img_9235

32 des 58 réacteurs nucléaires français comportent des pièces défectueuses, assure l’expert britannique John Large dans un rapport réalisé pour l’ONG Greenpeace, et dont domhertz.com a dévoilé ce mercredi les conclusions. Les quatre réacteurs de la centrale du Blayais sont concernées par ces anomalies, initialement détectées et révélées le 23 septembre dernier par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Afficher l'image d'origine

Le gendarme du nucléaire français a décompté dans les centrales de l’Hexagone 87 pièces irrégulières, commandées par Areva et fondues par l’entreprise Creusot Forge. 15 d’entre elles se retrouvent dans la centrale de Blaye. Avec 9 irrégularités potentiellement les plus graves pour la sûreté nucléaire, dont 7 pour le seul réacteur N°1, le Blayais est la centrale la plus touchés de France par cette affaire, après celle du Bugey.

Afficher l'image d'origine

Plusieurs pièces incriminées présentent notamment des teneurs en carbone non conformes – elles ont été fondues en laissant une trop grande teneur en carbone dans certaines zones, ce qui en cas de choc thermique (par exemple l’envoi d’eau glacée pour refroidir un réacteur en surchauffe) peut rendre l’acier cassant.

Afficher l'image d'origine

« Autant de Fukushima possibles »

Selon John Large, qui avait précédemment travaillé sur les survols des centrales par les drones, et a pu analyser pendant des mois la documentation technique fournie par l’ASN, ce sont au moins 107 pièces qui seraient concernées, et sans doute plus :

« Faute de moyens légaux, et peut-être humains, l’ASN n’est pas allée enquêter trop profondément sur ces dysfonctionnements, déclare-t-il à domhertz.com. Elle a dû attendre qu’Areva lui signale les anomalies, au cas par cas. On ne sait donc probablement pas tout ! »

Afficher l'image d'origine

« Je n’ai jamais vu de problèmes aussi graves à une échelle nationale », conclut-il dans l’hebdomadaire, estimant que « ce sont autant de Fukushima possibles ». Greenpeace demande l’arrêt des 32 réacteurs concernés « tant que les contrôles n’ont pas été effectués et les démonstrations de sûreté complémentaires apportées ».

Plus modérée, l’ASN a conclu que 21 des 23 « écarts identifiés ne remettent pas en cause la sûreté des équipements concernés », les deux cas les plus problématiques concernent des générateurs de vapeur au Bugey et à Fessenheim, et nécessitent l’arrêt des réacteurs.

Afficher l'image d'origine

Mais, souligne l’Autorité, « indépendamment de leurs conséquences réelles sur la sûreté, ces irrégularités mettent en lumière des pratiques inacceptables ; les revues engagées par Areva NP doivent donc se poursuivre et sont susceptibles de mettre en évidence de nouvelles irrégularités. »

ooo

Nucléaire : Blaye se paye une tranche de transparence.

La centrale de Blaye vue de Pauillac (Wikipedia)

Trois des quatre réacteurs du Blayais ont des gaines de combustibles connaissant des problèmes de corrosion accélérée, et devront être changées d’ici fin juin. C’est l’une des informations révélées par la Commission locale d’information nucléaire, qui s’est réunie lundi à Bordeaux.

« Être poil à gratter tout en brossant dans le sens du poil ». C’est l’exercice délicat auquel se prête la Commission locale d’information nucléaire (Clin)du Blayais, selon la formule d’une personnalité qualifiée de cette instance : en clair, donner la parole aux antinucléaire sans fâcher les autorités locales du nucléaire invitées (mais pas convoquées) à débattre avec le grand public, deux fois par an.Afficher l'image d'origine

Ce lundi matin, à l’hôtel du département (la Clin dépend du conseil général), l’assemblée générale de cette commission réunit poussivement une vingtaine de personnes, dont plusieurs membres d’associations de protection de l’environnement, comme Tchernoblaye, Greenpeace ou la Sepanso. A la tribune, le directeur de la centrale du Blayais, Pascal Pezzani, et les responsables de la  division de Bordeaux de l’ASN (autorité de sûreté nucléaire, le gendarme de la filière), font le bilan de l’année passée, puis répondent aux questions.

manif-a-blaye.jpg (355983 octets)

Le Blayais va devoir dégainer.

Entre deux Powerpoint indigestes jaillissent ainsi quelques nouvelles sur cet univers très cadenassé.

Afficher l'image d'origine

Un intervenant rebondit notamment sur l’information, révélée en février par Mediapart, selon laquelle la moitié des centrales françaises sont menacées par un problème de corrosion des gaines de combustible. Celles-ci entourent l’uranium dans 25 des 58 réacteurs nucléaires, dont trois sur les quatre du Blayais. L’ASN juge que les « épaisseurs de corrosion » de ce gainage en Zircaloy ne sont « pas acceptables ». Elle a donné jusqu’au 30 juin prochain à EDF pour « mettre en place des mesures conservatoires » dans ces réacteurs.

« Nous sommes dans l’attente du remplacement programmé par EDF, et nous mettrons en œuvre ces décisions, répond Pascal Pezzani. Les analyses sont en cours. »

Deux options se profilent : soit remplacer les gaines en question lors de l’arrêt des réacteurs pour maintenance, soit baisser leur puissance. Le dossier est d’importance, car l’ASN va démarrer les visites décennales des réacteurs 3 et 4, préalables à leur éventuelle prolongation pour 10 ans. Mais on n’en saura pas beaucoup plus sur cet incident, pas plus que sur d’autres informations laconiquement évoqués, et qui auraient mérité quelques sous-titres.

Afficher l'image d'origine

L’Etat aux abonnés absents.

En vrac : les réacteurs 1 et 2 du Blayais tournent avec une autorisation temporaire de fonctionnement, l’avis de l’ASN sur la prolongation de 10 ans de leur durée de vie n’ayant pas encore été rendu ; une expertise indépendante prévue sur le vieillissement de la cuve du réacteur n°2 n’a pas été menée à cause d’un marché infructueux ; et la Clin attend toujours une modification par la préfecture du plan particulier d’intervention (PPI), identique depuis 2002, et qui ne prévoit de mesures particulières en cas d’accident que dans un rayon de 10 kilomètres autour de la centrale du Blayais.

Afficher l'image d'origine

Mais aucun représentant de l’Etat n’est présent pour répondre à ces interrogations, déplore Jacques Maugein. Inversement, le prolixe président délégué de la Clin, et conseiller général de Saint-André-de-Cubzac, salue « la présence de militants anti-nucléaire » :

« Cela nous incite à poser de bonnes questions, c’est comme ça que nous faisons avancer le système. »

Afficher l'image d'origine

Noyer le poisson.

Patrick Maupin, de Greenpeace, fait toutefois remarquer qu’ils sont moins les bienvenus lors des réunions techniques, réservées aux membres du bureau de la Clin. Il demande formellement à pouvoir participer à la prochaine, le 27 mai, consacrée à l’impact environnemental de la centrale.

Le sujet est en effet brûlant : selon des estimations divulguées par l’étude d’impact sur l’utilisation du combustible MOX dans les réacteurs 3 et 4 du Blayais, les prélèvements d’eau pour refroidir la centrale détruiraient 20% des organismes vivants.

Afficher l'image d'origine

Le combustible nucléaire dit MOX (pour Mélange d’OXyde de plutonium et d’OXyde d’uranium) permet de recycler une partie des matières nucléaires issues du traitement des combustibles à Uranium Naturel Enrichi (UNE) à l’issue de leur utilisation dans les réacteurs électronucléaires. Le recours aux combustibles MOX a débuté en 1987.

Actuellement, 22 réacteurs de 900 MWe sont autorisés à recevoir du combustible MOX et une extension à 24 réacteurs de 900 MWe est prévue. Depuis 1987, environ 3 000 assemblages MOX ont été chargés en réacteur (la plupart après 1997), ce qui correspond au recyclage d’environ 80 tonnes de plutonium et représente une économie d’environ 8 000 tonnes d’uranium naturel.

Afficher l'image d'origine

Actuellement, pour les réacteurs d’EDF, la consommation annuelle d’uranium naturel est de l’ordre de 8 400 tonnes et celle de combustibles MOX de 120 tonnes, soit une économie annuelle d’environ 900 t d’uranium naturel.

Il est à noter que les réactions de capture neutronique de l’uranium produisant du plutonium, tout réacteur (« moxé » ou pas) contient du plutonium : environ 0,4 tonne en moyenne pour un réacteur non « moxé », contre environ 2 tonnes pour un réacteur « moxé ». A l’issue de son utilisation en réacteur, un combustible UNE contient environ 1 % de plutonium, le plutonium produit en réacteur étant lui-même partiellement consommé au cours des réactions de fission.

« Or les pêcheurs de l’Estuaire constatent une diminution drastique et générale de leurs prises, notamment de poissons migrateurs, abonde Jacqueline Rabic, figure du Syndicat des pêcheurs professionnels de la Gironde. La centrale a ainsi un impact très important, sans qu’aucune compensation financière ne soit attribuée. »

Grand central.

La question reste cependant tabou. Tout comme celle des salariés du nucléaire victimes d’irradiations : pour des raisons de confidentialité, l’affaire étant du ressort de la médecine du travail, on ne saura pas ce qu’il est advenu d’un travailleur sous-traitant, qui avait dépassé sa limite d’exposition aux radiations à cause de la présence d’une particule radioactive dans le cou.

Mais avec 17 accidents ayant entraîné des arrêts de travail en 2013, EDF assure que ces événements sont en baisse au Blayais. Une bonne nouvelle, qui comme les autres annoncées lundi, doit être prise pour argent comptant.

Afin de donner plus de poids et d’indépendance aux commissions de liaisons, la loi de 2006 sur la transparence dans le nucléaire prévoit leur transformation en associations, financées grâce au produit des taxes versées par les centrales – leur budget est actuellement assuré par les conseils généraux, avec une subvention de l’ASN.

Le hic, souligne Patrick Maupin, de Greenpeace, c’est que « aucun gouvernement n’a eu le courage de traduire cette disposition dans les lois de finance ». Les Clin restent donc pour l’essentiel entre les mains des départements, et dépendent de la bonne volonté des élus. De l’avis de plusieurs observateurs, celle de Gironde n’est depuis l’accident de 1999 au Blayais, pas la moins concernée.

http://www.matierevolution.fr/spip.php?breve519

Publicités
  1. Ping: De graves irrégularités dans les réacteurs nucléaires du CNPE du Blayais. | domhertz.com | Boycott

Bon comme un citron bien rond !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :