Le 3 Août, un homme originaire d’ »Afrique du Nord » a violé une fillette de sept ans, en plein jour, dans un parc à Chemnitz, une ville en Allemagne orientale. Le 1er Août, un mâle « sudiste » a tenté de violer une femme de 27 ans dans le centre de Stuttgart.

Résultat de recherche d'images pour

Pendant ce temps, les parents sont sommés de prendre soin de leurs filles. La police de la ville bavaroise de Mering, où une fille de 16 ans a été violée le 11 Septembre, a émis un avertissement aux parents de ne pas laisser leurs enfants aller à l’extérieur non accompagnés. Ils ont également conseillé aux femmes de ne pas aller à la gare en raison de sa proximité d’un centre de réfugiés.

Dans la ville bavaroise de Pöcking, les administrateurs de la Wilhelm-Diess-Gymnasium ont averti les parents de ne pas laisser leurs filles porter des vêtements légers afin d’éviter les «malentendus» avec les 200 réfugiés musulmans logés dans des hébergements d’urgence dans un bâtiment à côté de l’école. La lettre dit:

« Les citoyens syriens sont principalement musulman et parlent l’arabe. Les réfugiés ont leur propre culture. Parce que notre école est juste à côté de l’endroit où ils sont logés, des vêtements modestes devraient être portés afin d’éviter les provocations. Tops, chemises échancrées, short ou mini-jupes pourraient conduire à des malentendus « .

Un politicien local cité par le journal Die Welt a déclaré:

«Quand les garçons musulmans vont dans les piscines en plein air, ils sont débordés quand ils voient des filles en bikinis. Ces garçons, qui viennent d’une culture où il est mal vu que les femmes,  montrent leur peau nue, suivront les filles et pourront les solliciter. Naturellement, cela génère la peur. « 

L’augmentation des crimes sexuels en Allemagne est alimentée par la prépondérance des hommes musulmans parmi les réfugiés / migrants entrant dans le pays.

Où sont les femmes ? Sur les 411,567 réfugiés / migrants qui sont entrés dans l’UE par la mer jusqu’à présent cette année, 72% sont des hommes. Ci-dessus, quelques-uns des centaines de migrants arrivés à Munich le 12 septembre 2015.

Un nombre record de 104,460 demandeurs d’asile sont arrivés en Allemagne en Août, portant le total cumulé pour les huit premiers mois de 2015 à 413 535. L’Allemagne s’attend à accueillir un total de 800.000 réfugiés et de migrants, cette année, un nombre quatre fois supérieur à celui de 2014.

Au moins 80% des réfugiés entrants / migrants sont musulmans, selon une estimation récente du Conseil central des musulmans en Allemagne (Zentralrat der Muslime in Deutschland, ZMD), un groupe de coordination musulmane basée à Cologne.

Les demandeurs d’asile sont également très majoritairement masculin. Sur les 411,567 réfugiés / migrants qui sont entrés dans l’Union européenne par la mer jusqu’à présent cette année, 72% ont été des hommes, 13% de femmes et 15% des enfants, selon les calculs de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Les informations sur le sexe des personnes arrivant par voie terrestre n’est pas encore disponible.

Parmi les demandeurs d’asile arrivant en Allemagne en 2014, 71,5% de ceux entre 16 et 18 ans étaient de sexe masculin; 77,5% dans le groupe d’âge 18-25 ans étaient de sexe masculin; tout comme 73,5% des personnes entre 25 et 30, selon les statistiques de migration allemands. Les données pour 2015 ne sont pas encore disponibles.statistiques de migration .allemands. Les données pour 2015 ne sont pas encore disponibles.

Publicités
  1. Ping: 22 September, 2015 13:36 | Raimanet

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :