La question se pose : pourquoi les pays arabes n’interviennent-ils pas contre Daech en Libye ? Analyse.

Des combattants de l'État islamique à proximité de Dema en Libye, le 3 octobre 2014. Illustration.

Des combattants de l’État islamique à proximité de Dema en Libye, le 3 octobre 2014. Illustration. 

Le 19 février, les États-Unis ont bombardé pour la quatrième fois le territoire libyen. Des frappes ciblées. Elles ont détruit deux maisons d’un camp d’entraînement de djihadistes de l’État islamique, à Ksar Alalga, près de Sabratha, à 80 kilomètres de Tripoli. Les 43 morts sont presque tous des Tunisiens – et deux Serbes, une jeune diplomate et son chauffeur, enlevés il y a trois mois – à Tripoli.  Une région contrôlée par Fajr Libya et une cohorte de brigades et milices. Sabratha, classée au patrimoine mondiale de l’Unesco, se situe à 102 kilomètres de la ville de Ben Guerdane en Tunisie.

Capture

Une majorité de Tunisiens parmi les djihadistes tués

Selon les premières informations, l’hôpital de Sabratha a décompté 41 morts, de plusieurs nationalités. Une majorité d’entre eux serait tunisienne. Dont le leader Nourredine Chouchane. L’homme est soupçonné d’avoir organisé l’attentat mené le 18 mars au musée du Bardo. Contacté, le porte-parole du ministère de la Défense n’a voulu faire aucun commentaire, renvoyant sur l’ambassade des USA en Tunisie et sur le ministère des Affaires étrangères. À la question, « L’armée tunisienne a-t-elle renforcéson dispositif à la frontière libyenne ? » Belhassen Oueslati répond que « ces choses-là se préparent à l’avance, que le dispositif est en place ». Dans un communiqué, le Pentagone a précisé que l’attaque aérienne visait « un camp de Daech et Nourredine Chouchane, surnommé Sabar ». Et précise « que cette frappe démontre que nous irons chercher Daech partout » et que les États-Unis « utiliseront tous les outils » à leur disposition.

3035624lpaw-3037000-article-jpg_3384729_660x287

Comment les leaders de Tripoli vont-ils réagir ?

On attendait des frappes à Syrte, bastion de Daech, les premiers raids auront concerné la Tripolitaine. Une partie du pays contrôlé par Fajr Libya (« l’aube de la Libye ») à dominante islamiste, dont l’homme fort est Abdelhakim Belhadj. L’ex-émir du GICL (Groupe islamiste qui combat en Libye), passé par l’Afghanistan, a connu la prison. Depuis la révolution libyenne, il est l’interlocuteur numéro un à Tripoli. Certaines des brigades qui soutiennent Fajr Libya (brigade Al Nawsi, brigade du renforcement sécuritaire, brigades révolutionnaires de Tripoli…) ont menacé de riposter en cas d’intervention militaire en Libye. Le raid démontre que les renseignements collectés sur le terrain étaient d’une grande précision. Le groupe Ansar al-Sharia, mené par le Tunisien Abou Lyadh, est également présent à Sabratha. Ce groupe avait attaqué l’ambassade américaine le 14 septembre 2012 en Tunisie. La mise à sac de la représentation diplomatique avait fait quatre morts parmi les assaillants.

Afficher l'image d'origine

En ligne de mire des États-Unis :

Noureddine Chouchane, 26 ans, Tunisien responsable des attentats contre les touristes au musée du Bardo, à Tunis, et les vacanciers d’un hôtel à Sousse, au printemps dernier. Chouchane serait au nombre des morts, estime le Pentagone. En novembre dernier, les Américains avaient déjà bombardé, à Derna, dans l’est du pays, l’Irakien Abu Nabil, celui qu’El-Baghdadi, l’émir de Daech, avait envoyé en Libye pour prendre la tête de cette filiale de l’EI.

Afficher l'image d'origine

Les États-Unis en première ligne.

En Libye, Barack Obama a fait le choix d’opérations ponctuelles et ciblées contre le groupe salafiste. Au moins aussi longtemps qu’un gouvernement libyen d’union nationale ne demandera pas une éventuelle intervention de pays occidentaux. Pour être légitime, ce gouvernement devra être accepté par les deux Parlements rivaux (celui de Tripoli et celui de Tobrouk). Les Européens (Italie, Grande-Bretagne) sont sur la même longueur d’onde. Hier, 22 février, l’Italie a accepté que des avions américains porteurs de drones décollent de son sol pour des frappes en Libye. Si la France déclare être de plus en plus soucieuse de ne pas mettre le doigt dans le chaudron libyen, il semble qu’elle dispose, comme les Américains, les Britanniques et les Italiens, d’une poignée d’hommes des forces spéciales engagés dans des opérations de renseignements et des prises de contact avec des tribus et des milices locales.

Afficher l'image d'origine

Méfiance.

Les capitales occidentales craignent, à juste titre, la réaction de la population face à une intervention qui sera considérée, au bout de quelques semaines, comme celle de nouveaux « croisés ». Les inévitables victimes civiles alimenteront rapidement la haine et un désir de vengeance qui pousseront des jeunes au djihad. Un remède qui serait pire que le mal dans ce pays où l’EI, fort de 3 000 à 5 000 hommes selon les sources, compte plus de djihadistes étrangers que de Libyens. Une crainte qui n’est pas vaine. Ces derniers jours, le gouvernement libyen de Tobrouk (reconnu par la communauté internationale et vu comme « pro-occidental ») a logiquement dénoncé le bombardement américain « comme une violation flagrante de la souveraineté de l’État libyen ».

Afficher l'image d'origine

Les États arabes absents du terrain.

Pour éviter ces réactions, les États arabes ne pourraient-ils pas, eux, s’engager dans la lutte contre Daech en Libye ? Concrètement, il n’en sera rien. Le monde arabe est incapable de s’entendre, il n’est certes pas le seul. Ainsi, en mars 2015, lorsque l’Égypte, sur une initiative des États du Golfe, propose, à Charm el-Cheikh, lors d’une réunion de la Ligue arabe, de créer une armée arabe pour lutter contre le terrorisme, chacun a ses visées. Le Caire y voit le moyen de mater ses islamistes armés dans le Sinaï et éventuellement en Libye ; le Golfe et l’Arabie saoudite y cherchent un prétexte pour faire front contre l’Iran, en particulier au Yémen. Concrètement, le projet n’aboutira pas, sinon sur le papier.

Afficher l'image d'origine

 

Même échec en décembre dernier, lorsque l’Arabie saoudite lance la Coalition islamique contre le terrorisme. Elle regroupe 34 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie (Malaisie, Pakistan). Le commandement militaire est installé à Riyad et une coordination existe officiellement avec la coalition internationale sous l’égide des Américains. Mais, en décembre, l’objectif saoudien était prioritairement de voir des États membres de la coalition soutenir les soldats saoudiens au Yémen. Peine perdue (à l’exception du Soudan). Les Saoudiens sont fort mécontents.

Afficher l'image d'origine

Quels pays et quels moyens ?

Quant à la Libye, hormis les pays arabes du sud de la Méditerranée, inquiets, nul ne s’en soucie. Pas une capitale d’un État voisin ne se lancera dans une intervention militaire contre Daech. Les pays frontaliers du Sahel, le Niger et le Tchad, pauvres d’entre les pauvres, n’en ont pas les moyens. Les deux grands voisins, l’Égypte, à l’est, l’Algérie à l’ouest, n’en ont pas la volonté politique. Pour des raisons différentes.

Afficher l'image d'origine

L’Égypte d’abord. Avec ses 80 millions d’habitants et son armée puissante, le grand voisin égyptien aurait, en théorie, les moyens militaires de lutter contre l’EI.  D’autant plus qu’il existe des liens étroits entre l’Égypte et l’est de la Libye. Les populations sont les mêmes, parlent le même arabe avec l’accent égyptien, et nombre de djihadistes arrivent clandestinement en Libye, à travers la frontière égyptienne, poreuse. Mais Le Caire se soucie d’abord de sa propre lutte contre Daech dans le Sinaï. L’armée égyptienne n’en vient pas à bout. Aussi, la seule intervention de l’armée égyptienne en Libye s’est-elle déroulée « à l’américaine », en février 2015, lorsque des avions égyptiens ont bombardé l’EI dans l’Est libyen après la décapitation, filmée, d’Égyptiens coptes (chrétiens) sur une plage. Le Caire fournit, il est vrai, des armes à son allié, le général Khalifa Haftar, ancien proche de Kadhafi rallié à la révolution libyenne, et aujourd’hui chef anti-islamiste de la nouvelle armée libyenne.

Afficher l'image d'origine

L’Algérie, ensuite. Son histoire est autre. Elle soutient un principe depuis 1962 : pas d’intervention militaire hors des frontières. Son credo : les conflits doivent se résoudre par la politique, non par les armes. Pourtant, Alger est inquiet de la situation libyenne. L’Algérie partage 700 kilomètres d’une frontière désertique avec son immense voisin. Les hommes de Mokhtar Belmokhtar ont franchi sans problème cette frontière en janvier 2013 pour attaquer un site pétrolier près d’In Amenas. Depuis l’armée est sur le pied de guerre.

Afficher l'image d'origine

Mais en Libye, aujourd’hui, comme au Mali hier, l’Algérie n’interviendra pas militairement. Elle rencontre, officiellement ou officieusement, les différents partis, les groupes armés, les milices, pour tenter de faire dialoguer les groupes rivaux et mettre sur pied un gouvernement d’union nationale libyen qui, lui, devra lutter contre Daech. Alger pourra alors accepter, éventuellement, de fournir une aide dans le domaine du renseignement. En fait, l’Algérie a une grande peur : qu’une intervention étrangère en Libye déstabilise la région. Elle y voit une menace pour sa sécurité intérieure.

Afficher l'image d'origine

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :