#DAECH Les forces spéciales françaises engagées au sol contre L’État Islamique à Mossoul.

action combinée des deux groupes, de type « investigation-extraction d’otage » sur la tour de contrôle de la base.

21/01/2016 – 17H00 Paris (Breizh-info.com)

L’intervention de l’armée française contre l’État Islamique (Daesh) en Irak semble passer un nouveau seuil. Une agence de recherche et de renseignements sur le Moyen Orient, Levantine Group, basée en Israël, affirme sur les réseaux sociaux que plusieurs dizaines d’hommes des forces spéciales françaises seraient engagés sur le sol irakien près de Mossoul, une ville de 2,7 millions d’habitants (avant-guerre) qui est depuis juin 2014 aux mains de l’État Islamique.

Afficher l'image d'origine

L’information de l’engagement des forces spéciales françaises en Irak a été publiée  à 13 h 06 heure française ce 21 janvier sur le compte Twitter d’Asset Source  , une lettre confidentielle de Levantine Group. Par la suite des détails ont été donnés, toujours sur Twitter : selon une source de terrain qui fait partie des contacts d’Asset Source, « 30 soldats des forces spéciales françaises ont débuté une opération contre l’Etat Islamique » contre « un village tenu par l’EI près de Mossoul » dont le nom n’a pas été divulgué. Les soldats français auraient utilisé des armes lourdes pendant l’attaque et fait appel à des frappes aériennes de la coalition occidentale afin de les soutenir.

Afficher l'image d'origine

L’agence Levantine Group s’attend à un renforcement de l’implication des nations occidentales au sol contre l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, et en particulier à une intensification des combats et des bombardements dans le secteur de Mossoul. Pour l’instant, les informations apportées par l’agence n’ont pas été confirmées – ni démenties – par d’autres sources médiatiques ou officielles françaises ou étrangères. Cependant, elles s’accordent avec la volonté affichée par la France – par la voix de son ministre de la Défense Jean-Yves le Driande s’impliquer nettement plus au sol  contre l’État Islamique en frappant en priorité ses centres de pouvoir à Raqqa (Syrie) et Mossoul (Irak).

Afficher l'image d'origine

Une autre information tombée récemment témoigne de la même volonté occidentale de s’impliquer plus contre l’État Islamique au Levant : selon la chaîne arabe Al-Jazeera, les États-Unis auraient pris le contrôle d’un aéroport situé à Rmeilan, à l’extrême nord-est de la Syrie près des frontières de l’Irak et de la Turquie. Jusqu’alors, cet aéroport était contrôlé par les forces kurdes qui bénéficient d’un important appui opérationnel occidental pour lutter contre l’EI, tant en armes qu’en conseillers et formateurs étrangers – notamment français  afin d’apprendre à leurs soldats d’utiliser des chars et des armes lourdes.

Afficher l'image d'origine

L’empressement occidental à s’engager plus avant en Syrie et en Irak ne serait  pas étranger à la compétition avec l’autre coalition anti-terroriste dirigée par la Russie, l’Iran et le gouvernement de Bachar-el-Assad. Grâce à l’appui aérien russe et terrestre iranien, l’armée syrienne aurait ainsi libére de nouvelles localités. Depuis le début de l’intervention russe fin septembre 2015, 225 localités et plus de 1000 km² auraient été repris en Syrie à l’État Islamique et diverses factions rebelles islamistes. Selon le gouvernement de Damas, grâce à ces victoires militaires et au fait que le front s’éloigne des plus grandes villes du pays, plus d’un million de Syriens auraient pu rentrer dans leurs foyers.

Afficher l'image d'origine

Dernièrement, le ministère de la Défense russe a annoncé qu’il collaborait très étroitement avec plusieurs factions de l’opposition syrienne et les Kurdes – des frappes russes ont soutenu 11 offensives de rebelles syriens (hors kurdes) ainsi que l’offensive kurde vers le barrage de Tishreen et le bastion islamiste de Manbij, à l’est de la Syrie. Une frappe russe sur cinq serait faite en Syrie sur des cibles transmises par des factions de l’opposition syrienne.

Afficher l'image d'origine

L’armée française a détruit cette nuit un dépôt d’armement de Daech à Raqqa, annonce l’état-major.

ff

Jeudi en début de soirée, « les équipages français de l’opération Chammal ont participé à un raid conjoint de la coalition au-dessus des zones contrôlées par Daech en Syrie », annonce l’état-major interarmées ce vendredi, qui indique que l’attaque visait un objectif situé dans la ville de Raqqa, fief de l’organisation terroriste en Syrie.

Afficher l'image d'origine

« Décollant depuis la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie, une patrouille de trois Mirage 2000D a été engagée dans cette action. Conjointement avec la coalition, les équipages français ont frappé et détruit un dépôt d’armement de l’organisation terroriste », décrit un communiqué. « Il s’agit d’une action planifiée contre un objectif d’importance ayant fait l’objet, en amont, d’un effort de renseignement de la part de la France et de la Coalition. »

Afficher l'image d'origine

Camps d’entraînement, centres de commandement, dépôts logistiques et infrastructures pétrolières, la France frappe les zones contrôlées par Daech depuis le 27 septembre dernier. 14 avions de chasse français (8 Mirage 2000 et 6 Rafale) participent actuellement à la lutte contre Daech en Irak et en Syrie.

Afficher l'image d'origine

Chammal : destruction d’un dépôt d’armement de Daech à Raqqah.

sdsss

État-major des armées | 26 fév. 2016

Le 25 février 2016 en début de soirée, les équipages français de l’opération Chammal ont participé à un raid conjoint de la coalition au-dessus des zones contrôlées par Daech en Syrie. Ce raid visait un objectif situé dans la ville de Raqqah, fief de l’organisation terroriste en Syrie.
Décollant depuis la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie, une patrouille de trois Mirage 2000D a été engagée dans cette action. Conjointement avec la coalition, les équipages français ont frappé et détruit un dépôt d’armement de l’organisation terroriste.

Il s’agit d’une action planifiée contre un objectif d’importance ayant fait l’objet, en amont, d’un effort de renseignement de la part de la France et de la Coalition.

Depuis le 27 septembre 2015, date de sa première frappe sur les zones contrôlées par Daech en Syrie, la France conduit ou participe à des raids sur des objectifs à haute valeur ajoutée : camps d’entraînement, centres de commandement, dépôts logistiques ou infrastructures pétrolières contribuant directement à l’effort de guerre de l’organisation terroriste.
Afficher l'image d'origine
La BAP, d’où ont décollé les chasseurs français, a été renforcée le 19 février 2016 par l’arrivée de 2 Mirage 2000 D supplémentaires. Le nombre des avions de combat présents sur cette base est donc passé de 6 à 8.
Actuellement, 14 avions de chasse de l’armée de l’air française (8 Mirage 2000 et 6 Rafale) participent en Irak et en Syrie aux actions aériennes de la Coalition contre Daech.
Afficher l'image d'origine

 

 

 

Publicités

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :