L’enquête sur les attentats terroristes de Paris vient de se transformer en chasse à l’homme à travers l’Europe pour traquer un huitième djihadiste qui aurait réussi à fuir après les attentats où au moins 129 personnes ont perdu la vie.

le 8e terroriste recherché a un nom et un visage : Abdeslam Salah

La France a lancé un avis de recherche international contre le belge Abdeslam Salah, 26 ans.

L’homme est dangereux et probablement armé. Ne pas tenter de l’arrêter, mais prévenir la police.

L’enquête sur les attentats terroristes de Paris vient de se transformer en chasse à l’homme à travers l’Europe pour traquer un huitième djihadiste qui aurait réussi à fuir après les attentats où au moins 129 personnes ont perdu la vie.

A Montreuil, les autorités ont trouvé trois fusils Kalachnikov – du type utilisé lors des attaques – sur le siège d’une Seat Leon qui a été utilisée comme voiture de fuite aux tireurs des restaurants.

Les autorités françaises avaient d’abord affirmé qu’il y avait huit attaquants. Mais samedi soir, ils ont déclaré que seulement sept djihadistes sont morts – six se sont fait exploser et un 7e a été tué lors d’une fusillade avec la police.

Les services de renseignements s’intéressaient particulièrement à Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, citoyen français dont ils ont fouillé le domicile de Chartres, et qui a fait exploser sa ceinture d’explosifs au Bataclan vendredi soir. Il était fiché par la police comme radicalisé, avait un passé criminel, mais il était laissé en liberté, selon le procureur François Molin.

De nombreux médias affirment que Mostefaï n’avait aucun passé criminel. Ceci est faux.

Entre 2004 et 2010 il a été condamné 8 fois pour des délits mineurs. En 2010, il a été repéré par les radars de l’anti-terrorisme en raison de ses relations dans les milieux islamistes radicaux de la mosquée de Chartres.

La police a commencé à s’intéresser ensuite au père et au frère de Mostefaï ainsi qu’à des personnes de son entourage, et fouillé de fond en comble leurs domiciles de Romilly-sur-Seine et de Bondoufle, mais ce qu’ils ont découvert est confidentiel, pour les besoins de l’enquête.

Les services français sont maintenant en étroite coordination avec les autorités belges, qui ont fait une série d’arrestations – 10 personnes en tout, dans les milieux islamistes, hier samedi.

Ainsi, deux des terroristes ont été identifiés comme français, vivant à Molenbeek en Belgique, un des haut lieux du salafisme et du terrorisme européen.

Un des musulmans arrêté en Belgique avait loué la Volkswagen Polo qui a été utilisée par les trois terroristes qui ont tué 89 personnes au Bataclan.

Les enquêteurs pensent enfin que deux autres des djihadistes sont belges, y compris un jeune de 18 ans qui a combattu en Syrie.

Par ailleurs, un des terroristes infiltré parmi les réfugiés du Moyen Orient est arrivé par Ferry au Pirée en Grèce le 5 octobre puis s’est rendu en Serbie.

CT22S_DWsAAipIX

CT22SxQXIAExJE5

CT22S63WsAEZnYH

Le ministre de la justice belge Koen Geens a précisé que les arrestations de samedi sont en connection avec la présence d’une VW Polo grise louée en Belgique et garée près de Bataclan vendredi.

La Police belge, où se trouve la plus forte concentration de djihadistes partis combattre pour l’Etat islamique, a ouvert une enquête sur le terrorisme.

Reste à trouver l’homme qui a abandonné la Seat Leon à Montreuil avec 3 kalashnikov sur le siège après l’un des attentats…

» Attentats de Paris: les dernières informations en direct

Par ailleurs, le corps d’un deuxième kamikaze, qui a été retrouvé dans la salle de spectacles du Bataclan à Paris, a été identifié, a-t-on appris dimanche auprès de sources policières. Cet homme fait partie d’une fratrie de trois. Les trois frères vivaient à Bruxelles. Un mandat d’arrêt international a été lancé par la Belgique à l’encontre de l’un d’entre eux, dont les enquêteurs sont sans nouvelles. Ses papiers ont été présentés samedi matin lors d’un contrôle routier à la frontière franco-belge. Les enquêteurs cherchent à déterminer si c’est bien leur authentique détenteur qui les a présentés.

En outre, sept personnes ont été interpellées et deux des assaillants de Paris vivaient en Belgique, a annoncé dimanche le parquet fédéral belge. Ces deux assaillants figurent parmi les tueurs qui sont morts lors des attentats, précise le communiqué du parquet.

» Molenbeek, plaque tournante des réseaux djihadistes

ENQUETE video

D’autre part, le titulaire du passeport syrien découvert près du corps d’un des auteurs des attentats de Paris – sans que l’on sache s’il s’agisse de la même personne – est entré le 7 octobre en Serbie où il a demandé l’asile, a fait savoir dimanche le ministère serbe de l’Intérieur. «Il n’y avait pas de mandat d’arrêt d’Interpol à l’encontre de cette personne», ajoute le ministère.

Enfin, Manuel Valls a annoncé dimanche midi que 103 victimes ont été identifiées, et que 20 à 30 autres doivent encore l’être.

» 103 corps ont été identifiés parmi les 129 victimes

L'attentat de vendredi soir à Paris a fait pour l'instant 129 personnes ont été tuées.

● État d’urgence

Selon nos informations, un projet de loi va être présenté mercredi en conseil des ministres pour prolonger de trois mois l’état d’urgence décrété vendredi soir. Le texte sera examiné par le Parlement, qui doit, selon la Constitution, valider toute prolongation de l’état d’urgence au-delà de 12 jours. Lors de son entretien avec les parlementaires, le chef de l’État a annoncé qu’il demandera aux commissions des lois des deux assemblées de modifier la loi de 1955, qui régit l’état d’urgence, pour l’adapter à la situation après les attentats.

• De nombreux rassemblements

Plusieurs milliers de personnes se sont spontanément rassemblés samedi et dimanche pour «pleurer» les morts des attaques de la veille. A Paris, place de la République, 100 à 200 badauds se sont recueillis samedi soir, malgré l’interdiction de manifester décrétée par la préfecture de police. En province, plusieurs rassemblements spontanés ont également eu lieu tout comme à l’étranger. Près de 3000 personnes se sont recueillies dimanche après-midi à Tokyo et plusieurs bâtiments de la capitale japonaise devaient être illuminés dans la soirée aux couleurs du drapeau français.

» Le monde entier solidaire de la France

Dimanche matin, de nombreuses personnes sont venues se recueillir spontanément devant les différents lieux des drames de vendredi, en déposant fleurs, bougies et messages.

Enfin dimanche soir, une cérémonie de recueillement sera organisée à la Grande synagogue de la Victoire à Paris, en hommage aux victimes des attentats meurtriers de vendredi dans la capitale, ont annoncé les représentants religieux juifs. Une messe à la cathédrale Notre-Dame est également prévue dimanche soir à 18h30.

• L’identité des assaillants

Les enquêteurs des services antiterroristes ont déjà identifié deux des assaillants. L’un, qui a participé à la prise d’otages au Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï, est un Français de 29 ans. Né à Courcouronnes, en banlieue parisienne, il était fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010, mais n’avait «jamais été impliqué dans un dossier de filière ou d’association de malfaiteurs terroriste», selon le procureur de Paris, François Molins. Il fréquentait assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir).

Les enquêteurs tentent de confirmer que le kamikaze a bien séjourné en Syrie en 2014. Condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, il n’avait jamais fait de séjour en prison. Il a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé dans la salle de spectacle. Au moins six personnes de son entourage – dont son père et son frère – ont été placées en garde à vue pour les vérifications d’usage.

» Un des terroristes du Bataclan était un ancien délinquant de banlieue

• Deuil national de trois jours

Le décret du président François Hollande proclamant trois jours de deuil national jusqu’à mardi a été publié dimanche au Journal officiel. «Les 15 novembre, 16 novembre et 17 novembre 2015 sont déclarés jours de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015», peut-on lire dans le décret. C’est la sixième fois seulement qu’une telle mesure est décrétée sous la Ve République. Durant le deuil national, les drapeaux sont mis en berne et hissés à mi-mât sur les édifices publics et les administrations peuvent être fermées. Le dernier deuil national en France remonte au début de l’année, le 8 janvier, en hommage aux douze personnes tuées dansl’attentat survenu contre Charlie Hebdo.

Musées et salles de spectacle resteront fermés en Île-de-France. Les écoles rouvriront lundi, jour où une minute de silence sera observée à midi partout en France.

» Trois jours de deuil national: du jamais-vu sous la Ve République

• Un dispositif de sécurité maximal

Gares sous surveillance, policiers, gendarmes, démineurs, pompiers et armée sur le pont… Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a exposé samedi le dispositif pour faire face aux attentats: «Toutes nos forces de sécurité sont mobilisées». Les contrôles aux frontières ont été rétablis, avec 61 principaux points de passage autorisés strictement contrôlés. Les gares RER, frontalières ou internationales, sont aussi sous surveillance, tout comme les ports et les axes routiers, notamment les autoroutes.

De plus, 230 gendarmes en renfort «ont été mis à la disposition de la préfecture de police (de Paris) et deux sections du GIGN sont pré-positionnées», a détaillé le ministre. Le nombre de militaires (hors gendarmerie) déployés pour assurer la sécurité du territoire face à la menace d’attentats sera porté à 10.000 «d’ici mardi soir», contre 7000 avant les attaques sanglantes vendredi à Paris, a indiqué dimanche l’entourage de Manuel Valls.

«S’agissant de Paris, on était à 4000» avant les attentats de vendredi «et on passe à 5000 d’ici ce (dimanche) soir», ces 5000 étant inclus dans le nouveau total de 10000 militaires, a précisé le cabinet du Premier ministre. Les renforts s’ajoutent «aux 30000 policiers, gendarmes et militaires engagés depuis plusieurs mois à la protection de 5000 lieux sensibles sur l’ensemble du territoire, dans le cadre du plan Vigipirate», a rappelé Cazeneuve.

» Les forces de sécurité en «alerte maximale» après les attentats

• Hollande reçoit la classe politique

Après son prédécesseur Nicolas Sarkozy reçu dans la matinée, le chef de l’Etat a reçu à l’Elysée les responsables du Sénat, de l’Assemblée nationale et les chefs de partis pour tenter d’établir l’unité nationale. Etaient notamment présents la dirigeante du parti d’extrême droite Front national, Marine Le Pen, et le président du MoDem François Bayrou. Lundi, François Hollande s’exprimera devant le Congrès à Versailles, une première pour lui.

» Reçu par Hollande, Sarkozy exige plus de fermeté et une alliance avec Moscou

SARKOSY S’EXPRIME video

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :