Le candidat républicain, qui n’a pas hésité à rassurer ses électeurs sur la taille de son pénis, multiplie les attaques en dessous de la ceinture… Un jeu dangereux.

Donald Trump a-t-il un problème avec le sexe ?

Mais quelle mouche l’a piqué ? En quelques semaines, Donald Trump a enchaîné les saillies en dessous de la ceinture.

ivanka_trump_nude

Le candidat n’hésite pas à rappeler à quel point sa femme est sexy ou à affirmer que sa fille, alors âgée de 16 ans était « canon« , et que s’il n’était pas son père, il essaierait sûrement d’obtenir un rancard avec elle. Un vrai gentleman, ce Donald !

15442422

A tel point qu’il a dû faire marche arrière, vendredi soir, après la divulgation de propos particulièrement obscènes tenus en 2005 à l’encontre des femmes (« Je suis attiré par la beauté comme un aimant […] Je les embrasse direct… Quand on est célèbre, elles nous laissent faire tout ce qu’on veut ; les attraper par la chatte… on fait tout ce qu’on veut »), lâchant de rarissimes excuses dans une vidéo de contrition. Un désastre, à deux jours du deuxième débat contre Hillary Clinton.

https://www.washingtonpost.com/video/c/embed/3bf16d1e-8caf-11e6-8cdc-4fbb1973b506

Les propos obscènes de Trump sur les femmes « écoeurent » son propre camp.

Les propos obscènes de Trump sur les femmes "écoeurent" son propre camp

A deux jours d’un débat crucial contre Hillary Clinton, Donald Trump a été forcé de présenter des excuses pour ses propos particulièrement dégradants datant de 2005.

Panique à bord ! La campagne de Donald Trump pour la Maison Blanche était secouée comme jamais samedi par la diffusion de propos machistes tenus en 2005 et évoquant des comportements proches du harcèlement sexuel. Condamné immédiatement par des ténors républicains, le candidat a présenté des excuses.

« Je n’ai jamais dit que j’étais une personne parfaite », a déclaré Donald Trump dans une vidéo diffusée sur Facebook au milieu de la nuit de vendredi à samedi. « Ceux qui me connaissent savent que ces paroles ne reflètent pas qui je suis. Je l’ai dit: j’avais tort et je m’excuse ».

15442462

La vidéo en question fait partie de chutes d’images filmées par NBC en septembre 2005 pour une émission et divulguées vendredi par le Washington Post, puis par NBC. Alors homme d’affaires et vedette de télévision, Donald Trump est enregistré à son insu en train de décrire sa façon d’approcher les femmes qui l’attirent.

« Quand on est une star, elles nous laissent faire. On fait tout ce qu’on veut », dit Donald Trump.

« Prenez-les par la chatte » dit-il également.

A l’époque, il n’est qu’un milliardaire à la réputation de coureur de jupons, accusé mais jamais condamné pour harcèlement sexuel. Il a épousé sa troisième femme, Melania Knauss, huit mois plus tôt.

fb

Les pires citations de Donald Trump

« Je les embrasse, je n’attends même pas »

Dans la vidéo de 2005, le magnat raconte aussi à son acolyte une tentative infructueuse de séduire une femme.

« J’ai essayé mais j’ai échoué », dit Donald Trump. « J’ai essayé de me la faire, elle était mariée », ajoute-t-il, en employant là encore un mot vulgaire pour l’acte sexuel.

Puis les deux hommes aperçoivent une actrice qui les attend à l’extérieur. « Il faut que je prenne des Tic-Tac au cas où je l’embrasse », dit Donald Trump. « Je suis automatiquement attiré par les belles… je les embrasse tout de suite, comme un aimant. Je les embrasse, je n’attends même pas ».

15442446-1

Dans son message d’excuse, Donald Trump a organisé la contre-attaque en rappelant le passé du mari de son adversaire, Bill Clinton.

« J’ai dit des choses bêtes mais il existe une grande différence entre les mots et les actes d’autres gens. Bill Clinton a réellement maltraité des femmes, et Hillary a harcelé, attaqué, humilié et intimidé ses victimes. Nous en parlerons dans les prochains jours », promet le candidat.

Reste que son rarissime acte de contrition est à la mesure de la panique au sein du camp républicain. Les élections présidentielle et législatives ont lieu simultanément dans un mois et de nombreux républicains craignent que le milliardaire n’emporte avec lui tout le parti.

15442426

Désavoué par son camp.

Toute la soirée, les condamnations de ténors se sont succédé, dont Jeb Bush, Mitt Romney, Ted Cruz, Marco Rubio et d’autres élus.

dgdg

« Je suis écoeuré par ce que j’ai entendu aujourd’hui », a déclaré Paul Ryan, l’homme fort du Congrès, en annulant la participation de Donald Trump à un rassemblement dans son Etat du Wisconsin samedi.

Le gouverneur républicain de l’Utah, Gary Herbert, et l’élu du Congrès Jason Chaffetz sont allés plus loin en annonçant qu’ils ne voteraient pas pour Donald Trump, sans aller jusqu’à soutenir Hillary Clinton.

Mais très peu de personnalités républicaines ont appelé au retrait du candidat du scrutin, une éventualité de toute façon peu réaliste car le vote anticipé a déjà commencé dans plusieurs Etats.

15442428

Donald Trump pouvait compter sur quelques défenseurs, dont le présentateur de Fox News Sean Hannity, qui a accusé à l’antenne Hillary Clinton d’avoir été complice pour dénigrer les accusatrices de son mari.

Mais la vidéo renforce les arguments du camp démocrate à la veille du second débat, qui s’est fait une spécialité de produire des compilations de déclarations de Donald Trump parlant des femmes.

Le malaise gagne au sein du camp républicain. Car quand il s’agit de sexe, Donald Trump semble sans limite. Le candidat à la Maison Blanche n’hésite pas à utiliser le champ lexical du viol pour parler de… politique internationale. Le partenariat transpacifique, signé en février par l’administration Obama ? « C’est un viol de notre pays. C’est un mot dur, mais c’est bien cela : un viol de notre pays. » La politique commerciale de Pékin : « On ne peut pas laisser la Chine violer notre pays, et c’est ce qu’elle fait ! » Les émigrés mexicains ? Des « violeurs » !

La question est donc légitime : Donald Trump a-t-il un (sérieux) problème avec le sexe ?

15442430

Le sexe, arme ultime de déstabilisation.

Donald Trump l’a montré à de multiples reprises : dès qu’il est acculé, dès qu’il n’a plus d’arguments ou dès qu’il est déçu par sa prestation, il attaque en dessous de la ceinture. Ses cibles ?

  • Une journaliste 

A propos d’une journaliste de Fox News trop tenace à son goût lors du premier débat télévisé entre les candidats à la primaire républicaine, en août 2015, il insinue que c’est parce qu’elle avait ses règles :

« On pouvait voir du sang sortir de ses yeux, du sang sortir de son… où que ce soit », avait-il lâché sur CNN à propos de Megyn Kelly qui l’avait justement interrogé sur des insultes sexistes proférées par le passé.

Pour se défendre, Donald Trump avait dû préciser qu’il pensait à… son nez, bien sûr !

kojijijiji

Ce qui ne l’a pas empêché, un an plus tard, d’attaquer la même journaliste parce qu’elle posait en nuisette dans GQ.

  • Hillary Clinton

Dans le monde selon Trump, la femme libre (une journaliste qui lui tient tête, une femme qui avorte ou encore une femme de pouvoir comme Hillary Clinton) trahit son groupe social, « dont la condition est de rester celle de dominées », analyse « La Tribune de Genève ». Des « impures » qu’il traite sans scrupule de « chiennes » ou de « cochonnes ».

Ainsi, lorsque Hillary Clinton s’absente aux toilettes pour quelques minutes lors d’un débat télévisé entre démocrates, Donald Trump lance à son entourage :

« Je sais où elle est allée, c’est dégoûtant… »

« En matière de pureté, Trump exprime souvent son dégoût pour les femmes et le corps des femmes », analyse le professeur de psychologie à la University of Southern California, Jesse Graham, cité par le journal suisse.

  • Une ex-Miss Univers

Au lendemain du premier débat présidentiel, c’est finalement une autre polémique qui éclate : celle entre le candidat républicain et une ex-Miss Univers (un concours dont il a longtemps été l’organisateur), citée lors du débat par Hillary Clinton, pour appuyer une attaque sur la misogynie du républicain.

Trump se déchaîne dans une série de tweets postés entre entre 3h20 et 5h30 du matin et se permet même d’évoquerune « sex-tape » de la jeune femme.

  • Bill Clinton

Beaucoup plus récemment, c’est au travers de Bill Clinton que le candidat républicain a tenté de déstabiliser sa rivale. D’abord en l’accusant de viol, en référence à des affaires datant des années 1990 (alors que Donald Trump lui-même est accusé d’agression sexuelle).

15442432

Donald Trump is interviewed in New York, Monday, April 25, 2011. The real estate mogul criticized Republicans for embracing Rep. Paul Ryan’s plan to cut Medicare and seemed hurt that 2008 GOP nominee John McCain had suggested Trump’s potential presidential bid was a publicity grab.

Puis en menaçant, à la veille du si crucial premier débat entre les deux candidats à la Maison Blanche, d’inviter une ancienne maîtresse de Bill Clinton, Gennifer Flowers, au débat. « Que Donald Trump passe des heures avant ce débat sur ce genre de choses montre quel genre de leader il serait : un président d’école maternelle », avait répliqué Robby Mook, le responsable de la campagne de Hillary Clinton.

« Comme il n’a pas de connaissances en économie ou de culture internationale, il use des techniques de personnage de télé, de show man », analyse le sexologue et psychologue des personnalités politiques Pascal de Sutter:

« Il met les rieurs de son côté ou tente de choquer pour noyer le poisson. Ce n’est pas forcément une stratégie de com’, c’est plus son côté spontané, provocateur… »

« Mais il joue aussi sans doute sur le contraste avec Hillary Clinton, qui est considérée comme une incarnation du système par une partie des Américains. Comme François Hollande a joué le contraste avec Nicolas Sarkozy avec le ‘président normal’. »

Le tweet de Donald Trump avec des soldats nazis

Le tweet de Donald Trump avec des soldats nazis.

Le sexe, objet de glorification personnelle.

Les femmes sont une cible, et pourtant Donald Trump met en scène sa propre intimité. En témoigne sa sortie, lunaire, en plein débat face à ses concurrents républicains, sur la taille de ses mains et… de son pénis. Ou le fait que le candidat à la Maison Blanche apparaîtrait lui-même dans un film érotique, diffusé dans les années 2000 par Playboy.

Inconciliable ? Pas du tout, assure  Pascal de Sutter.

« Il y a une certaine cohérence dans son discours. C’est un discours très ‘salaucrate’. Quand c’est une femme, c’est une salope, une traînée, etc. Si c’est un homme, c’est glorieux. Lui, il peut avoir ce genre de frasques, car c’est le mâle dominant, un leader. »

ivanka_trump_nude2

Et sa propre épouse peut-elle poser nue ? Pour Pascal de Sutter, qui a vécu au Canada pendant 12 ans, si les Etats-Unis ont un côté très puritain, le sexe y occupe également une place très importante, notamment à la télévision. A propos des frasques des Trump, il souligne :

« Aux USA, ils ont un côté brut de décoffrage. Mais regardez Nicolas Sarkozy qui exhibe sa nouvelle conquête, une ex-mannequin. C’est un peu une manière aussi de dire qu’il est viril ! Mais c’est peut-être un peu plus subtil en France… »

EN IMAGES. États-Unis : les pires citations de Donald Trump

Seule limite, aux Etats-Unis : l’adultère.

« Un homme peut se marier cinq fois [Donald Trump en est à son troisième mariage, NDLR] mais il doit être exclusif dans son mariage. Les Clinton ont un peu transgressé ce tabou. Surtout que Bill Clinton n’a pas assumé. S’il avait dit ‘je suis l’homme le plus puissant du monde, j’attire les femmes, j’ai craqué’, ça aurait sans doute fait pschitt, comme les frasques de Jacques Chirac ou de François Mitterrand. La force de Donald Trump c’est d’avoir un côté bourru, brut, et de l’assumer ! »

15442440

Republican presidential hopeful Donald Trump speaks at the Republican Party of Arkansas Reagan Rockefeller dinner in Hot Springs, Ark.

Le sexe, mode de mobilisation inédit.

Discours, polémiques, coups bas… le sexe est omniprésent dans la campagne Trump. Pas étonnant alors que ses supporteurs suivent le mouvement !

Certains de ces supporteurs ont par exemple créé une série de t-shirts non-officiels qui appellent à « écraser cette salope » (« Trump that bitch »), l’insulte étant évidemment une référence à Hillary Clinton, vue par les fans de Donald Trump comme celle qui a été cocufiée par son mari, mais qui est restée malgré tout. Un autre t-shirt compare les performances sexuelles de la candidate Hillary Clinton et celles de l’ancienne maîtresse de Bill Clinton, Monica Lewinsky.

ygygyg

D’autres supporteurs du républicain ont lancé au début de l’année le mouvement des « Babes for Trump », photos dénudées et sexy de jeunes filles qui posent tantôt avec des maillots de bain aux couleurs du drapeau américain, tantôt des armes à feu.

uhhuyggyg

La nudité est là un nouveau moyen de mobilisation. Mais les anti-Trump ont répliqué : le photographe américain Spencer Tunick a ainsi rassemblé 100 femmes en juillet, pour lutter contre « une rhétorique de haine contre les femmes et les minorités ».

Des artistes s’emparent du sujet. On pense évidemment aux statues de Donald Trump nu (et dont la taille du pénis n’est pas à son avantage) créées et installées illégalement par le collectif anarchiste Indecline. On pense aussi à l’œuvre de la jeune artiste californienne Illma Galore, représentantDonald Trump avec un micro pénis, qui avait valu à son auteur d’être agressée.

mlmlmlmm

Notons également l’initiative décalée d’un couple d’Américains qui appelle à… la grève du sexe contre Donald Trump. Leur slogan : « Vote Trump, fais-toi larguer. » « Pas de sexe, pas de rencard, pas de flirt » avec les partisans du candidat républicain.

EN IMAGES. États-Unis : les pires citations de Donald Trump

Donald Trump gestures after speaking at the Conservative Political Action Committee annual conference in National Harbor, Md., Thursday, March 6, 2014. Thursday marks the first day of the annual Conservative Political Action Conference, which brings together prospective presidential candidates, conservative opinion leaders and tea party activists from coast to coast.

Un jeu dangereux.

La multiplication des allusions sexuelles pourraient finir par lui coûter cher. « C’est un jeu dangereux, notamment en raison du vote des femmes », relève Pascal de Sutter. Et le sexologue de pronostiquer un changement de comportement du candidat :

« Il va devoir se calmer. Il a plu par ses excès, son côté anti-système. Mais il fait face à un autre défi maintenant, notamment dans son rapport au sexe. Il doit réussir à montrer qu’il peut être un bon père de famille, rassurant. […] Sinon l’abstention des puritains et des femmes pourrait faire basculer le scrutin. »

15442452

Donald Trump, a candidate for the 2016 Republican nomination for President of the United States, arrives via helicopter at the Albemarle Estate at the Trump Winery in Charlottesville, Virginia on Tuesday, July 14, 2015. Trump was in Virginia to appear at the ribbon cutting for the new business venture.

15442444

Donald Trump flies over a gun rights rally after speaking at the Empire State Plaza

15442460

i-8

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :