LE DUEL.

Afficher l'image d'origine

Marine Le Pen

Présidente du Front national, 47 ans.

1er mai à La Villette.

Pas question de reproduire le charivari de l’édition 2015, lorsque son père s’était invité sur la tribune en parka rouge, mâchoire serrée et poings levés. Cette année, Marine organise un « banquet populaire patriote » au Paris Event Center, dans le XIXe arrondissement parisien. Elle passera bien déposer une gerbe devant l’une des statues parisiennes de Jeanne d’Arc… mais pas celle de la place des Pyramides, chasse gardée de son père !
Afficher l'image d'origine

Œdipe inversé.

Depuis son accession à la tête du FN, la députée européenne poursuit une stratégie de dédiabolisation. Convaincue que les provocations de « Le Pen » freinaient son ascension, elle s’est résolue à tuer le père, sur les conseils de l’ambitieux Florian Philippot. En avril 2015, elle exclut le président d’honneur du parti après une interview polémique dans « Rivarol ». Elle déclare alors : « J’ai le sentiment qu’il ne supporte pas que le FN continue à exister alors qu’il n’en a plus la direction. » Sigmund Freud n’avait pas vraiment envisagé ce parricide symbolique au féminin. Mais les frontistes sont ambivalents.

Afficher l'image d'origine

Triomphe en 2017 ?

Cette fois, elle ne devra pas gérer les dérapages de son père, comme lors de la campagne de 2012, car elle estime s’être dégagée de cette emprise. Déjà candidate pour 2017, elle compte surfer sur le positionnement « ni droite-ni gauche » qui déplaît aux frontistes historiques et aux amis de sa nièce. Sa nouvelle affiche : « La France apaisée ». Un clin d’œil au départ de Jean-Marie Le Pen ?
Afficher l'image d'origine

Jean-Marie Le Pen

Fondateur du Front national, 87 ans.

1er mai à Pyramides.

Comme d’habitude, Jean-Marie Le Pen se rendra place des Pyramides, dans le 1er arrondissement de Paris, pour célébrer à la fois Jeanne d’Arc et la Fête du Travail. L’ex-président du FN a invité tous ses derniers partisans à se joindre à lui. Mais pas sûr qu’ils soient très nombreux. L’an passé, c’est devant cette statue que le « Menhir » mis sur la touche par sa fille avait lancé son fameux « Jeanne, au secours ! ».

Afficher l'image d'origine

Totem inversé.

Jean-Marie Le Pen et les trahisons, c’est une vieille histoire. Quand Bruno Mégret tente de lui ravir le contrôle du Front national, en 1998, il évoque un « Brutus » et un « félon », ce qui provoque une scission du FN. Banni en 2015 par sa fille du parti qu’il a fondé en 1972, il évoque une « infamie », qu’il conteste devant les tribunaux. Entre lui et « Marine », le dialogue se fait désormais par avocats interposés. Mais le patriarche est isolé. Seuls quelques fidèles comme Lorrain de Saint-Afrique, son ancien conseiller en com revenu en grâce, croient qu’il peut encore faire des coups.

Vengeance en 2017 ?

Le doyen du Parlement européen espère conserver un pouvoir de nuisance. Il n’en a plus beaucoup : le CSA a décidé de ne plus comptabiliser ses interventions dans le temps de parole du FN. Ce dimanche, il lance les comités Jeanne, au Secours !, « rassemblement de toutes les organisations, les organes de presse, militants et citoyens patriotes ». Un FN sans Marine… et sans militants ?

Afficher l'image d'origine

 

Le verdict

L’offensive de Jean-Marie Le Pen s’apparente à un baroud d’honneur. Trop vieux et affaibli politiquement pour se présenter contre sa fille, il cherche à retrouver la considération dont il estime avoir été injustement privé. Le « Menhir » aurait d’ailleurs promis de tout arrêter si Marine Le Pen vient l’embrasser place des Pyramides. Pas sûr que son vœu soit exaucé.

Afficher l'image d'origine

1er-Mai : les Femen s’invitent une nouvelle fois au rassemblement de Marine Le Pen.

Capture

Elles se sont présentées seins nus devant le centre de congrès où allait se tenir le banquet du Front national.

Elles ont crié « vive la fin du FN ». Seins nus et mini-jupes dorées, une demi-douzaine de Femen ont ouvert le champagne, dimanche, devant le centre de congrès où allait se tenir le banquet du Front national pour le 1er mai, avant d’être interpellées par la police.

Afficher l'image d'origine

Les militantes, ont ensuite été embarquées à bord de deux camionnettes de police, sous les huées de militants frontistes lançant aux policiers : « Mettez-les sous les roues des camions » ou encore « Pas de douceur avec elle! ».

Afficher l'image d'origine

La place de l’Opéra « nettoyée »

Les Femen ont par ailleurs posté dimanche matin sur leur compte Twitter une photo de militantes, toujours torse nu, armées de balais, faisant mine de nettoyer la place de l’Opéra à Paris, avec cette légende: « Les #Femen nettoient la haine laissée par Marine Le Pen là où elle faisait habituellement son discours. »

bfhhxd

L’année dernière, trois Femen avaient perturbé le traditionnel défilé du Front national, se montrant seins nus et lançant le salut nazi au balcon d’un hôtel de la place de l’Opéra. Portant l’inscription « Heil Le Pen » sur le torse, mégaphone à la main, elles avaient interrompu le discours de la présidente du parti, avant d’être violemment évacuées par le service d’ordre du FN.

Afficher l'image d'origine

cngngngn

ethedrhth

hfcngfxchgfxg

ilmughilug

mohmoh

muiogtigiuyf

oooooouuuttttttttttttttttttg

poj

sgfshfxj

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :