Explosion dans le métro à Saint-Pétersbourg, 11 morts : ce que l’on sait.

Attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg, lundi 3 avril

Une explosion a eu lieu lundi 3 avril à la mi-journée dans le métro de Saint-Pétersbourg. Dans un nouveau bilan publié lundi soir, les services antiterroristes ont fait état de 11 morts et 45 blessés hospitalisés, dans un communiqué aux agences russes. Auparavant, la ministre de la Santé Veronika Skvortsova avait évoqué à la télévision publique dix décès: sept personnes mortes sur place, une dans l’ambulance et deux à l’hôpital.

Attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg, lundi 3 avril

L’explosion meurtrière a eu lieu à 14h40 (11h40 GMT), selon les services secrets (FSB). Les images diffusées sur les réseaux sociaux et par les télévisions russes ont montré une rame de métro soufflée, et de nombreux voyageurs tentant de sortir des victimes des décombres.

Attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg, lundi 3 avril

Une autre bombe « désamorcée à temps »

Citant les secours, l’agence Reuters indique que « deux rames différentes ont été touchées dans deux stations du réseau » de métro de Saint-Pétersbourg. Pour autant, « il n’y a eu qu’une explosion entre (deux stations) quand la rame arrivait à la station Institut de technologie en provenance de la station Sennaïa (Plochtchad)« , selon cette source.

RUSSIA-METRO-BLAST

 L’ensemble des stations de métro du réseau ont été fermées. Peu après l’attaque, une bombe artisanale a été « découverte et désamorcée à temps » dans une autre station du centre de la ville, Plochtchad Vosstaniïa, a annoncé le Comité antiterroriste.
15983545

Enquête ouverte pour « acte terroriste »

Des enquêteurs sont allés sur place pour déterminer les premiers éléments, a annoncé le parquet de Saint-Pétersbourg dans un communiqué. Les autorités russes ont également annoncé l’ouverture d’une enquête pour « acte terroriste ». Le Comité d’enquête russe a toutefois précisé dans un communiqué, que les enquêteurs allaient examiner « toutes les autres pistes éventuelles ».

RUSSIA-BELARUS-DIPLOMACY

Le président Vladimir Poutine, qui se trouvait à Saint-Pétersbourg pour participer à une rencontre avec des journalistes russes, a présenté ses condoléances aux victimes lors d’une courte intervention télévisée. Il rencontre aujourd’hui son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko.

Résultat de recherche d'images pour "Alexandre Loukachenko"

Trois jours de deuil.

Le Kremlin a également précisé sur Twitter, que « toutes les mesures allaient être prises pour fournir une assistance aux personnes touchées par l’explosion de Saint-Pétersbourg ».

Un hélicoptère se pose près de la station de métro de Saint-Péterbourg après l'attentat

Les autorités ont annoncé le renforcement des mesures de sécurité dans le métro de Moscou et les aéroports. La municipalité de Saint-Pétersbourg a décrété trois jours de deuil.  Dès lundi soir, les habitants de l’ancienne capitale impériale affluaient avec des fleurs devant la station Sennaïa Plochtchad, d’où venait de partir le train quand l’explosion a eu lieu.

RUSSIA-METRO-BLAST

Le président François Hollande a exprimé lundi « sa solidarité avec le peuple russe » et indiqué que la France était « prête à répondre à toute demande d’assistance », selon un communiqué de l’Elysée. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl a également annoncé le redéploiement « de moyens pour assurer la sécurité dans les transports en commun en Île-de-France ».

15983547

#Saint-Pétersbourg

Les enquêteurs russes confirment que l’attentat de Saint-Pétersbourg a été perpétré par un kamikaze.

ij

L’attentat qui a fait 14 morts lundi dans le métro à Saint-Pétersbourg a été perpétré par un kamikaze, a annoncé ce mardi le Comité d’enquête russe dans un communiqué.

hv,

Les enquêteurs du Comité d’enquête, des services secrets et du ministère de l’Intérieur « ont établi que la bombe artisanale a pu être actionnée par un homme dont des restes ont été retrouvés dans le troisième wagon de la rame », indique le Comité d’enquête, en ajoutant que son identité a été établie mais qu’il la gardait secrète dans l’intérêt de l’enquête.

poutineok

 

L’auteur présumé de l’attaque serait un « kamikaze » originaire du Kirghizstan, selon les services de sécurité kirghizs. Il a été identifié comme Akbarjon Djalilov par les enquêteurs russes.

hd

Une enquête pour « acte terroriste ».

Le Comité d’enquête russe a annoncé lundi avoir ouvert une enquête pour « acte terroriste », tout en précisant que « toutes les autres pistes » seraient examinées. Les enquêteurs du Comité d’enquête, des services secrets et du ministère de l’Intérieur « ont établi que la bombe artisanale a pu être actionnée par un homme dont des restes ont été retrouvés dans le troisième wagon de la rame ».

Un homme lit un article sur le suspect de l'attentat du métro de Saint-Pétersbourg, Akbarjon Djalilov, le 4 avril 2017 à Moscou - - - AFP

Un « kamikaze » kirghize.

« Le kamikaze dans le métro de Saint-Pétersbourg était un ressortissant kirghiz (…) né en 1995 », a affirmé à l’AFP le porte-parole des services de sécurité kirghizs. « Il est probable qu’il a acquis la nationalité russe. » 

Résultat de recherche d'images pour "kamikaze" kirghize."

L’attentat, survenu lundi, n’a pour l’instant pas été revendiqué.

Les services de secours se déploient devant la station de métro Sennaïa Plochiad, après un attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg (Russie), le 3 avril 2017.

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :