Après les bombardements américains sur Sabratha, les forces loyalistes ont repris le centre-ville de Benghazi.

Des combattants fidèles au gouvernement libyen célèbrent, mardi, le retrait des troupes de l'EI du grand district d'al-Laithi, au sud-est de Benghazi.

Les lignes militaires bougent en Libye. Alors que la situation politique, qui dépend du projet d’union entre les deux Parlements rivaux de Tripoli et de Tobrouk, est toujours au point mort, c’est du front qu’arrivent les nouvelles. Comme si le bombardement par des F15 américains d’un camp de l’État islamique à Sabratha, vendredi dernier, avait sonné la charge, samedi, l’Armée nationale libyenne (ANL) du général Khalifa Haftar a repris son offensive à Benghazi. Une attaque sans doute épaulée par des forces spéciales étrangères, notamment françaises, qui a conduit à la prise du port et de plusieurs quartiers stratégiques de la deuxième ville de Libye, que contrôlaient les combattants de l’État islamique et leurs alliés d’Ansar al-Charia, liés à al-Qaida.

Afficher l'image d'origine

Depuis le week-end dernier, l’État islamique (EI) est sous pression en Libye, où il ne tient désormais fermement que son bastion de Syrte. Dans l’ouest du pays, les combats semblent se poursuivre à Sabratha. Le raid américain du 19 février aurait tué une cinquantaine de djihadistes. Après avoir nié jusqu’alors la présence de l’EI chez lui, le maire de cette ville située à 70 km de Tripoli vient de la dénoncer et d’appeler à l’aide. Les combattants de l’EI auraient été repoussés du centre-ville, après une courte occupation, par des milices de Fajr Libya, placées sous la tutelle du Parlement de Tripoli.

Afficher l'image d'origine

Les premiers succès de l’ANL

En Cyrénaïque, la région est du pays, l’Armée nationale libyenne du général Haftar, qui dépend du Parlement de Tobrouk, aurait repris dimanche la ville portuaire d’Ajdabiya, tenue jusqu’à présent par des milices islamistes, dont Ansar al-Charia. Cette ville a plusieurs fois changé de camp, au gré des alliances de certaines brigades locales avec les forces du général Haftar. À Derna, la première ville que l’EI avait saisie avant de s’en faire déloger par des brigades islamistes locales, ces dernières ont repris ce week-end les combats, pour pousser plus loin encore les combattants djihadistes. Le plus surprenant, si cela devait être confirmé, aurait été l’appui de l’ANL aux brigades islamistes de Derna qu’elle avait toujours combattues.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Les premiers succès de l’offensive de l’ANL lancée samedi à Benghazi sont autrement plus importants. Depuis un an et demi, les troupes d’Haftar étaient bloquées à l’est de la capitale de Cyrénaïque. Mardi, l’ANL s’est emparée du grand district d’al-Laithi, au sud-est de la ville, où de nombreux combattants islamistes étaient installés depuis la révolution, et qui était passé sous le contrôle de l’EI. «Il n’y a pas vraiment eu de combats», assure un habitant venu fêter mardi soir sur place cette «libération», inquiet que les djihadistes aient pu se retirer en bon ordre avec leurs armes. L’ANL annonce avoir également enlevé le camp de la milice Rafallah al-Sahati, au sud de la ville, deux autres camps militaires, au sud-est, le petit port d’Almressa, à l’ouest, et, en centre-ville, le port près de la cour suprême, haut lieu de la Révolution. En face de l’ANL, les milices islamistes tenaient mercredi les quartiers de Sabri, Souq al-Hout, en centre-ville, et plus loin, au sud, al-Quarsha et Si Faraj.

Afficher l'image d'origine

Des forces spéciales françaises à l’œuvre sur le terrain.

Une rue de Benghazi et ses immeubles détruits.

Selon des sources de sécurité libyennes bien informées, des commandos des forces spéciales françaises sont récemment arrivées à Benghazi, en Libye, pour soutenir le général de brigade Khalifa Haftar,commandant en chef de l’Armée nationale libyenne, et fournir un soutien aux opérations militaires dans la ville. Dans une déclaration exclusive au Huffington Post Arabi, les sources ont expliqué que ces forces sont actuellement stationnées sur la base aérienne de Benina, à l’Est de Benghazi, la base militaire la plus importante pour les troupes fidèles au général Haftar. Ni le nombre ni la taille de ces forces, repérées dans l’Est de la Libye depuis mi-février par des blogueurs spécialisés, n’ont été précisés.

Afficher l'image d'origine

Les mêmes sources ont dit qu’une salle d’opérations commune a été mise en place afin d’assurer une coordination entre les forces françaises et celles du général Haftar, placées sous le commandement du colonel Salim Al-Abdali. Les événements se sont récemment précipités en Libye à la suite du refus des partis politiques de parvenir à un accord sur la formation d’un gouvernement d’union nationale. À son retour des Émirats arabes unis, le général Haftar a annoncé l’accélération des opérations militaires. Il a ensuite annoncé dimanche la prise d’Ajdabia, dans l’Est du pays, selon les déclarations attribuées au porte-parole de la salle des opérations d’Ajdabia, AkramBuhliqah, en plus de la prise de contrôle du port d’Al-Muraisah.

Afficher l'image d'origine

Les troupes du général Haftar ont mené une opération militaire à Benghazi, à 1000 kilomètres à l’Est de la Libye, samedi dernier, lors de laquelle 19 personnes ont été tuées en deux jours. Les troupes commandées par également annoncé dimanche qu’elles avaient progressé et qu’elles avaient réussi à reprendre le contrôle du Port d’Al-Muraisah, à l’Ouest de la ville, ainsi que del’hôpital Al-Hawari, au Sud. Dans une vidéo diffusée hier par le Bureau d’information des Forces armées de la Jamahiriya, Khalifa Haftar a déclaré: «La victoire est une chose précieuse, et il n’y a rien de plus précieux que la victoire elle-même. Par conséquent, nous devons maintenir cette victoire ».

Afficher l'image d'origine

Le parlement libyen internationalement reconnu a conclu avant-hier ses délibérations sur le programme du projet d’unité nationale du gouvernement et le profil de ses ministres. Il devait également voter hier sur l’opportunité d’accorder la confiance au gouvernement soutenu par l’ONU. Dans une déclaration à l’AFP, Aisha Al-Aquri, membre du parlement a déclaré que «La séance d’aujourd’hui [lundi] a vu la conclusion des consultations et de l’audition des membres du cabinet … Demain sera le jour du vote de confiance sur le gouvernement d’unité nationale ».

Afficher l'image d'origine

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :