Depuis une semaine, les violences en marge des rassemblements Nuit Debout se succèdent presque quotidiennement.

Les violences mettent-elles en péril Nuit Debout ?

Dégradations, heurts avec les policiers: les cortèges sauvages et débordements en marge de la Nuit debout à Paris se succèdent en fin de soirée depuis une semaine. Au risque de mettre en péril ce mouvement citoyen inédit ?

Violences en marge de "Nuit debout" : "les forces de l'ordre étaient dépassées"

Nouvelles violences ce vendredi soir.

Dans la nuit de vendredi à samedi, alors que le rassemblement pacifique touchait à sa fin et avait rassemblé 3.000 personnes place de la République, une centaine de personnes ont jeté et brûlé palettes et détritus avant de lancer « à de nombreuses reprises » des projectiles sur les forces de l’ordre, selon la préfecture de police.

 

drhdryhdrh

Celles-ci ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène puis ont repoussé « le groupe de casseurs« , qui s’est dispersé dans le secteur des Buttes-Chaumont, dans le nord-est de la capitale, en commettant « un certain nombre de dégradations ». Deux agences bancaires et un chantier ont notamment été vandalisés sur son passage. Vingt-et-une personnes ont été interpellées.

Affrontements entre manifestants et policiers à l'issue du défilé contre la loi travail le 9 avril

Ce samedi au petit matin, des équipes de nettoyage s’activaient encore pour effacer les traces de la nuit: poubelles renversées, canettes de bière et bouteilles brisées. Une odeur d’alcool fermenté et de brûlé flottait encore sur ce lieu emblématique du centre de Paris.

« C’est toujours le même scenario », a regretté le préfet de police Michel Cadot lors d’une conférence de presse : d’abord les discussions, les débats pacifiques des nombreux participants, puis le départ du gros de la foule, et enfin l’apparition de « petits groupes violents », qui cherchent à « agresser » les forces de l’ordre ou à « dégrader » certains commerces, notamment des banques, a-t-il décrit.

Incidents en marge de la manifestation contre la loi travail le 9 avril 2016 à Paris

« Instruction violence maximum »

Jeudi soir déjà, plusieurs centaines de manifestants (300 selon la police), certains cagoulés, avaient quitté la place, criant vouloir marcher vers le palais de l’Elysée, distant de 4 kilomètres, pour y retrouver le chef de l’Etat de retour du Musée de l’homme et son intervention sur France 2.

Des participants à la "Nuit Debout" le 9 avril 2016 à Marseille

Plusieurs journalistes indépendants, qui couvraient en direct ces rassemblements non-autorisés via l’application Periscope, ont fait état de « situations très tendues », d’usage de gaz lacrymogènes et de violences policières.

Des participants à la "Nuit Debout" le 9 avril 2016 à Lille

Dans une vidéo, on entend même, un policier prononcer la phrase « Instruction : violence maximum ! » au début d’une charge.

image

Depuis le début de ce mouvement citoyen, lancé au soir du 31 mars contre le projet de loi travail « et le monde qui va avec », 36 personnes ont été arrêtées en marge de Nuit debout, dont 35 ont été placées en garde à vue, selon la préfecture. Les manifestations des organisations de jeunesse contre le projet de loi travail ont, elles, conduit depuis début mars à 412 interpellations, dont 193 gardes à vue.

téléchargement

« Pas suffisamment contrôlé »

Samedi dernier, la tentative de quelques centaines de personnes de se rendre au domicile du Premier ministre Manuel Valls avait déjà conduit à des incidents. Lundi, le départ d’un cortège sauvage de la place de la République en direction d’une mairie d’arrondissement ou mardi près d’un commissariat.

Plusieurs centaines de participants à la "Nuit Debout" à Paris ont tenté samedi soir un "apéro chez Valls" improvisé, alors que le Premier ministre est en visite officielle en Algérie. Ici, des militants du mouvement "Nuit Debout" Place de la République à Paris le 3 avril 2016

« Je suis donc conduit à constater que le rassemblement Nuit debout permet finalement, parce qu’il n’est pas suffisamment organisé et contrôlé, des débordements en fin de nuit », a observé Michel Cadot.

Et le préfet de « rappeler » aux responsables des rassemblements de « veiller à ce que l’horaire sur lequel ils se sont engagés, qui est de 01 heure du matin, soit appliqué, qu’ils le fassent respecter et qu’ils demandent (ensuite) aux participants de se disperser ».

Place de la République (Xe), le 7 avril.  Alors que débutait ce lundi soir la douzième Nuit debout d’affilée, les commerçants de la place de la République se plaignent des effets des rassemblements à répétition sur leur activité.

« S’ils veulent virer les gens, ils n’ont qu’à les expulser de la place ! », a réagi Florence, une membre de Nuit debout. « Mais ça, ils ne veulent pas le faire pour des questions d’image. Donc ils nous demandent de faire le travail à leur place. »

Afficher l'image d'origine

« Et cela serait bien beau si nous qui disons que la place est publique devions l’interdire aux gens », a-t-elle ironisé.

Le ministre de l'Intérieur Bernard le 12 avril 2016 dans la cour de l'Elysée à Paris

Cazeneuve promet la fermeté.

Alors que 151 policiers ont été blessés en France depuis début mars, Bernard Cazeneuve a promis vendredi que les auteurs de violences seraient « inlassablement interpellés et poursuivis », sans convaincre l’opposition.

Lors de la Nuit debout à Nice le 11 avril 2016.

« Je demande au ministre de l’Intérieur de mettre en adéquation ses paroles et ses actes en prenant sans attendre les mesures qui s’imposent », a tonné le député LR Eric Ciotti, suggérant l’interdiction des manifestations à risque et la « dissolution de groupuscules gauchistes et anarchistes ».

Afficher l'image d'origine

François Dagnaud, maire PS du XIXème arrondissement de Paris, s’est lui contenté de « dénoncer » et « condamner » les violences en marge de « Nuit debout », mais a dit faire « confiance à la police«  pour à la fois contenir ces débordements et ne pas céder à la « provocation ».

Afficher l'image d'origine

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :