Un Français parmi les victimes de l’attentat de Grand-Bassam.

Un blessé évacué dimanche de Grand-Bassam.

Des hommes armés de kalachnikovs, se revendiquant de AQMI ( Al-Quaida au Magreb Islamique ),  ont attaqué des hôtels dimanche à Grand-Bassam, à environ 40 km d’Abidjan. Le ministère de l’Intérieur ivoirien annonce le décès de 12 personnes et la neutralisation de «six terroristes».

Tourisme

Des coups de feu ont été tirés dimanche dans la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan, ont apporté des sources diplomatiques et des témoins. Une source policière a parlé de 12 morts dont quatre européens. D’autres bilans de différentes sources ont donné de 5 à 8 morts.

Attaque

Ce que l’on sait en ce dimanche soir, c’est que les assaillants – entre deux et quatre – «puissamment armés et portant des cagoules ont tiré sur les occupants de L’Etoile du sud, un grand hôtel prisés des expatriés» a expliqué un témoin. «Nous avons été surpris par les tirs et nous sommes maintenant cloîtres chez nous», a dit un autre témoin.

Vers 13 heures, heure locale, des coups de feu ont éclaté aux abords de la plage de Grand Bassam, à proximité des nombreux hôtels du secteur. « Ça tire sur tout le monde sans tri. Ils avancent d’hôtel en hôtel », a indiqué un témoin au site internet Connexion ivoirienne.

« J’ai vu deux assaillants armés, deux jeunes africains en jeans et T-shirt », raconte également  Lacina Ouattara, employé à l’hôtel Wharf qui borde la plage.

« Ils venaient de la plage. Ils ont d’abord tiré sur des jeunes à la plage, [en face de l’hôtel] l’Etoile du sud, puis ils sont allés à la Paillote. Ils sont passés devant notre hôtel mais ne se sont pas arrêtés. Les tirs ont duré une heure, une heure et demi. On est restés réfugiés dans l’hôtel, enfermés dans les chambres pendant trois heures avant que la police arrive et installe un corridor pour évacuer les clients. »

Les assaillants ont abandonné une partie de leur équipement, dont la photo circule sur Twitter : trois grenades et des chargeurs de kalachnikov.

huh

Des touristes sur une plage ont également été pris pour cible. Abbas El-Roz, un ressortissant libanais qui séjournait à l’Etoile du Sud, a également raconté que l’un des assaillants portait un fusil d’assaut Kalachnikov et une ceinture de grenades. Un autre témoin a affirmé avoir entendu «Allah akbar».

Au moins un des assaillants a été tué, ont indiqué plusieurs témoins. L’un d’eux, Kouamena Kakou Bertin, un transporteur, a précisé que les trois autres s’étaient enfuis à pied par la route. Selon Hamed Bakayoko, le ministre de l’Intérieur, «six terroristes ont été neutralisés».

Une vidéo diffusée par un témoin sur internet montre au moins sept corps couchés sur le sol. Pour le site local Connexion ivoirienne, les tirs se sont fait entendre à l’hôtel Koral Beach et auraient continué dans les établissements environnants, dont L’Etoile du sud. «Ça tire sur tout le monde sans tri. Ils avancent d’hôtel en hôtel», aurait indiqué un témoin.

Le corps d'un homme tué lors de l'attaque, sur la plage de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, le 13 mars 2016

Un journaliste de l’AFP a vu une dizaine de personnes, dont une femme blessée, évacués dans un camion militaire .

Ville historique et ancienne capitale de la Côte d’Ivoire sur la côte du Golfe de Guinée, Grand-Bassam abrite plusieurs hôtels fréquentés par une clientèle d’expatriés. Les forces de sécurité ivoiriennes ont été dépêchées sur place. Une dizaine d’ambulances ont également été stationnées.

Des véhicules militaires, transportant des mitrailleuses lourdes, et des chasseurs traditionnels ont été vus se diriger vers le lieu de la fusillade.

Sur son site internet, le consulat général de France à Abidjan demande aux ressortissants français notamment de ne pas se déplacer entre Assine, Bassam et Abidjan.

Au moment de l’attaque, le Musée national du Costume de Grand Bassam, installé dans l’ancien palais du gouverneur, tout près de l’hôtel Koral Beach, recevait une délégation américaine accompagnée par un diplomate de l’ambassade des Etats-Unis à Abidjan. Plusieurs sources indiquent que le musée faisait partie des cibles de l’attaque, une information non encore confirmée officiellement. Le convoi du diplomate américain a pu quitter la ville vers 17 heures locales sans déplorer de victimes.

  • Lourde présence policière

La police a investi massivement le secteur. Des véhicules militaires, transportant des mitrailleuses lourdes, et des chasseurs traditionnels dozo armés sont arrivés sur les lieux de la fusillade. Le responsable militaire a regretté le manque d’un appui aérien pour ces opérations. Le pont, qui relie la partie historique de la ville à la lagune sur laquelle se situent la plupart des hôtels, a été coupé à la circulation.

oop

Sur son site internet, le consulat général de France à Abidjan demande aux ressortissants français notamment de ne pas se déplacer entre Assine, Bassam et Abidjan « pour ne pas gêner l’action des forces de l’ordre ».

 

 

 

 

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :