Un nouveau cas d’Ebola identifié en Sierra Leone alors que la fin de l’épidémie avait été annoncée hier.

Du personnel médical de Médecins sans frontières à Kailahun, en Sierra Leone, en août 2014.

Cette annonce survient quelques heures seulement après la proclamation officielle de la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

L’Organisation mondiale de la santé a confirmé, vendredi 15 janvier, un nouveau cas d’Ebola en Sierra Leone. La veille, l’OMS avait pourtant annoncé la fin de l’épidémie en Afrique de l’Ouest. La déclaration par l’organisation avait été accueillie avec soulagement mais prudence par les pays touchés. L’OMS souligne d’ailleurs le « risque permanent de nouvelles flambées durant 2016 en raison de la persistance du virus parmi les survivants ».

La Sierra Leone sortie de l’épidémie depuis le 7 novembre.

Le cas d’Ebola a été identifié après une mort suspecte à Magburaka, dans le district de Tonkolili. Un premier prélèvement avait été testé positif jeudi. Selon un responsable sierra-léonais, il s’agit d’une étudiante décédée à une date non indiquée.

L’épidémie d’Ebola, partie en décembre 2013 de Guinée, s’était ensuite propagée au Liberia et en Sierra Leone. En deux ans, le virus a gagné dix pays, dont l’Espagne et les Etats-Unis, provoquant officiellement 11 315 morts sur 28 637 cas recensés à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, trois Etats limitrophes. Ce bilan, sous-évalué de l’aveu même de l’OMS, est sept fois supérieur en nombre de morts à celui cumulé de toutes les épidémies d’Ebola depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976.

La Sierra Leone était sortie de l’épidémie depuis le 7 novembre, suivie de la Guinée le 29 décembre. Il ne restait plus que le Liberia, qui a atteint jeudi son 42e jour – deux fois la durée maximale d’incubation du virus – sans nouveau cas depuis le second test négatif sur le dernier patient, d’après l’OMS.

« Nous pouvons confirmer le cas d’Ebola en Sierra Leone », a indiqué l’OMS dans une note envoyée aux médias.

Un premier prélèvement effectué sur une étudiante récemment décédée dans le nord du pays avait été testé positif le 14 janvier par les autorités sanitaires de Sierra Leone.

Triste coïncidence : l’OMS avait annoncé le même jour l’arrêt de « toutes les chaînes connues de transmission » de l’épidémie d’Ebola au Liberia, comme dans l’ensemble de la région de l’Afrique de l’Ouest. Mais l’institution a mis en garde contre le « risque permanent de nouvelles flambées durant 2016 en raison de la persistance du virus parmi les survivants ».

L’épidémie d’Ebola, partie en décembre 2013 de Guinée, s’était ensuite propagée au Liberia et en Sierra Leone. En deux ans, elle a gagné dix pays, dont l’Espagne et les Etats-Unis, provoquant officiellement 11.315 morts sur 28.637 cas recensés à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :