La mesure suit une campagne célébrant un célèbre fabricant de bombes ;
Le Hamas appelle ses soutiens à trouver un réseau social alternatif.

screen-shot-2017-01-08-at-12-30-54-pm1-635x357
Le site d’information officiel du Hamas, le 8 janvier 2017.

Le Hamas a fustigé le géant des réseaux sociaux Facebook pour la fermeture de plus de cent pages appartenant au groupe terroriste qui contrôle la bande de Gaza ou le soutenant.

Les fermetures ont eu lieu jeudi, suite à une campagne du Hamas sur les réseaux sociaux pour célébrer l’homme qui a fabriqué ses premières bombes dans les années 1990, Yahya Ayyash, surnommé « l’ingénieur ». Ayyash a été assassiné par Israël il y a 21 ans jeudi.

« Nous condamnons les mesures arbitraires prises par la direction de Facebook contre les pages et les comptes soutenant le mouvement du Hamas. Nous affirmons que ces pages ont le droit d’exprimer leurs opinions, comme n’importe qui d’autres, » a déclaré le porte-parole du Hamas, Husam Badran, dans un communiqué publié sur le site internet du groupe terroriste.

Badran a appelé les « militants palestiniens et les sites d’information palestiniens ayant des pages Facebook à chercher un remplacement [à Facebook] efficace. »

Le Hamas a déclaré que 90 pages appartenant au Hamas ou à des sites sympathisants avaient été fermées, ainsi que 30 pages d’individus.

D’autres sites d’information palestiniens ont déclaré sur Twitter que plus de 200 comptes pro-Hamas ont été fermés par Facebook depuis jeudi.

kjh

Jeudi, le responsable des médias du Hamas et de ses sites sympathisants a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour commémorer le 21e anniversaire de l’assassinat d’Ayyash avec pour slogan « sois comme Ayyash ».

220px-yahya_ayyash-195x2931

Ayyash a été assassiné par Israël en 1996 par le biais d’un téléphone portable contenant des explosifs actionnables à distance, qui lui avait été donné par un de ses amis proches qui travaillait pour le Shin Bet, l’agence de sécurité intérieure d’Israël.

Le Hamas accuse depuis longtemps Facebook de coopérer avec Israël contre lui, et de supprimer la liberté d’expression des Palestiniens.

ffff

Israël accuse Facebook de faciliter les incitations palestiniennes à la violence contre les Israéliens, particulièrement suite aux centaines d’attaques qui ont commencé en octobre 2015, qui ont été alimentées par des incitations à la violence publiées sur internet, selon les services de sécurité.

En avril, Facebook avait fermé la page du porte-parole de la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, le lendemain de son ouverture.

wsdfvd

Cependant, malgré la fermeture de nombreux comptes Facebook liés au Hamas jeudi, la page officielle des Brigades al-Qassam, considérées comme un groupe terroriste par la plupart des gouvernements occidentaux, est toujours en ligne.

Ayyash est toujours adulé non seulement par les partisans du Hamas, mais aussi par le Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a lui aussi publié jeudi sur Facebook et Twitter des posts commémorant la mort de « l’ingénieur ».

« L’engagement du Fatah restera l’engagement des martyrs », a déclaré le Fatah jeudi sur sa page Facebook officielle.

ereiierie

D’autre part, jeudi, le projet de loi dit Facebook, qui permettra à l’Etat de demander un ordre judiciaire pour forcer le réseau social à supprimer certains contenus sur la base de recommandations de la police, a été adopté en première lecture à la Knesset.

Le texte avait été proposé en juillet dernier par la ministre de la Justice Ayelet Shaked et par le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan, deux semaines après leur rencontre avec des dirigeants de Facebook à la Knesset.

f140226ark02-e1432824000383-635x357

Selon un porte-parole d’Erdan, Facebook aurait récemment accepté de supprimer 23 des 74 pages portées à son attention par Israël pour propagation d’incitations palestiniennes à la violence. « Leur politique de suppression [des contenus] est très, très, très stricte et la barre est placée très haut », avait indiqué le porte-parole au Times of Israël au mois de juillet.

De plus, en avril, les familles de cinq Américains tués ou blessés lors de récentes attaques palestiniennes en Israël avaient porté plainte contre Facebook pour un milliard de dollars. Ils accusent le réseau social de ne pas avoir interdit au Hamas d’utiliser sa plate-forme.

« Facebook a fourni en toute connaissance de cause du soutien matériel et des ressources au Hamas sous la forme de la plate-forme de réseau social sur internet de Facebook et de ses services de communications », ont déclaré les plaignants dans un communiqué de presse.

« Le Hamas a utilisé et s’est fié à la plate-forme de réseau social sur internet de Facebook et à ses services de communications, l’un de ses outils les plus importants pour faciliter et mener ses activités terroristes. »

 

 

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :