Le Moyen-Orient est au bord de sa quatrième guerre; Après  la Syrie, l’Irak et le Yémen, un nouveau front
en Libye serait sur le point d’être ouvert.
Des sources militaires et de renseignement rapportent que l’Egypte est en train de masser des forces terrestres et aériennes de grande envergure dans le désert occidental le long de sa frontière avec la Libye, afin d’envahir la Cyrrénaïque contrôlée actuellement par l’Etat Islamique.

 

13

D’importante forces navales et marines seraient en passe de s’abattre autour de Derna ( 100.000 habitants), dont l’EI a fait sa capitale provinciale. Elles pourraient être appuyées par des parachutistes.

gh

Pour le président El-Sissi, la présence de l’EI dans l’est de la Libye est inacceptable, des rapports feraient état de la pénétration de certaines villes égyptiennes par des terroristes de l’Etat islamique ;  ils auraient même infiltrés certaines unités de l’armée.

uu

Le projet d’attaque « préventive » de la Libye par l’Egypte a été suivi de la visite du directeur de la CIA, John Brennan arrivé impromptu au Caire le 19 Avril, il voulait des informations précises sur cet projet de campagne par l’Egypte. Le président El Sissi lui a donné l’assurance qu’il retirerait ses troupes dés que les djihadistes seraient défaits et désarmés pour le restituer au gouvernement libyen en exil, installé à Tobrouk. Le gouvernement de Tobrouk a été formé par des parlementaires libyens, alors qu’il existe déjà un pouvoir à Tripoli mais qui est aux mains d’ islamistes qui comptent dans leurs rangs des éléments liés à Al-Qaïda et au Maghreb islamique, (AQMI).

'yh

Le gouvernement de Tobrouk est reconnu par les États-Unis et par la plupart des gouvernements occidentaux. Dans ces conditions le directeur de la CIA, au nom de l’administration Obama, a fait part à Sissi de son opposition à une invasion égyptienne directe de la Libye, mais que par contre il ne serait pas opposé que Le Caire agisse par l’intermédiaire des milices libyennes locales et plus précisément celles du général Khalifa Hifter, un libano-américain qui a mis en place une milice dans la ville libyenne de Benghazi pour combattre les islamistes.

rg

Le 2 Mars, le Premier ministre al-Thinni et le parlement de Tobrouk a, en effet, nommés le général Hifter au grade de lieutenant général pour en faire le commandant en chef de l’armée libyenne, avec pour missions de libérer la Libye de l’emprise des milices islamiques et pour reformer une armée nationale.
Au cours des 6 derniers  mois le président égyptien a donné à Hifter son soutien et lui a même fourni des armes, mais il n’a pas été convaincu de son efficacité.

th

On comprend bien que les USA ont mis en place leur pouvoir fantoche comme en Ukraine, comme ils le firent en Afghanistan avec le succès que l’on sait, ou en Irak, etc.; un pouvoir local auquel ils auraient aimé que l’Égypte adhère, faisant ainsi allégeance aux USA sur la tactique militaire à adopter au Proche-Orient.

tj

Brennan aurait alors fait pression sur le président égyptien pour qu’il suive la ligne de Washington, mais El-Sissi ne se serait pas laissé impressionner, il resterait sur son projet d’attaque directe.

jjj

Suite à cet entretien, les deux hommes ont fait paraître un communiqué commun selon lequel, après avoir discuté des « questions régionales, du terrorisme et des moyens de renforcer les relations bilatérales, les deux parties ont convenu de poursuivre les consultations et la coordination sur les questions d’intérêt mutuel. » Ce qui est une bonne façon d’éluder le différend, mais dont le vide du message démontre le peu de coordination.

te

Alors que l’Egypte est prête à jeter des forces terrestres, maritimes et aériennes dans son offensive en Libye, dans le même temps elle s’abstient de déployer ses troupes dans le conflit yéménite, même si elle fait partie de la coalition anti-terrorisme islamique. Ce qui ne l’empêche pas d’être déjà engagée contre l’EI dans le Sinaï. Elle se prépare donc maintenant à affronter le péril islamiste sur sa frontière occidentale.

tgj

L’indépendance d’action de ce général, -parvenu au pouvoir en Egypte acclamé par les foules suite au manoeuvres avortées du Printemps arabe diligentées des USA,- risque fort de déplaire à l’Empire… Surtout lorsque l’on sait combien est ambiguë la position américaine face à l’Etat islamique… L’inefficacité constatée du général Hifter cornaqué par les USA, constatée par le général Sissi, n’est peut-être pas entièrement fortuite.

(hh

L’Etat Islamique décapite cinq journalistes en Libye

efvcc

Les cinq journalistes travaillaient pour la chaîne libyenne Barga TV et ont été retrouvés morts près de la ville de El Beïda à l’est de Benghazi. Faradj Al-Barassi, un des chefs de l’armée libyenne impute leur assassinat à l’Etat Islamique qui sévit en Libye et n’a pas précisé quand ils ont été assassinés. Mais pour la fédération internationale des journalistes(FIJ), ces cinq journalistes ont été assassinés «récemment ». Parmi les cinq journalistes, il y a quatre libyens et un égyptien.

gn

Rappelons qu’ils avaient été enlevés depuis le mois d’août 2014 juste après la ville de Tobrouk où ils avaient été couvrir la nouvelle Assemblée élue en juin 2014.

Large-scale Egyptian army massed for operation to capture eastern Libya from ISIS.

th

The Middle East is on the brink of its fourth war (after Syria, Iraq and Yemen).DEBKAfile’s military and intelligence sources report that Egypt is massing large-scale ground and air forces in the Western Desert along the Libyan border, in preparation for a military campaign to capture eastern Libya – Cyrenaica – from the Islamist State of Syria and Iraq – ISIS – occupation.

ol

The substantial naval and marine forces assembling at Egypt’s Mediterranean ports indicate the possible launching of the offensive by dropping Egyptian marines on the Libyan coast around Derna (pop: 100,000), which ISIS has made its provincial capital. They may be accompanied by simultaneous landings of paratroops from the air.
For President Abdel-Fatteh El-Sisi, ISIS’s presence in eastern Libya (as well as Sinai) poses an unacceptable peril to his country. He has been warned in a number of intelligence reports that the Islamic State’s terrorists have already penetrated some Egyptian towns and even infiltrated certain army units.
To counter the Egyptian plan of campaign, ISIS is rushing reinforcements to eastern Libya from Syria and Iraq. From Syria, they are traveling by air or sea through the Mediterranean; from Iraq, through the Sinai Peninsula, whence oil and drug rings smuggle them across the Suez Canal and Egypt.
DEBKAfile’s sources reveal that Egypt’s projected invasion of Libya was high on the agenda of American CIA Director John Brennan’s unannounced visit to Cairo on April 19 for a meeting with the president.
In reply to his visitor’s demand for precise information on Egypt’s Libyan campaign. President El-Sisi offered an assurance that he had no intention of keeping the Egyptian army in Libya. He would pull the troops out after defeating and disarming the jihadis and hand power to the Libyan government, which has established its seat in the eastern town of Tobruk near the Egyptian border and home to Libyan military bases and oil terminals.

eft

The Tobruk government was set up by Libyan members of parliament who fled the capital Tripoli when it was overrun by a group of extremist Islamist militias, known as the Libyan Dawn, which included elements associated with Al Qaeda in the Islamic Maghreb – AQIM.

olk

The head of the this government is Abdullah al-Thinni, who is recognized by the United States and most Western governments as the legitimate prime minister of Libya.
President El-Sisi was not surprised to hear from the CIA director that the Obama administration objects to a direct Egyptian invasion of Libya, but would not oppose Cairo acting through local Libyan militias. Brennan put forward the name of Gen. Khalifa Hifter, a Libyan-American, who set up a militia in the eastern Libyan town of Benghazi to fight the Islamists, aided by Libyan army units based in the region.
On March 2, Prime Minister al-Thinni and the Tobruk parliament appointed Gen. Hifter commander-in-chief of the Libyan army, promoting him to the rank of lieutenant general. He was entrusted with two missions:
To liberate Libya from the clutches of the Islamic militias and to rebuild the national army. DEBKA file’s military sources disclose that, for the past six months, the Egyptian president has given Hifter his support and even supplied him with weapons. But he does not see him as a sufficiently powerful and emblematic figure to unify the Libyan nation.

Capture

Brennan leaned hard on the Egyptian president to follow Washington’s line, but El-Sisi refused.

uu

Their differences on the Libyan campaign were reflected by omission in the joint communiqué they issued after their conversation: After discussing “regional issues, terrorism and ways of enhancing bilateral relations, the two sides agreed to continue consultation and coordination on issues of mutual interest.”
Interestingly, Egypt is ready to throw ground, sea and air forces into its offensive in Libya, while at the same time abstaining from deploying air or ground power in the Yemeni conflict, although it is a member of the Saudi-led coalition fighting Iran-backed rebels.

eg

Egypt is already fighting the Islamic State’s branch in Sinai. It is now gearing up to tackle the Islamist peril on its western border.

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :