A titre personnel, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen s’est déclaré favorable à une réflexion sur la « fin de la prohibition » du cannabis.

Afficher l'image d'origine

 

Ou comment « ouvrir un débat »… pour le clore aussitôt. Le lundi 11 avril, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a répété son souhait de voir le Parti socialiste engager le débat sur la « fin de la prohibition » du cannabis. Une sortie qui a provoqué un malaise à gauche et un tollé dans l’opposition qui crie à l’« enfumage ».

Afficher l'image d'origine

Le Guen ouvre une porte…

Mais quelle mouche a donc piqué Jean-Marie Le Guen ? Sans coup férir et en direct sur le plateau de BFMTV, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement a relancé l’éternel débat sur la dépénalisation du cannabis.

cfvuvgi

« La situation actuelle ne marche pas » et « on doit bouger […] Le cannabis est une très mauvaise chose pour la santé publique, en particulier chez les jeunes. Mais la prohibition n’amène pas une diminution de la consommation », a précisé ce médecin de profession, après avoir évoqué le sujet le week-end dernier devant le conseil national du PS.

Afficher l'image d'origine

Encadrement plutôt que répression, la position défendue par Jean-Marie Le Guen n’est pas nouvelle. Ni l’idée de (re)lancer un débat à gauche :

« Le cannabis est une très mauvaise chose pour la santé publique, en particulier chez les jeunes. Mais la prohibition n'amène pas une diminution de la consommation », estime Jean-Marie Le Guen.

« Je propose que le Parti socialiste dise enfin la vérité, propose une vérité: l’interdit moral ne crée rien du tout, il crée beaucoup de dégâts dans la société française […] Je ferai des propositions  pour que nous mettions fin à cette politique de prohibition », a insisté le secrétaire d’Etat qui s’exprimait  » à titre personnel ».

Le marché des drogues en France.

… l’exécutif la referme.

« A titre personnel. » Là est toute la nuance. Car au gouvernement, la sortie de Jean-Marie Le Guen n’est pas du goût de tout le monde et Stéphane Le Foll s’est empressé d’éteindre le – petit – incendie.

jhbkuybgku

« Il n’y a aucune piste de travail ni de réflexion engagée au gouvernement sur cette question », a insisté le porte-parole du gouvernement sur France 2 :

dgfdgd

« Ce n’est pas la position du gouvernement « D’ailleurs je crois qu’il l’a lui-même dit. C’est une position qu’il défend depuis longtemps […] en tant que médecin. Mais ce n’est pas la position du gouvernement ».

Afficher l'image d'origine

Avant d’ajouter :

Afficher l'image d'origine

« Si le Parti socialiste veut débattre, c’est tout à fait légitime, mais il n’y a pas sur ce sujet d’autres positions que celle qui a été exprimée par le Premier ministre et le président de la République. »

Afficher l'image d'origine

En clair, si le Parti socialiste veut perdre du temps à débattre sur cette question, le gouvernement n’a pas l’intention de changer sa position d’un iota.

Afficher l'image d'origine

En juillet dernier Manuel Valls s’était fendu d’une déclaration restée dans les mémoires au sujet de la dépénalisation du cannabis, après un énième coup de canif de Christiane Taubira dans la doxa gouvernementale :

Afficher l'image d'origine

« On peut toujours débattre, mais […] le débat est clos », avait lancé le Premier ministre sur France Inter.

Afficher l'image d'origine

L’opposition crie à l’enfumage.

Embarras du gouvernement, cacophonie à gauche et indignation à droite. A gauche, plusieurs voix se sont engouffrées dans la brèche ouverte par Jean-Marie Le Guen – aussi furtive soit-elle -, au premier rang desquels le député frondeur François Lamy et Benjamin Lucas, le président des Jeunes socialistes.

Afficher l'image d'origine

 

A l’inverse la sénatrice des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, a volé au secours du gouvernement, appelant par communiqué au « combat » et pas au « renoncement ».

Afficher l'image d'origine

Mais c’est à droite que les critiques sont les plus acerbes et tout le monde ou presque y va de son commentaire indigné : « enfumage«  selon Laurent Wauquiez, « diversion risible » pour le secrétaire national à la sécurité des Républicains Bruno Beschizza, Alain Juppé y voit même une façon de « plaire aux jeunes »…

Afficher l'image d'origine

 

« Les Français devront trancher cette question », avait prévenu Jean-Marie Le Guen, sur BFMTV, rappelant qu’une « échéance politique » est « à venir ». Qu’il se rassure, à gauche comme à droite, personne ne l’a oublié.

Afficher l'image d'origine

 

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :