A Jenine et Balata, les réfugiés attendent une solution à un Etat… ou l’Etat islamique.

Le point de contrôle de Hawara, dans le sud de la ville de Naplouse en Cisjordanie, a été un point sensible pour la violence palestinienne, le 11 octobre 2015 (Crédit : FLASH90)

Jenine, Cisjordanie – Sous un panneau montrant Saddam Hussein aux côtés de divers shahid (martyrs) bien connus, les résidents du camp de Jénine sont engagés dans un débat houleux.

La question est de savoir s’il faut mettre en place une bannière commémorant le « shahid » Nashat Milhem, le terroriste arabe israélien qui a tué trois Israéliens dans une fusillade dans le centre de Tel Aviv le 1er janvier.

Le camp de réfugiés de Jénine est devenu un symbole de la violence au cours de l’opération Rempart en 2002. Ce fut ici que la bataille la plus dure contre l’armée israélienne a eu lieu : 23 soldats israéliens ont été tués, 13 d’entre eux dans le pire incident qui a eu lieu lors de l’opération, et des dizaines de Palestiniens ont été tués.

Les résidents du camp sont à la recherche de nouveaux ‘héros’ depuis mais tout le monde ne se montre pas enthousiaste à l’idée d’accepter un monument pour Milhem.

Un employé dans un magasin de vêtements à proximité a affirmé que l’installation d’une telle bannière amènera les troupes israéliennes et le Shin Bet dans le camp. « Pourquoi aurions-nous besoin de cela maintenant ? », s’est-il interrogé.

Après les années difficiles et tumultueuses que le camp a endurées, aujourd’hui, alors même que l’ « intifada des couteaux » fait rage ailleurs, les résidents locaux jouissent d’une des périodes les plus calmes qu’ils ont vécues au cours de la dernière décennie. Et beaucoup ne veulent pas que cela change.

Nashat Milhem, l'homme arabe israélien qui aurait perpétré la fusillade à Tel Aviv le 1er janvier 2016 (Photo: Police israélienne)

« Il n’y a pas eu de Juifs ici depuis des mois, et l’Autorité palestinienne n’est pas venue, non plus », a déclaré M., un ancien homme recherché qui a purgé une peine de quatre ans dans une prison palestinienne et qui a également été détenu dans une prison israélienne avant cela.

« Donc, vous voyez : tout le monde ici est plus calme ».

M., un père de trois enfants, connaît tous les journalistes israéliens sur les affaires palestiniennes par leur nom. Au cours de la deuxième Intifada, il a accompagné Zakaria Zubeidi, le commandant des Brigades des Martyrs Al-Aqsa du Fatah, dans le camp. Zubeidi a vécu à Beitunia (Ramallah) depuis que l’AP l’a forcé à déménager là-bas afin qu’elle puisse garder un œil attentif sur lui.

M. et quelques-uns de ses amis attendent des passagers dans la section du centre du camp, près de la Mosquée Cheikh Khalifa. Le camp de réfugiés de Jénine, Barbershop, est proche, et le groupe d’hommes, qui ont une vingtaine et une trentaine d’années dirige un service de taxi un peu gitan, ‘Jénine-style’ dans lequel les passagers se déplacent d’un endroit à un autre dans le camp – contre rémunération, bien sûr.

Le checkpoint de Jénine où un adolescent palestinien a tenté de poignarder des agents de sécurité israéliens avant d'être abattu le 24 octobre 2015 (Crédit : Ministère israélien de la Défense)

« Comment expliquez-vous le fait qu’aucun résident du camp n’ait pris part à l’ intifada des couteaux’

au cours des trois derniers mois ?», lui ai-je demandé.

« Ce n’est pas une intifada. C’est un phénomène de mode », a-t-il répliqué. « Jénine, Naplouse, Tulkarem, Jéricho – rien ne se passe dans aucun de ces lieux. Les choses se sont calmées, même à Hébron. Certes, les gens ont été tués là-bas, mais ce n’est qu’une phase. Ceux qui ont créé cette Intifada sont les médias et Facebook ».

« Et soyons honnêtes », poursuit-il. « Qu’avons-nous gagné de la Seconde Intifada ? Qu’avons-nous obtenu ? Ceux d’entre nous qui vivent ici dans le camp ont payé le prix le plus lourd. Et qu’est-ce que cela a fait pour nous ? Avons-nous obtenu une représentation au Conseil révolutionnaire [l’un des groupes dirigeants] ou au Comité central [le groupe de direction suprême du Fatah] ? Alors, pourquoi devrions-nous prendre part à cela ? Qu’obtiendrons-nous en envoyant un enfant poignarder quelqu’un avec un couteau ? Juste hier [lundi], quelques adolescents ont essayé de poignarder une personne près de Hermesh. Est-ce que cela a mis quelqu’un en colère ? ».

« Pourtant », a-t-il fait remarquer, « je peux vous dire une chose : Tant qu’il y aura une occupation, ces ‘manies’ vont continuer à revenir, encore et encore. Cela ne se terminera jamais ».

Est-ce que l’ ‘Intifada aux couteaux’ est sur le point de disparaître ?

Cette évaluation globale de M., qui a passé ses meilleures années dans les prisons israéliennes et palestiniennes pour activité terroriste, n’est pas un cas unique parmi les résidents ici ou dans d’autres camps de réfugiés.

Beaucoup de gens à Jénine et dans les autres importants camps de réfugiés en Cisjordanie ne croient pas que la flambée de violence de ces derniers mois durera, ou que cela conduira à un changement. Cela est vrai à la fois à Jénine et à Balata, près de Naplouse – les deux camps qui ont joué un rôle de premier plan dans les attaques terroristes et les conflits pendant les deux premières Intifadas.

Tout cela peut avoir à faire avec les processus de changement les plus profonds qui sont en cours dans la société palestinienne, y compris la « distanciation » que les habitants des camps de réfugiés ressentent envers l’Autorité palestinienne et les gens qui vivent dans les villes.

Le manque de participation des résidents des grands camps de réfugiés en Cisjordanie est l’une des principales raisons pour lesquelles cette Intifada n’est pas devenue un soulèvement de masse après trois mois et demi avoir commencé et montre même les premiers signes de déclin.

Conscient de cela, le Hamas essaie d’intensifier le conflit en se livrant à des fusillades et des attentats-suicides. Mais le nombre d’attaque aux couteaux et à la voiture bélier est en baisse, tout comme le nombre de ceux qui prennent part aux manifestations.

Sabr, un ami de M. et également un ancien homme recherché, tente d’expliquer.

« Ici, dans le camp, nous sommes un pays différent », a déclaré Sabr. « Il n’y a pas d’AP ou Abu Mazen (Mahmoud Abbas) ici. Chaque maison dispose d’un shahid ici ou quelqu’un en prison. On m’a tiré dans la jambe. Et tout le monde – ceux qui ont été tués, les prisonniers et les blessés – ont été laissés derrière, oubliés. Nous nous sommes battus et avons payé un prix, et nous avons été oubliés ».

« Est-ce que l’Autorité palestinienne se soucie de nous ? », s’est-il interrogé amèrement. « Les frères du peuple qui ont été tués à l’époque, au cours de la deuxième Intifada – pensez-vous qu’ils vont aller se faire tuer, se battre ? Dans quel but ? Qu’aurons-nous à y gagner ? L’Intifada des couteaux est un mensonge. Cent cinquante personnes ont été tuées, 145 d’entre eux pour rien. Les soldats ont paniqué et ont tiré sur les gens. Ceci est l’Intifada de rien » . (Les agences de presse ont décompté le nombre de morts palestiniens à quelque 140, Israël a identifié plus de 90 d’entre eux comme des terroristes – tués en essayant de tuer des Israéliens. Plus de 20 Israéliens ont été tués par des terroristes palestiniens… depuis l’automne.)

De plus en plus de résidents se rassemblent autour de nous, en hochant la tête en signe d’accord. Hatem, 25 ans, affirme : « Contrairement aux enfants avec des couteaux, nous avons des fusils. Et nous n’utilisons pas autre chose ».

M. cite un ancien dicton à propos de la guerre en nous donnant la version palestinienne. « L’Intifada : les intellectuels la planifient, les pauvres la mènent et les lâches la volent. Et voilà ce qui nous est arrivé. La deuxième Intifada nous a été volée ».

Alors, que veulent-ils ?

« Laissez-nous vivre dans la paix et la tranquillité », a déclaré M.. « Nous ne voulons rien. Nous voulons vivre ensemble avec les Israéliens. Nous n’avons aucun problème avec cela. Ils sont nos cousins. Nous allons vivre avec eux en paix ».

Mais que dire de l’Etat palestinien ? Après tout, l’AP promet qu’il obtiendra la reconnaissance de l’Etat de la Palestine.

« L’Etat palestinien est un non-sens », a expliqué Sabr.

« Les discussions existent ici depuis 20 ans sans [donner aucun] résultat. Nous sommes toujours sous occupation. Alors laissez-les ouvrir les points de passage frontaliers pour nous, laissez-nous vivre une vie normale, et voilà. En ce qui me concerne, les Juifs peuvent vivre avec moi dans le même bâtiment. Voilà comment nous serons en mesure de vivre à Haïfa et à Tel-Aviv. Je vais vous dire plus que cela. Si les Palestiniens devaient se voir offrir la possibilité de vivre dans un seul Etat avec les Juifs, 95 % diraient oui et signerait. 95 %. Pour que cela se finisse. [Il y en a eu] assez[mainteant] ».

Muntaser, l’un des hommes qui écoute la conversation, veut avoir son mot à dire.

« La maison de ma famille était là où le quartier de Hadar est aujourd’hui à Haïfa. Si ma famille n’avait pas fui en 1948, je serais de Haïfa aujourd’hui. Je ne vois aucun inconvénient à vivre avec les Juifs. Je n’ai aucun problème avec eux. S’ils n’étaient pas venus dans le camp, il n’y aurait pas de problèmes non plus. Regardez – ils ne sont pas venus depuis deux mois maintenant et il n’y a pas de perturbation. Je ne doute pas sur le fait que ces attaques au couteau sont une erreur. Vous devenez un shahid pour rien. Nous luttons contre un Etat, après tout, donc est-ce que quelques enfants avec des couteaux va le déranger ? ».

Qu’en est-il de l’Autorité palestinienne ?

Sabr passe à l’offensive. « Nous n’avons aucun espoir ou pas confiance en l’AP. Nous sommes malades et fatigués d’eux. Nous avons des problèmes avec eux tout le temps, pas seulement avec les Juifs ».

L’ami de Sabr, Yassin interrompt dès que les insultes contre l’Autorité palestinienne commencent à se faire entendre. « Je vais vous l’expliquer », a-t-il débuté. « Ceux qu’Israël a arrêté et libéré – l’Autorité palestinienne les arrête. Et ceux que l’AP libère, Israël les arrête. Comprenez-vous comment cela fonctionne entre eux ? ».

A Balata, en attendant l’Etat islamique.

Une pluie battante tombait les jours où nous nous sommes rendus à Balata, il y a 10 jours.

Situé en périphérie de Naplouse, Balata est le camp le plus densément peuplé de réfugiés en Cisjordanie. C’est l’endroit où la première Intifada a commencé et où les premières cellules des Brigades des Martyrs Al-Aqsa ont été mises en place au cours de la deuxième Intifada.

Des groupes de jeunes gens se rassemblent à l’entrée des bâtiments pour se réchauffer près des barils où du bois brûle. En l’absence d’un chauffage ou d’un chauffage central, cela aussi est une sorte de solution.

Un baril, avec du bois qui brûle, est placé à l’entrée d’un club de billard improvisée, une chambre minuscule avec une table de billard autour de laquelle quelques jeunes hommes sont rassemblés.

La petite salle est pleine de fumée. Nasser, 16 ans, dit que les jeunes hommes du camp ne prennent pas part aux attaques aux couteaus, car « il n’y a pas de Juifs ici. Il n’y a pas de barrages routiers non plus ». Mais cela sonne un peu comme une excuse.

Mohammed, 15 ans, parle plus crûment. « Il n’y a plus d’hommes ici. Les vrais hommes ont été tués ou ils sont en prison. Les seuls qui restent sont des espions de l’AP ou d’Israël. Ainsi, les résidents ont peur de prendre part à des attaques terroristes ».

Le corps de Ashraqat Qatanani, 16 ans,  à proximité d'un arrêt de bus dans le nord de la Cisjordanie, où elle a été tué alors qu'elle tentait de poignarder des Israéliens (Crédit : Conseil de la région Samarie)

Izz, 21 ans, a déclaré que Balata est hors du jeu parce que ses habitants en ont eu assez de la deuxième Intifada. « Chaque personne se soucie de son travail, de l’argent. Ce n’est pas comme c’était à l’époque. Les gens qui vivent ici ont abandonné, ils pensent donc à un meilleur avenir dans un autre endroit ».

Le centre communautaire du quartier, nommé le Yaffa (Jaffa) Center, se trouve à proximité. La-bas, nous rencontrons Tayseer Nasrallah, un responsable du Fatah bien connu dans la région de Naplouse.

Quelques instants auparavant, il est rentré de l’enterrement d’Ashraqet Qatnani, qui a été renversé par l’ancien dirigeant des implantations Gershon Mesika quand elle a tenté de mener une attaque au couteau près du checkpoint de Hawara en novembre de l’année dernière.

« Nous ne sommes pas à l’étape d’une Intifada », a expliqué Nasrallah. « Nous n’avons pas encore atteint ce point-là, même si nous avons atteint le point d’une explosion populaire. Le peuple palestinien ne participe pas, ici. Il y a des événements limités avec une participation limitée. Mais cela pourrait certainement conduire à une intifada. Les actions d’Israël mènent vers l’escalade [de la violence] – si les actions sont commises par des colons, comme l’assassinat de la famille Dawabsha (à Duma en juillet dernier), ou les attaques quotidiennes contre les civils. Mais c’est également les actions de l’armée – les arrestations, les fusillades, le meurtre. Tout ».

Pourquoi le camp ne fait-il pas partie de l’intifada du « loup solitaire » ?

« La société palestinienne est divisée en deux. Une partie est en faveur de ce phénomène (des attaques au couteau), tandis que l’autre est contre. Ceux qui sont en faveur fondent leur position principalement sur le fait qu’il n’y a pas de partenaire du côté israélien. Il n’y a aucun camp de la paix non plus. Shulamit Aloni, Yossi Sarid, Rabin – ils sont tous morts. Il n’y a pas de paix dans le camp en Israël. Voilà pourquoi ils pensent qu’ils doivent agir ».

« D’autre part », poursuit Nasrallah, « j’ai pensé et je pense encore qu’il n’y a pas besoin d’aller dans une nouvelle intifada tant que nous ne comprenons pas où nous allons et ce que notre but est. En d’autres termes, nous voulons une vie meilleure pour nos enfants au lieu de juste les tuer. Je ne dis pas que cela est une erreur mais je ne pense que nous devons nous concentrer sur la résistance populaire ».

Alors, où les camps de réfugiés se dirigent-ils ?

Les suspects accusés d'appartenir à une cellule terroriste de l'Etat islamique en Cisjordanie: Ahmad Shehadah (à gauche), Qusai Maswadeh (centre) et Muhammad Zerrie (à droite), en janvier 2016 (Crédit : Shin Bet)

« Regardez – il y a des affrontements et des attaques dans des endroits comme Qalandiya et Shuafat, qui sont situés près des barrages routiers. Dans un premier temps, nous avons organisé des manifestations ici à Hawara (à proximité). Mais nous avons réalisé que nous ne devrions pas trop nous investir dans cela ».

« Honnêtement, il y a le sentiment dans le camp que nous sommes dans une situation de négligence de l’Autorité palestinienne et que nous n’avons jamais rien reçu de l’AP qui valait les sacrifices que ce camp a accompli. Voilà pourquoi les grands camps, qui ont tant souffert pendant la Seconde Intifada, disent maintenant : ‘Attendons et voyons’. Voyons ce que l’AP veut. Il n’y a pas que les gens qui vivent dans les camps. Les gens qui vivent dans d’autres endroits sont également en attente pour voir ce qui se passe. Jusqu’à présent, cette épidémie n’a pas mené à beaucoup de changement dans l’opinion publique mondiale ou israélienne ».

Comment cela peut-il être résolu ?

« Je ne suis pas sûr », reconnaît Nasrallah. « Les négociations avec Israël ont été vaines et si les Palestiniens reviennent à la table des négociations de paix avec Israël, cela sera une erreur. Nous ne nous approchons pas d’un Etat palestinien et la solution à deux Etats n’a pas été complètement détruite ».

L’ami de Tayseer Nasrallah, Abu Khalaf, est assis à côté et écoute. Un ancien homme recherché, il a été la cible de tirs israéliens à onze reprises. Après avoir été blessé et capturé, il a purgé une peine de 10 ans de prison en Israël. « La solution à deux Etats est morte depuis un certain temps », nous a-t-il confié. « Lorsque viendra le temps, il y aura un Etat ici ».

« Israël ne comprend pas », a déclaré Nasrallah.

« Il y a de l’extrémisme du côté palestinien et parce que tout espoir est perdu, l’Etat islamique arrivera à nous aussi, au final. Abu Mazen a cru en une solution à deux Etats plus que quiconque et ses déclarations ont même mis en colère le peuple palestinien. L’Autorité palestinienne est dans une situation intermédiaire maintenant. Elle continue à agir dans le but de traiter les problèmes au jour le jour, mais elle n’a pas le pouvoir d’influencer les événements. Elle devient de plus en plus faible chaque jour qui passe. Je pense qu’Israël ne veut pas vraiment que l’AP survive ; il veut que l’Autorité palestinienne cesse d’exister ».

Publicités
  1. Elinor

    Cet article est super merci beaucoup! Il me rappelle totalement ce que j’entends de la bouche des palestiniens avec qui je parle à Jerusalem et avec qui j’ai discuté en West Bank.
    Juste une question qui a rapporté ces propos? Etait ce dans le cas d’une interview d’un journaliste?

    Merci, Aliénor

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :