Inversion des rôles : aujourd’hui ce sont les flics qui appellent au secours, exigent qu’on les protège et qu’on leur rende justice.

manifestations police viry chatillon hollande

Il est quand même étrange que le mouvement déclenché dans la police ait pu provoquer cette surprise apeurée. S’il y avait quelque chose de prévisible, c’était bien cette réaction d’exaspération d’un corps soumis à toutes sortes de pressions et qui mesure tous les jours qu’il n’a plus les moyens d’accomplir les missions qu’on exige de lui. Alors, bien évidemment ce mouvement d’humeur, qui n’est pas le prodrome d’un coup d’État fasciste, soyons sérieux, charrie beaucoup de choses.

Afficher l'image d'origine

Tout d’abord il n’est incontestablement pas homogène, même s’il n’y a aucune raison que l’influence du Front National n’y soit pas forte, comme dans le reste du pays où l’on n’est pas loin de voir un Français sur trois envisager de lui apporter sa voix. Il y a ensuite ce rapport très français à la police, où chaque couche sociale aspirant à l’hédonisme sécuritaire et comptant sur la police pour le lui assurer, est prompte, quand elle est confrontée à celle-ci, à faire sien le folklore anti-flics. Et dans la situation d’aujourd’hui, les fonctionnaires de police vivent de plus en plus mal leurs mises en cause systématiques, et la complaisance avec laquelle la bien-pensance médiatique les relaie. Alors, débarrassons-nous des fantasmes de 6 février 34 et des «no pasaran » de pacotille, et essayons de comprendre ce que raconte cet épisode, et pourquoi, aujourd’hui, l’institution chargée du sale boulot, le corps qui est par définition chargé de se taper le sale boulot se met à renâcler.

Afficher l'image d'origine

Quelques chiffres difficilement contestables. En 2015, policiers et gendarmes ont eu 1032 blessés par mois dans leurs rangs. Au premier semestre 2016, 6 753 blessés “en mission ou en service» pour la seule police, soit une augmentation de 14% par rapport à la même période en 2015. Bien sûr, toutes les blessures ne sont pas de même gravité, mais il est clair que les conditions de travail et d’intervention se sont considérablement dégradées, et que le sentiment de ne pas avoir les moyens d’accomplir leur mission est général. Et quand on parle des moyens, ce ne sont pas seulement les moyens matériels mais aussi ceux que confère la légitimité et l’autorité. Sur le front de la « petite délinquance » celle qui pourrit la vie des gens et nourrit le sentiment d’insécurité, mais aussi celui de l’intervention dans les « quartiers », les policiers se sentent abandonnés, mais également méprisés. Et de ce point de vue l’actuel pouvoir socialiste est complètement irresponsable. Quand Edwy Plenel dont la proximité avec les huiles de la police est notoire, anime une campagne à base d’affiches : « urgence la police assassine », le ministre de l’intérieur, face à l’insulte reste coi. Lorsqu’un avocat ami intime du Président poursuit d’une vindicte inlassable de jeunes policiers pour leur faire porter une responsabilité qui n’est pas la leur, n’hésitant pas à vilipender violemment la décision de justice qui a reconnu leur innocence, Madame Taubira, garde des sceaux reste muette. Et quand quatre fonctionnaires affectés à une mission de la plus haute importance qui consistait à surveiller une caméra de surveillance surveillant un carrefour(!), sont l’objet d’une tentative d’assassinat qui laisse deux d’entre eux très grièvement blessés et provoque une émotion considérable, il ne vient pas à l’esprit du Président de la République de reporter l’un des rendez-vous journalistiques qu’il affectionne tant pour se rendre à leur chevet à l’hôpital ! Rappelons aussi l’instrumentalisation, par leur commandement, des forces de l’ordre dans la répression des manifestations contre la loi El Khomry, avec l’objectif évident et cynique de déconsidérer le mouvement. Il y a enfin le mur d’incompréhension dressé entre police et justice, dont ni Christiane Taubira, ni Bernard Cazeneuve n’ont vraiment mesuré le caractère délétère.

Afficher l'image d'origine

En conséquent, il ne faut pas se demander pourquoi cette poussée de fièvre a lieu mais pourquoi elle n’a pas eu lieu plus tôt. La réponse tient à la concomitance entre ce mouvement et la constatation par un pays effaré de la réalité de l’exercice du pouvoir par François Hollande. Avec la publication de ses confidences  à Davet et Lhomme, le sentiment d’un affaiblissement de l’État s’est transformé en certitude. L’autorité et maintenant la légitimité du Président de la République mais aussi de tous ses ministres ont définitivement volé en éclats. Et cela, les policiers l’ont brutalement mesuré, assurés du fait qu’il n’était même plus question de rapport de force, puisque le pouvoir n’en avait aucune. L’épisode risible du communiqué du directeur général venant après l’utilisation par Bernard Cazeneuve du terme « sauvageons » pour les criminels de Viry-Châtillon a fini de leur démontrer. Jean-Marc Falcone l’a  en effet joué « jugulaire, jugulaire, silence dans les rangs » et annoncé l’ouverture de procédures disciplinaires. C’était précisément ce qu’il fallait faire pour étendre l’incendie à toute la prairie. Et la vieille ficelle des médias amis qui a consisté à hurler au danger fasciste est tombée complètement à plat. Le FN, qui ne doit d’ailleurs pas être le seul, essaie de tirer son épingle du jeu ? Sans blague. Sauf que Marine Le Pen n’a guère à se fatiguer pour préparer 2017.

Afficher l'image d'origine

La seule chose qui empêche que se noue une crise gravissime, c’est la perspective des élections présidentielles de 2017. En attendant, la France donne au monde l’image d’un étonnant foutoir : le terrorisme à l’affût, une police en rébellion, un état qui n’embraye plus, des ministres tout occupés à la succession, une droite engluée dans le piège de sa primaire, Jean-Luc Mélenchon engagé dans une lutte à mort avec ce qui reste du PCF. Autant dire qu’il n’y a plus dans l’avion de pilote, ni d’hôtesse, ni de steward, ni personne vers qui le peuple français puisse se tourner.

Afficher l'image d'origine

A moins que la situation soit plus périlleuse encore et que François Hollande, tel le pilote de la Germanwings, se soit enfermé dans le cockpit.

Afficher l'image d'origine

Fatale erreur, avant de l’envoyer battre Nicolas Sarkozy les Français ont oublié de vérifier s’il avait son brevet de pilote. Ou emmène-t-il l’avion ? Personne ne le sait vraiment, mais tout le monde espère que l’on parviendra à ouvrir la porte au mois de mai prochain, et que l’appareil ne sera pas trop abîmé.

Afficher l'image d'origine

Face à la colère qui gronde, le gouvernement appelle les policiers à « continuer le dialogue »

ea7b50195cdbd1dfa22cbdfb9680e6c3a152eaf41

Face à une mobilisation qui s’étend en province, le gouvernement a appelé jeudi les policiers à « continuer le dialogue » et condamné l’« utilisation politique » de leur mouvement par l’opposition, alors que de nouveaux rassemblements se préparaient dans la nuit.

A Paris et à Lyon notamment, de nouveaux rassemblements étaient prévus jeudi soir, tandis qu’à Tarbes, une cinquantaine de policiers se sont rassemblés en fin de journée dans la cour du commissariat de la préfecture des Hautes-Pyrénées.

Afficher l'image d'origine

La nuit précédente, plusieurs centaines de policiers de la région parisienne avaient bravé leur devoir de réserve pour défiler sur les Champs-Élysées, après s’être réunis place de la République. En civil, ils ont remonté l’avenue, puis entonné la Marseillaise au pied de l’Arc de Triomphe.

Apparue dans l’Essonne, où quatre agents ont été attaqués au cocktail Molotov le 8 octobre à Viry-Châtillon, cette colère fait tache d’huile depuis lundi. Des rassemblements se sont notamment tenus mercredi à Toulouse, Bordeaux, Nancy, Toulon, Nice et Marseille.

Afficher l'image d'origine

Depuis Francfort où il était en déplacement, le Premier ministre Manuel Valls a exhorté les policiers à « continuer le dialogue » entamé avec le gouvernement.

La veille, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait promis aux syndicats policiers, eux-mêmes dépassés par leur base, qu’une concertation serait lancée dès lundi dans les départements, venant compléter un plan « de sécurité publique » prévu en novembre. Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a, lui, promis « la plus grande fermeté » envers ceux qui s’en prennent aux fonctionnaires de police.

Afficher l'image d'origine

Cette intervention a été vivement critiquée par le syndicat de la Magistrature (gauche), qui a estimé jeudi que le garde des Sceaux se comporte en « ministre de la police » en reprenant à son compte le discours « simpliste » de policiers sur « le prétendu laxisme de la justice ».

Les syndicats policiers réclament désormais d’être reçus par François Hollande. Et demandent la révision des règles de la légitime défense et le retour des peines planchers pour les agresseurs de policiers et gendarmes, créées par la droite et supprimées par la gauche.

8096264e4cc95796e2f9b92cc9902befe3fd9cb0

Rôle du FN en question.

Sur la défensive, le gouvernement pointe la responsabilité vers la droite, qui a supprimé selon lui 10.000 postes sous la présidence Sarkozy.

« Je demande à tous les responsables politiques de la dignité, de la hauteur de vue. L’utilisation politique de cette expression n’est pas digne. Surtout quand soi-même on n’a pas été à la hauteur, je parle de l’opposition, de ce qu’il fallait faire pour les policiers », a lancé Manuel Valls.

Afficher l'image d'origine

« Mensonges », a rétorqué l’ancien chef de l’État, candidat à la primaire de droite. « La Cour des comptes a publié un rapport démontrant qu’en décembre 2015 il y avait 868 policiers et gendarmes de moins à l’époque de M. Hollande qu’avec moi », a-t-il affirmé.

« Nous avons créé près de 6.500 emplois, il en reste 2.500 à créer en 2017 », a riposté Bernard Cazeneuve, en marge d’un déplacement à Villeneuve-d’Ascq (Nord).

bernard cazeneuve

De son côté, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a dit voir la « patte » du Front national dans ces actions « hors la loi » d’agents de police.

Un soupçon balayé par le FN, dont la présidente Marine Le Pen a évoqué le mécontentement « légitime et sain » des policiers.

Afficher l'image d'origine

« Voir la patte du FN sur ces rassemblements relève du fantasme », a assuré à l’AFP un haut cadre de la police nationale, pour qui cette fronde révèle surtout « que les policiers ne font plus confiance à leurs syndicats ».

Pour un policier qui s’exprimait sous couvert d’anonymat, l’attaque de Viry-Châtillon a simplement été « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ».

L’adjoint de sécurité de 28 ans, le plus grièvement touché lors de ces violences et toujours hospitalisé, « n’est plus sous assistance respiratoire et les médecins ont commencé à le sortir progressivement de son coma artificiel », a indiqué à l’AFP une source policière.

4d6f2bddfba63ffa5a994fadb8c77c09c7fd42ad

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :