Donald Trump a déclaré vouloir interdire les immigrés musulmans d’entrer aux États-Unis.

22assess-web-master768-v3
Pourtant, sa popularité reste intacte.

«Les propos de M. Trump concernant la manière dont il faudrait mener cette guerre rendent l’ennemi encore plus fort», a déclaré le sénateur Lindsey Graham, qui compte parmi la douzaine de candidats loin derrière Trump dans la course à la nomination du candidat républicain à l’élection présidentielle.

Graham a déclaré que l’EI «adore Donald Trump, car il représente une occasion de grossir ses rangs.»

Donald Trump Caricature by DoodleArtStudios

Il s’agit là d’une accusation grave qui semble aller à l’encontre de l’opinion de millions d’électeurs américains.

TrumpCaricature01-UncSamCrop
Et elle a été formulée avant que Trump ne déclenche un scandale général en appelant à interdire les musulmans d’entrer aux États-Unis.

5 Reasons Donald Trump Is The Republican Party

Un sondage réalisé par le New York Times et CBS News a révélé que les républicains faisaient davantage confiance à Trump qu’à n’importe quel autre candidat en matière de lutte contre le terrorisme. 7 électeurs sur 10 ont dit qu’il était bien armé dans ce domaine.

Le sondage a été réalisé bien avant les derniers propos de Trump, mais juste après une fusillade en Californie commanditée par un couple marié décrit comme sympathisant de l’EI par les autorités.

«Je vais protéger la population», a déclaré Trump. «Et c’est ce qui explique qu’à chaque tragédie, l’opinion est en hausse, mes chiffres grimpent en flèche, parce que la force nous manque dans ce pays. Nos politiciens sont tristement faibles.»

35 Amusing Digital Caricatures                                                                                                                                                                                 More:

 

Même avant de suggérer une interdiction de voyager pour les musulmans, Trump disait haut et fort ce qu’il pensait en soutenant la création d’un fichier gouvernemental des musulmans d’Amérique.

Accusant l’administration Obama de vouloir inonder le pays de réfugiés syriens.

Appelant à la surveillance des mosquées et éventuellement à la fermeture de certaines d’entre elles.

Trump considère que les Etats unis doivent simplement envisager des mesures plus strictes afin de se prémunir contre le terrorisme.

«Il faut mettre fin au problème. On peut bien en parler. On peut bien en parler indéfiniment. Mais c’est un problème réel. Un problème qui s’appelle le terrorisme issu de l’islam radical.»

Trump semble cependant également remettre en cause la loyauté des musulmans américains qui n’ont jamais enfreint la loi ou représenté une menace, quelle qu’elle soit.

Trump a dit à des sympathisants qu’il avait vu des milliers de musulmans faire la fête au New Jersey au cours des attentats du 11 septembre 2001.

Aucune preuve que de tels événements auraient eu lieu n’a été avancée et un certain nombre de responsables, dont le gouverneur du New Jersey, ont démenti qu’une telle célébration avait eu lieu.

«Trump se livre à une rhétorique populiste très dangereuse selon laquelle, en résumé, construire un mur, les empêcher de rentrer ou les mettre dans un fichier national fera disparaître l’EI», a dit Michael Weiss,

analyste pour CNN et également coauteur de «EI: au cœur de l’armée de la terreur».

«Promouvoir cette idée de guerre entre l’Occident et l’Islam, c’est ce que fait l’EI. En définitive, d’une certaine manière, Trump fait leur travail de propagande à leur place.»

Les républicains affichent des réactions divergentes face aux remarques de Trump.

 

Le sénateur Graham, l’ancien gouverneur de Floride Jeb Bush et d’autres candidats républicains les ont dénoncés.

Mais le gouverneur du New Jersey Chris Christie, qui a déclaré qu’aucune célébration des attentats du 11/9 n’avait eu lieu dans son état, se refuse résolument à condamner Trump.

 

«Je connais Donald Trump depuis 13 ans, je peux ne pas être d’accord avec lui et c’est déjà arrivé. Je ne crois pas qu’il soit haineux ou sectaire.»

Les candidats républicains s’apprêtent à débattre pour la première fois depuis que Trump a conseillé aux Etats-Unis d’empêcher les musulmans d’entrer sur le territoire.

Deux séances de débat seront diffusées sur les écrans de télévision par CNN – une pour Trump et les autres candidats en tête des sondages et une autre plus tôt pour la deuxième partie des candidats – mardi soir aux États-Unis.

Le thème de ce débat sera . La menace que les Américains craignent le plus est le terrorisme.
Et une fois encore, tous les yeux seront rivés sur Donald Trump.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :