Portrait d’un suspect discret, qui a réussi à concevoir une dizaine de bombes, sans éveiller les soupçons.

Qui est Ahmad Khan Rahami, le poseur de bombes arrêté aux Etats-Unis ?

Une dizaine d’engins explosifs, deux explosions, 29 blessés… Le poseur de bombes présumé, qui a très vraisemblablement terrorisé New York et le New Jersey ce week-end, a été arrêté lundi 19 septembre dans la soirée, à Linden, dans le New Jersey, tout près de la ville d’Elizabeth où il habitait, après une fusillade avec les forces de l’ordre.

Il s’agit d’Ahmad Khan Rahami, un Américain d’origine afghane de 28 ans, qui « n’était pas sur le radar de la police ». Portrait d’un suspect discret.

Ahmad Khan Rahami Caught

Une dizaine de bombes, sans éveiller les soupçons.

Derrière un cordon jaune de police, des agents du FBI accompagnés de chiens policiers inspectent le restaurant familial où travaillait le suspect, situé dans un quartier populaire d’Elizabeth, petite ville du New Jersey.

La devanture bleue du fast-food, le First American Fried Chicken, était bien connue des habitants du quartier. Mais on en savait peu sur Ahmad Khan Rahami, qui « n’était pas sur le radar de la police locale », a expliqué le maire d’Elizabeth, Christopher Bollwage. Plusieurs engins explosifs ont été retrouvés dans un sac à dos dans la gare de sa ville.

Les enquêteurs devant le First American Fried Chicken, restaurant de la famille Rahami.

Le FBI comptait donc sur l’interrogatoire du jeune homme pour dresser un portrait plus complet de celui qui est parvenu à concevoir une dizaine de bombes sans éveiller les soupçons, faisant 29 blessés légers dans le quartier de Chelsea à New York samedi soir.

« >capture

Les images de l’homme, barbu, vêtu d’un t-shirt et le bras ensanglanté alors qu’on l’embarquait dans une ambulance, monopolisent les chaînes d’information aux Etats-Unis depuis son interpellation.
Le suspect de plusieurs attaques à la bombe à New York et dans le New Jersey, Ahmad Khan Rahami a été arrêté le 19 septembre 2016.

Dans son quartier, l’auteur présumé des attentats n’a pas laissé d’empreinte profonde. Les lieux, constitués de maisons d’un étage, sont à forte dominante hispanique et beaucoup d’habitants n’y parlent pas anglais. Les Rahami sont l’une des très rares familles musulmanes des environs. Les enfants ont été scolarisés dans l’école publique toute proche. Interloqués, la plupart de leurs voisins refusent tout simplement de s’exprimer sur le cas du jeune homme.

bvc

Voyages en Afghanistan et au Pakistan.

Quelques informations ont néanmoins commencé à filtrer sur son passé et ses motivations. Le « New York Times » souligne ainsi une évolution chez le jeune homme ces dernières années, lorsque « certains amis ont noté un changement de comportement et de sa pratique religieuse après ce qu’ils croient avoir été un voyage en Afghanistan ». Il avait disparu pendant quelques temps il y a environ quatre ans, rapporte le quotidien.

Avant, Ahmad Khan Rahami, qui serait originaire de Kandahar, en Afghanistan, c’était l’ami qui n’hésitait pas à distribuer à ses proches de la nourriture gratuitement, lorsqu’ils ne pouvaient pas payer, racontent certains de ceux qui l’ont bien connu. Il portait des pantalons de survêtement et des T-shirts. Mais tout a changé après ce voyage.

Ahmad Khan Rahami arrested

« C’est comme si c’était devenu quelqu’un de complètement différent », a dit au quotidien un autre enfant du quartier, Flee Jones, 27 ans. « Il est devenu sérieux et s’est complètement renfermé. » Il a commencé à porter des habits traditionnels musulmans et à prier au fond du magasin.

Ahmad Khan Rahami a « beaucoup » voyagé, notamment en Afghanistan et au Pakistan, où il avait une épouse, a confirmé le gouverneur de New York Andrew Cuomo sur CNN. Selon le député du New Jersey Albio Sires, le jeune homme aurait d’ailleurs contacté son bureau en 2014, pour qu’il l’aide à faire venir sa femme, enceinte, du Pakistan.

« Mais nous n’avons trouvé à ce stade aucun lien avec l’ISIS (acronyme anglais du groupe Etat islamique), les talibans etc… qui pourrait expliquer ce comportement », indique Andrew Cuomo. Impossible de savoir s’il a reçu une formation militaire, ni même s’il a été formé à la fabrication de bombes.

View image on Twitter

Soupçon d’antisémitisme.

Mais dans son quartier, les voisins se souvenaient surtout de Mohammad Rahami, le père, propriétaire du restaurant où travaillaient aussi ses fils et de la maison contiguë, à la façade en briques.

Selon une source policière sur place, il était présent lorsque la police s’est présentée lundi matin à son domicile. C’est là que se situe la dernière adresse connue de Ahmad Khan Rahami, selon des médias locaux. La famille était installée sur cette avenue d’Elizabeth depuis 2002, date d’ouverture du restaurant.

ahmad-khan-rahami-cctv.jpg

« Tout le monde connaissait le père. C’est un rustre, qui ne dit presque jamais rien », a dit l’employé d’un pressing situé à quelques mètres, qui a requis l’anonymat.

« Un jour, j’étais sorti boire des coups et je suis rentré à deux heures du matin. Je me suis arrêté pour manger au restaurant. Ils étaient tous là, il y avait le père, le plus jeune fils et le type qu’ils ont montré à la télé », se remémore Miguel, qui habite depuis vingt ans une maison située à quelques dizaines de mètres.

« On discutait. On plaisantait. Et là ils me demandent : ‘de quelle nationalité es-tu ?’ J’ai dit je suis moitié mexicain et moitié israélien. Ça a été la fin de la discussion. »

fded

Victimisation.

Le maire lui se souvient que ses services avaient dû contraindre le restaurant à fermer à 22 heures, après que des voisins s’étaient plaints du bruit car il était ouvert en continu.

La famille de Ahmad Khan Rahami s’était plaint d’avoir été victime de discrimination raciale dans le cadre de cette affaire. Les Rahami estimaient être victimes de sentiments islamophobes.

A une occasion, le frère du suspect, qui travaillait aussi dans le restaurant, s’est battu avec des policiers venus contraindre l’établissement à fermer pour la nuit, selon le quotidien. Il se serait alors enfui en Afghanistan avant d’être jugé.

<p>Photos released by the New Jersey State Police of Ahmad Khan Rahami, captured in connection with explosions in New York City and New Jersey, on Sept. 19, 2016. (NJSP - State Police via Twitter)</p>

Un djihadiste solitaire ?

« Nous avons désormais toutes les raisons de penser que l’attaque », qui a fait 29 blessés, était bien « un acte de terrorisme », a déclaré le maire de New York, Bill de Blasio, après l’arrestation du jeune homme, qui a relancé la thèse de l’attaque djihadiste.

Afficher l'image d'origine

Il a précisé qu’« aucun autre individu n’était recherché » pour l’attentat de New York. Un agent du FBI a ajouté ne disposer à ce stade d’« aucune information » sur une cellule terroriste « opérationnelle ».

Le jeune homme a été formellement inculpé lundi soir pour tentatives de meurtre et possession d’une arme à feu, selon plusieurs médias américains, mais ces chefs d’accusation sont liés à la fusillade qui a conduit à son arrestation et non aux attentats eux-mêmes.

7 questions sur les bombes retrouvées aux Etats-Unis ce week-end.

7 questions sur les bombes retrouv&eacute;es aux Etats-Unis ce week-end
Le 17 septembre 2016, à Chelsea, un quartier de New York après une explosion. ((Spencer Platt/Getty Images/AFP))

Où ont été retrouvées les bombes ? Combien ont-elles fait de victimes ? Qui sont les suspects ?

Des bombes et encore des bombes… Une dizaine d’engins explosifs ont été découverts à New York et dans le New Jersey, aux Etats-Unis, depuis samedi. Deux d’entre eux ont explosé. Les autres bombes ont été retrouvées à temps par les autorités. Où ont été retrouvées les bombes ? Combien ont-elles fait de victimes ? Qui sont les suspects ?

ahmad-khan-rahami-2.jpg

1 Combien de bombes ?

Une dizaine de bombes, trois lieux visés… Les Etats-Unis font face depuis samedi à une série d’attaques à la bombe, qui sont intervenues en même temps qu’une attaque au couteau dans le Minnesota, revendiquée par l’Etat islamique.

Cinq bombes artisanales explosent dans une gare du New Jersey

2 Où ont été retrouvées ces bombes ?

  • Deux bombes à Chelsea, à New York

Une bombe a explosé samedi en début de soirée dans le quartier de Chelsea à New York. La déflagration a fait 29 blessés légers.

L’explosion a retenti vers 20h30 locales (2h30 en France), sur la 23e rue entre les 6e et 7e Avenues, dans le quartier de Chelsea, à une heure où ses nombreux bars et restaurants sont très fréquentés.

<p>Members of the Federal Bureau of Investigation (FBI) and other law enforcement officials investigate a residence in connection to Saturday night’s bombing in Manhattan on Sept. 19, 2016 in Elizabeth, N.J. (Drew Angerer/Getty Images)</p>

La déflagration, qui a secoué le quartier, a aussi fait de nombreux dégâts encore très visibles dimanche, avec de nombreux débris et éclats de verre sur la 23e rue.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a par ailleurs confirmé qu’un autre engin explosif – une cocotte-minute remplie de fragments métalliques, à laquelle avaient été attachés des fils électriques et un téléphone portable à clapet, selon les médias – avait été retrouvé quelques pâtés de maison plus loin, sur la 27e rue.

Attentat aux Etats Unis : Une explosion dans la gare d’Elisabeth, New Jersey, pendant que le FBI essayait de désamorcer un colis suspect

Celui-là n’a pas explosé et la police est en train d’analyser l’engin.
Les enregistrements de vidéosurveillance obtenus par les autorités montrent un même homme près du lieu de l’explosion et près de la bombe qui n’a pas explosé.

  • Quatre bombes à Seaside Park, dans le New Jersey

Plus tôt samedi, dans le New Jersey, un Etat limitrophe de New York, une bombe artisanale avait déjà explosé, sans faire de victimes, dans la ville de Seaside Park, sur le parcours d’une course à pied à laquelle participaient des centaines de coureurs.

<p>Onlookers watch while Federal Bureau of Investigation (FBI) personnel search an address during an investigation into Ahmad Khan Rahami, who was wanted for questioning in an explosion in New York, which authorities believe is linked to the explosive devices found in New Jersey, in Elizabeth on Sept. 19, 2016. (REUTERS/Eduardo Munoz)</p>

Trois autres bombes à retardement ont été retrouvées sur place. Par chance, aucune d’entre elles n’a fonctionné.

  • Plusieurs engins explosifs à la gare d’Elizabeth, dans le New Jersey

Dimanche soir, un autre colis suspect a été repéré aux abords de la gare d’Elizabeth, dans le New Jersey, Etat limitrophe de New York, a indiqué lors d’un point de presse le maire de la ville, J. Christian Bollwage.

Deux passants ayant aperçu des fils électriques et un tuyau métallique sur ce colis sont à l’origine de l’alerte. La gare d’Elizabeth a été fermée et le trafic ferroviaire interrompu, a indiqué dimanche, sur son compte Twitter, la régie des transports du New Jersey (New Jersey Transit).

Ce lundi matin, le maire de la ville d’Elizabeth a finalement indiqué à la chaîne de télévision CNN que la police a retrouvé plusieurs engins explosifs dans un sac à dos, placé dans une poubelle.

Afficher l'image d'origine

Un robot démineur a été employé pour les examiner, et « lorsqu’il a coupé un fil sur l’un des engins, celui-ci a explosé », a expliqué Chris Bollwage.

Cette dernière découverte paraît d’autant plus inquiétante que la ville d’Elizabeth est toute proche du deuxième aéroport de New York, Newark, et que le colis suspect a été trouvé dans la gare d’où partent les trains pour l’aéroport.

ccvv

3 Combien de victimes ?

Seule la première bombe déposée à Chelsea a fait des victimes. 29 blessés légers, qui sont tous déjà sortis de l’hôpital, selon la télévision locale NY1.

L’explosion à Seaside Park n’a, elle, pas fait de victimes, sans doute parce que le départ de la course avait été retardé, selon un porte-parole du procureur local. Tous les autres engins explosifs ont quant à eux été découverts avant d’exploser.

4 Quels liens entre les différentes bombes ?

Les autorités refusent, pour le moment, de relier les trois affaires.

Il est, par contre, plus que probable que les deux engins explosifs retrouvés à Chelsea, à proximité l’un de l’autre, aient été déposés par le même individu. Selon la chaîne de télévision CNN, les enregistrements de vidéosurveillance obtenus par les autorités montrent en effet un même homme près du lieu de l’explosion et près de la bombe qui n’a pas explosé.

hh

Les deux bombes étaient par ailleurs très similaires : une cocotte-minute remplie de fragments métalliques, à laquelle avaient été attachés des fils électriques (des guirlandes de Noël) et un téléphone portable à clapet.

Impossible d’en dire plus pour le moment.

kk

5 Que sait-on des auteurs de ces attaques ?

Cinq personnes ont été interpellées dimanche à New York dans le cadre de l’enquête sur l’attaque perpétrée samedi à Chelsea.

Ces arrestations ont été rapportées par plusieurs médias locaux, citant des sources policières. Sollicité par l’AFP, un porte-parole de la police a refusé de commenter et renvoyé vers le FBI (police fédérale) qui n’a pas confirmé ces interpellations. Selon les médias locaux, les cinq suspects auraient été arrêtés à bord d’un véhicule qui circulait sur une autoroute au sud de New York.

pp

Les enquêteurs ont par ailleurs diffusé un avis de recherche, concernant un homme de 28 ans : Ahmad Khan Rahami. 

Le porte-parole de la police de New York, J. Peter Donald, a tweeté une photo de ce suspect. Le maire de la ville Bill De Blasio, interrogé sur la chaîne de télévision CNN, a précisé que l’homme pouvait « être armé et dangereux ». Ahmad Khan Rahami est d’origine afghane et réside dans le New Jersey, Etat voisin de New York.

Il pourrait s’agir du suspect apparaissant sur la vidéosurveillance récupérée à Chelsea.

<p>Ahmad Khan Rahami is taken into custody after a shootout with police Monday, Sept. 19, 2016, in Linden, N.J. Rahami was wanted for questioning in the bombings that rocked the Chelsea neighborhood of New York and the New Jersey shore town of Seaside Park. (Ed Murray/NJ Advance Media via AP)</p>

6 Y a-t-il eu des revendications ?

A l’inverse de l’attaque au couteau menée dans le Minnesota et revendiquée par l’Etat islamique, le chef de la police de New York, James O’Neill, a indiqué dimanche que l’explosion de Chelsea n’avait été revendiquée « par aucun individu ni organisation ». Pas de revendication non plus pour les engins explosifs retrouvés dans le New Jersey.

<p>Federal Bureau of Investigation (FBI) personnel search an address during an investigation into Ahmad Khan Rahami, who was wanted for questioning in an explosion in New York, which authorities believe is linked to the explosive devices found in New Jersey, in Elizabeth on Sept. 19, 2016. (REUTERS/Eduardo Munoz)</p>

De manière générale, les autorités se sont montrées très prudentes ce dimanche dans leur manière de qualifier ces attaques.

A New York, seul le gouverneur, Andrew Cuomo, a estimé que puisqu’il y avait une bombe, il y avait « clairement acte de terrorisme », même s’il a souligné qu’il n’existait à ce stade « aucun lien avec le terrorisme international » et que l’enquête n’en était « qu’à ses débuts ».

<p>Ahmad Khan Rahami is taken into custody after a shootout with police Monday, Sept. 19, 2016, in Linden, N.J. (Ed Murray/NJ Advance Media via AP)</p>

Bill de Blasio, maire de New York qui accueille à partir de lundi des chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier pour un sommet de l’ONU sur les migrations placé sous haute surveillance, a refusé d’aller si loin.

« On sait qu’il y a eu une bombe, ça, c’est clair. Mais il va falloir travailler encore beaucoup pour savoir quelle motivation était derrière. »

<p>A picture of Ahmad Khan Rahami, the man believed to be responsible for the explosion in Manhattan on Saturday night and an earlier bombing in New Jersey, is displayed at a news conference at New York City police headquarters on Sept. 19, 2016 in New York City. Rahami was taken into custody on Monday afternoon following a gunfight where he was wounded by he police in Linden, N.J. (Spencer Platt/Getty Images)</p>

7 Quelles mesures de sécurité ?

Les mesures de sécurité, déjà omniprésentes à New York où les attentats meurtriers du 11 septembre 2001 ont été commémorés il y a huit jours, ont été renforcées.

Quelque 1.000 agents supplémentaires ont été déployés dans la première mégapole américaine, où le président Barack Obama est arrivé dimanche après-midi, en vue de l’Assemblée générale de l’ONU annuelle qui se tient cette semaine au niveau des chefs d’Etat.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a cependant souligné que cette mesure était prise par « précaution ». Car « nous n’avons aucune raison de penser qu’il y a d’autres menaces immédiates ».

« >ggg

 

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :